Martine autour du monde ...

31-4 :Samarkand

    Samarkand-et-Shakhrizabz.jpg-e2.jpg-oui.jpg

S'il est une cité que l'on identifie tout de suite à la route de la Soie, c'est la légendaire Samarkand, "une des plus belles qu'ait jamais éclairé le soleil", capitale d'un des plus grands empires qui ait régné sur la terre, celui de Tamerlan.

Sa situation de carrefour commercial à l'entrée du désert de Kysyl Kum, en a fait une étape incontournable pour toutes les caravanes.

Dès 500 av. JC, la ville était déjà connue, sous le nom de "Marakanda" comme l'étape principale des caravaniers traversant la Transoxiane, alors contrôlée par les Sogdiens, un peuple de marchands : dans ses gigantesques bazars se croisaient les produits venus de Chine, d'Inde, de Sibérie et d'Occident.

Puis elle fut rasée par Gengis Khan et renaîtra grâce à Tamerlan qui y a fait construire les plus grandes mosquées de son temps, couvrant la ville de dômes turquoises resplendissants. Le déclin du commerce sur la route de la soie, à partir du 16ème siècle, scellera également celui de la ville auquel il était si intimement lié.

Restaurée par les russes de façon ambigue, Samrkand a cependant gardé nombre de ses trésors architecturaux qui permettent de mettre des images sur les récits des grands voyageurs comme Marco Polo, Ibn Battuta, Ruy Gonzales de Clavijo ou Fitroy Maclean.

 

Bien venu à Samarkand ! au B&B "Marokand " très bien situé dans la vieille ville entre la place du Registan et la Mosquée Bibi Khanum:

 

  Samarkand-oui.JPG

 

 

DSCN7939.JPG     DSCN7940.JPG

 

La nécropole Chah-i-Zinda, un ensemble unique des sépultures (1370-1449), situé non loin de la colline d'Afrosyab, au nord de la Samarkand actuelle, là où était située l'ancienne cité alors nommée Maracanda, dont les fondations remontent au 8ème siècle avant JC.Il est très agréable et surprenant de monter vers cette nécropole en suivant un petit chemin de terre. 

 

Elle reflète toute la beauté de l’art céramique de toute l’Asie Centrale. On y retrouve de nombreux tombeaux destinés aux membres féminins de la famille de Tamerlan et à ses généraux. Tous les bâtiments reflètent une décoration riche d’architecture : un revêtement de céramique à motifs à relief, un très beau portail de majoliques, des fresques à motifs de gravure, des panneaux sculptés et émaillés de terre cuite.

 

249228886.JPG     DSCN7798.JPG  

      DSCN7797.JPG      DSCN7760

 

La place du Registan (place du sable) et ses trois madrasas dont celle d’Oulougbeck, le petit fils de Tamerlan (qui en a construit 2 autres, une à Boukhara, l’autre à Ghijdovan).

 

Oulougbeck poète, mathématicien et astronome construisit à  Samarkand un énorme astrolabe, découvrit des étoile nouvelles et calcula à quelques secondes près la durée d’une année. Mais le clergé, craignant pour sa religion, le fit arrêter par ses propres fils et décapité…. Autrefois ici, il y avait de la vie ! Aujourd’hui la place est presque vide .. Il y a sur les façades une belle combinaison de majolique (faïence italienne e la renaissance) et de la mosaïque (assemblage décoratif) turquoise.

 

 

La place du Registan est sur la liste des plus belles places du monde entier et on l’appelle « la perle de l’Asie Centrale ». La place a obtenu cette gloire grâce aux monuments uniques de l’architecture médiévale de l’Orient qui l’entourent de trois côtés : de gauche à droite la madrasa d’Oulougbek (1417 - 1420), la madrasa Tilla-Kari (1646-1647) et la madrasa Sher-Dor (1619-1636). C’est un des ensembles les plus glorieux parmi les autres constructions du monde islamique.

 

 

Le-registan.JPG

La madrasa d'Oulougbek :

celui-de-gauche.JPGAu centre, celle de Tilla Kari qui veut dire "couverte d'or", construite à l'emplacement d'un ancien caravansérail :

 

celui-de-face-copie-1.JPG

 

 

A droite, la madrasa Shir Dor ("qui porte le lion"), constuite au début du 17ème par le vizir du gouverneur de Samarkand :

 

celui.-de-droite.JPG

 

     DSCN7783.JPG      DSCN7780.JPG

 

                                                           DSCN7778.JPG                      

 

Certains voient dans ce lion - en fait un tigre portant  un soleil -  une référence au symbolisme du zoroastrisme et au culte du feu.     

 

Aujourd'hui, dans la cour intérieure,  les étudiants ont été remplacés par des vendeurs de tapis et de suzani...

 

 

                                       DSCN7784.JPG            

 

 

Le mausolée Gour Emir (XVe siècle) est le tombeau familial de la dynastie de Tamerlan surnommé « le diable boiteux ». Ce sanguinaire chef de guerre qui a terrorisé et conquis toute l‘Asie, est considéré aujourd’hui comme le Père de la Nation.

  

Tamerlan repose aux pieds de son maître spirituel, Mir Saïd Baraka ; à coté de Timour reposent également Mohammed Sultan, Oulougbek - ses petits fils, et ses fils Chakhroukh, Miranchakh, Omar cheikh . Le mausolée Gour Emir est devenu le prototype de la nécropole Taj Mahal à Agra en Inde.

 
Oulougbek, grand astronome, protecteur de la science et de l’enseignement, petit fils de Tamerlan, gouverneur de la Transoxiane a fait construire un observatoire unique dans le monde. Oulougbek a composé son œuvre, appelé « Ziji Kouragoni - Tableau des étoiles » avec ses calculs très précis qui gardent leurs valeurs jusqu’aujourd’hui, il a découvert de nouvelles étoiles et a calculé à quelques secondes près la durée d'une année. Aujourd’hui on peut voir la fondation de la partie souterraine d’un sextant géant. 

 

 

DSCN7757.JPG 

 DSCN7758.JPG    DSCN7764.JPG

 

L'astrolabe  et la statue d'Ouougbek :

 

DSCN7919.JPG     DSCN7915.JPG

                                                                              DSCN7914

 

 

 

Oulougbek et son tombeau :

 

 

DSCN7766.JPG    DSCN7770.JPG

 

La mosquée Bibi Khanum,  femme de Tamerlan.

Alors qu’il conquérait l’Asie, elle voulu lui faire une surprise pour son retour, en lui construisant "la plus grande des mosquées jamais construites", tellement grande .... qu’elle finit par s’écrouler  ! mais a été reconstruite par l’UNESCO.

 

 

mosquée Bibi Kanum de Tamerlan

 DSCN7949    DSCN7956

 

C'est quoi me direz-vous, cette photo devant la coupole de Bibi Khanum ?? ce ne sont pas des coupoles jaunes ... mais des oeufs !! Je l'ai prise depuis le bazar (ou marché) situé juste aux pieds  de ladite mosquée hé hé

 

Justement maintenant passons au marché ...

 

Published by Martine Bachelier - - Ouzbékistan

commentaires

Hébergé par Overblog