Martine autour du monde ...

Articles avec #malacca en malaisie

 

Le deuxième jour, nous avons fait une visite guidée de la rive gauche, celle qui se trouve au sud du fleuve . 

-  L'église "Christ Church" sur la place "Dutch Square", église protestante construite, au temps de la présence hollandaise, en 1753 en briques provenant de ce pays et dont la façade ocre date de la présence anglaise. Sur cette place se trouve aussi un monument posthume (une fontaine)  dédié à la reine Victoria, laquelle n'est d'ailleurs sans doute jamais venue à Malacca  :

Puis nous sommes montés en haut de la colline, pour y découvrir au sommet de "La Famosa", forteresse construite autour de la ville, par les Portugais en 1511 (en un temps record de 6 mois !), les restes de l'église catholique "Saint Paul" , qui s'appelait autrefois "Notre Dame de l'Annonciation", construite en 1521 également par les Portugais, où y prêcha Saint François Xavier.

Nous redescendons de l'autre côté pour passer par la  porte Santiago seul vestige de cette forteresse 

 

 

Nous passons, rive droite et au fil des rues, nous entrons dans la boutique d'un boulanger ou dans les ateliers des artisans les plus connus à Malacca : fabricants d'enseignes chinoises sur bois, ferblantiers, fabricants d'instruments de musique (ici le Guchin) :

Puis, dans la même rue surnommée "rue de l'harmonie" car y coexistent les monuments religieux des trois religions principales, on commence par la visite de la Mosquée de Kampung Kling, construite en 1748 puis rénovée à la fin du 19ème siècle. Cette mosquée des indiens musulmans mélange les influences : le minaret rappelle une pagode chinoise, les arches sont de style corinthien, les carreaux de céramique jaunes et bleus sont de style britannique, le bassin des ablutions contient une fontaine à trois niveaux rappelant une symbolique hindoue.... Cette mosquée est un très important lieu de prière pour les Malais dont 99% sont musulmans  :

Un petit cimetière est situé dans l'enceinte de la mosquée : les pierres pointues sont érigées au dessus des tombes des hommes et les pierres plates au dessus de celles des femmes : 

Nous continuons par la visite à proximité d'un temple chinois, celui de Cheng Hoon Teng, construit en 1646 puis reconstruit en 1801. Ce magnifique temple chinois ("Temple des nuages verts"), consacré à Guan Ying, déesse bouddhiste de la Miséricorde, est le plus ancien temple chinois de Malaisie et il regroupe les trois religions chinoises qui y sont représentées de bas en haut : le taoïsme, le bouddhisme et le confucianisme :

Et enfin le temple hindou Sri Poyyatha Vinayagar Moorthi, datant de 1781 et dédié à Ganesh. Le gopuram est plat. On ne peut y entrer : 

Ce quartier de Kampung Kling est beaucoup plus chinois que malais. Les Malais ne sont pas des adeptes du culte des ancêtres ni des offrandes que l'on peut leur faire.

Dans les rues, quantité de lanternes rouges qui signifient que la maison est habitée :

 Le soir, nous rentrons dans l'église catholique "Saint François Xavier" que nous avions aperçue lors de notre croisière. Elle y abrite une relique du Saint qui fut l'un des fondateurs des jésuites. La messe est en cours ... : 

Le dernier jour, nous faisons une grande marche pour atteindre les rives du Détroit de Malacca où nous apercevons de grands bateaux au loin, car la rivière leur a été définitivement fermée,  puis, un peu plus loin sur la côte à 4 km du centre ville, la mosquée Masjid Selat Melaka, construite sur pilotis en 2006 et qui mélange les styles moyen-orientaux et asiatiques. Le soir, au coucher du soleil, elle s'illumine et la vue sur la mer est magnifique ! Et quand la mer monte on a l'impression qu'elle flotte ... d'où son nom de "mosquée flottante" !

 En route vers la mosquée ... ça y est, on y arrive impressionnant  !

 la mer s'est retirée ...

L'architecture de la mosquée est très simple , moderne , sans style défini ...

A l'intérieur, comme dans toutes les mosquées, un espace est réservé aux hommes, et un autre plus petit, aux femmes. Les deux espaces sont séparés par un épais rideau ... les femmes sont derrière, ce qui les empêche de voir l'imam lors de la prière ... 

 

Et voilà, nous rentrons tranquillement à l'hôtel pour repartir à Singapour cet après-midi .

Bye bye Malacca ! Une très belle étape à ne pas manquer pour les voyageurs du sud-est asiatique !

Voir les commentaires

Durant notre séjour à Singapour, fin octobre 2019, nous sommes partis 4 jours à Malacca (Melaka) en Malaisie (on a fait le voyage Singapour/ Malacca en taxi, et cela nous a pris à peut près 4 heures)  . 

J'avais déjà, lors de mon premier voyage en Malaisie, écrit des articles sur  l'histoire de la Malaisie (article 32-1) et sur Bornéo (article 32-2 à 32-13) ... vous pouvez les retrouver sur la liste de droite de la page d'accueil de mon blog . 

Aujourd'hui cet article est donc consacré à la ville de Malacca, inscrite en 2008 au Patrimoine Mondial de l'UNESCO. C'est une ville superbe et très intéressante, incontournable en Malaisie et dont je conseille fortement la visite ! En plus, c'est une ville aux dimensions humaines, qui peut être parcourue à pied sans problème !

L'histoire de Malacca est longue et compliquée, comme celle de la Malaisie toute entière !  Elle aurait été fondée vers 1400 par "Parameswara"  un prince indonésien hindou ( du sud de Sumatra) qui a pris le nom d'Iskander Shah après sa conversion à l'Islam à la fin de sa vie. Il s'était enfui de Singapour (Temasek à l'époque), et aurait créé des liens protecteurs avec la Chine. Les Chinois arrivent alors en masse à Malacca. Leurs  descendants sont à l'origine de la première communauté des " Peranakans" (chinois de Malacca nés près du détroit) ; la ville est prise ensuite par les Portugais (Alfonso de Albuquerque) , puis les Hollandais et enfin les Anglais, avant d'être envahie par les japonais pendant la seconde guerre mondiale, puis reprise par les anglais avant que son indépendance soit proclamée en 1957.

C'est donc une ville multi-ethnique (50% de Malais d'origine les "fils du sol" ou "bumiputras", 40% de Chinois, le reste sont des Indiens et une minorité eurasienne descendante des métis portuguais ... ) et multi-confessionnelle (animisme, hindouisme, Islam, catholicisme, protestantisme ... ), qui compte aujourd'hui un demi-million d'habitants et s'est beaucoup enrichie grâce à sa position stratégique en Asie du Sud-Est.

Il faut bien faire la différence entre les deux appellations de "Malais" et "Malaisiens" : 

On peut être Malaisien , c'est à dire de nationalité malaisienne, sans être Malais . Les Malaisiens sont les ressortissants de la Malaisie. Alors qu'être Malais renvoie à une appartenance "ethnique" selon des critères précis figurant dans la constitution malaisienne ( pratiquer la religion de l'Islam, parler malais, se conformer aux coutumes malaises, et avoir des origines au sein de la fédération de Malaisie ou de Singapour avant l'indépendance de 1957, ou être un enfant d'au moins un parent né au sein de la population appartenant à l'époque à la Fédération de Malaisie )

 

Le coeur historique de Malacca est coupé en deux par une petite rivière, la "Sungei Melaka"

La route, entre Singapour et Malacca est bordée de palmiers à huile et d'hévéas. 

Nous sommes logés dans un très joli hôtel, l' "Heeren Straits Hotel" dans le quartier chinois, rue Jalan Tun Tan Cheng Lock, très bien situé en plein centre ville , tout près de la place principale où se situe l'église protestante  (Christ church) , et où se réunissent tous les incontournables  " trishaws" pour enfants (cyclo-pousse ). Le soir les trishaws s'illuminent et font de la musique ! 

Ce qui est étonnant dans ces petites ruelles, c'est la largeur des habitations , qui sont très étroites (quelques mètres seulement) , alors qu'elles s'étendent en longueur en traversant tout le pâté de maisons jusqu'à l'autre rue. Donc, on entre dans un long couloir, éclairé par des puits de lumière au plafond !

Toutes les ruelles sont à sens unique, ce qui provoque pas mal d'encombrements, et bordées par des "shophouses" (de petites boutiques colorées, au style colonial, avec au 1er étage, l'habitation des propriétaires ... comme dans le Chinatown de Singapour) . Nous avons eu de la chance : pas une goutte de pluie pendant nos 4 jours et une chaleur que j'ai trouvée moins humide qu'à Singapour ... les gens se promènent avec leur parapluie pour se protéger du soleil ! 

Dans l'après-midi, nous partons faire un tour en bateau ... une petite croisière d'une heure sur la rivière qui traverse la ville ... qui restera, je pense, mon plus beau souvenir de Malacca !

 

le soir ... les trishaws et les arbres qui s'illuminent et se remplissent d'oiseaux qui chantent   : 

Nous avons aussi fait un tour au marché de nuit où l'on trouve beaucoup d'alimentation pas très diététique ... ce qui explique peut-être l'obésité de beaucoup de Malais  :

Les restaurants ne sont pas chers du tout à Malacca ... mais la cuisine malaise pourra ne pas convaincre des voyageurs venus de l'Occident  ...

 

Voir les commentaires

Hébergé par Overblog