Martine autour du monde ...

Articles avec #bali



6 - 5: Bali ..... Ange ou démon?


Bali-0189.JPG

Au moment de quitter Bali, où je viens de passer 15 jours, je suis dans une grande perplexité....que faut- t-il en penser?

Cette ile paradisiaque doit -t-elle inspirer la crainte ou l'envie?


J'ai ressenti Bali comme un lieu à part, unique en son genre, et à ce titre cette ile mérite qu'on s'y attarde un peu...


C'est une ile magnifique, par la richesse et la variété de sa végétation abondante et luxuriante dans un cadre exceptionnel qui allie mer et montagne, forêt équatoriale et volcans aux pentes arides couvertes de lave .... plages de sable doré ou noir, bananiers et palmiers de toutes espèces le long des routes et les rizières en terrasse ... bref, on n'en fini pas d'être ébloui par cette nature généreuse.


C'est ensuite son peuple, car il s'agit vraiment d'un « peuple » très particulier, qui donne l'impression d'avoir élaboré sa culture singulière sans interférence extérieure. Mais ce n'est qu'une impression, car la culture balinaise est un véritable puzzle qu'il serait très compliqué de reconstituer ici.


Je n'ai jamais rencontré dans dans d' autres lieux  des gens aussi raffinés – surtout ici à Candi Dasa à l'Est de l'ile - dans leur comportement, leurs attitudes physiques, leur égard par rapport à autrui, leur gentillesse, leur beauté aussi, en particulier celle des femmes, minces, très élégantes dans leur longues jupes de batik et leur vestes brodées de dentelle transparente, qui nous sourient tout le temps et prennent des fou-rires incroyables entre elles, vous font mille courbettes pour vous servir et être attentives au moindre de vos désirs de touriste, et qui, les mains jointes vous souhaite à chaque plat : « enjoy your meal ! ».

Les tables sont ornées de fleurs, souvent des hibiscus, qui flottent dans de petites coupes remplies d'eau. Même chose dans les chambres, les salles de bain, devant votre porte... L'art de la décoration est sans limite, les soins de massage d'une douceur extrême et parfumée ...


Candidas-041.jpg


Une autre expérience intéressante m'est arrivée hier soir : j'avais très mal à une oreille depuis 3jours, mal de tête... bref pas bien du tout, et j'avais fait venir un médecin à l'hôtel le matin, laquelle m'a donné un traitement : antibiotiques, anti inflammatoires etc...3heures plus plus tard, je décide me mettre quand même le nez dehors, et vais m'étendre sur une chaise longue au bord de la plage, complètement naze ... un indonésien d'une quarantaine d'année au teint très foncé, ridé, un bon sourire édenté sur ce qui lui restait de dents jaunâtres , passe et me demande comme toujours «  How are you today? ». J'avais vraiment, mais alors vraiment, envie de rester tranquille, et lui répond : Je suis malade!

-Vous us avez mal où?

-A l'oreille !
-Laquelle?
-Gauche !!

Candidas-009.jpgCandidas-021.jpg

Alors il s'approche de moi, et sans rien me demander, commence à me regarder et à me masser le tour de l'oreille, en descendant vers le cou, je le laisse faire car ça me fait plutôt du bien, et le massage continue dans les doigts, les bras, les pieds.... il remonte ensuite à l'oreille, au cou et aux épaules... bref, cela dure une heure et je me sens bien. Il me dit qu'il pratique une technique de « réflexologie » ... il m'explique qu'il m'a décoincé des vaisseaux dans le cou, qui empêchait les écoulements de se faire normalement dans l'oreille, et qu'il a fait descendre tout ça jusque dans les mains et dans les pieds!
Eh bien je peux vous dire qu'à la fin de ce massage, je n'avais plus mal du tout!!! et que depuis, je n'ai plus mal!! J'étais sidérée...

  • Bien sûr, je continue de prendre mes médicaments, même si cet homme m'a beaucoup impressionnée : deux précautions valent mieux qu'une!! 

Cela fait partie de la culture balinaise, et est aussi un bon exemple de la fascination que ces gens peuvent exercer sur nous. Vous imaginez le tableau : j'étais sur la plage sous les palmiers, face à une mer déchaînée, entrain de ma faire masser par les mains plus ou moins crasseuses d'un type que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam, auquel je n'avais rien demandé .... une scène absolument ésotérique et déconcertante et complètement irréelle!




La religion hindouiste et la spiritualité sont omniprésentes, les prières et les offrandes, domestiques et collectives se font tous les jours, voire plusieurs fois par jour, partout, dans les maisons, les boutiques, sur les trottoirs, au coin des rues ...Alors que je suis en ce moment entrain d'écrire cet article en attendant le taxi, une jeune femme vient me déposer une offrande mon bureau – ces petits paniers qui sont le symbole de Bali - pour que la suite de mon voyage se passe bien !!!

Candidas-040.jpg

Je me souviens de la « forêt des singes » à Ubud, où nous sommes allés avec David, de cette femme, qui faisait des offrandes, en déposant par terre ces petits paniers garnis de fleurs, de morceaux de fruits et d'encens : au fur et à mesure les singes bien évidemment venaient tout mettre en vrac.... et elle, imperturbable, continuait, et les paniers disparaissaient aussi vite qu'ils étaient arrivés !

Candidas-030.jpg


Mon guide me disait encore hier que chaque matin, il allait prier dans son « temple de la maison » et faire une offrande au dieu Snag Hyang Widhi Wasa ( selon le principe divin unitaire , Wasa étant la somme et la source de tous les autres dieux et déesses inférieurs )

et puis une fois par semaine aux temples du village, et encore une fois par an ( tous les 210 jours exactement ) avec toute la communauté du village il allait fêter l'anniversaire du temple ... et comme je l'interrogeais sur le sens de tout ça, il m'a répondu que cela lui permettait de monter dans la hiérarchie de ses ancêtres, et se rapprocher des dieux, lui qui appartenait à la caste inférieure (à Bali il y a 4 castes qui ne parlent pas la même langue ! La langue de le caste supérieure est complètement incompréhensible pour quelqu'un de la caste inférieure! Mais cela va vite disparaitre car maintenant tous les enfants scolarisés apprennent tous la langue de la classe supérieure ). Cela fait partie de la notion de hiérarchie qui est une réalité bien ancrée et acceptée dans la vie de tous les jours...


Quand on débarque en touriste occidental, on a vraiment l'impression que les Balinais consacrent une très grande partie de temps à la prière et aux offrandes. Tant de spiritualité nous nous surprend et nous interroge ...


Bref, paysages, gentillesse et raffinement de ses habitants, spiritualité bien réelle et authentique, Bali semble être un paradis terrestre.

 

___________________________________



Et puis, quand on sort de son hôtel et de la ville « côté touriste » ,que l'on bavarde un peu avec les gens, que l'on se perd dans les ruelles délabrées des habitants, on se prend une claque en pleine figure!


Non parce que tout cela n'est pas réel et très profond , mais parce que Bali ce n'est pas seulement cela, et que le contraste est trop flagrant  pour que l'on ne s'interroge pas.


Bali , c'est la pauvreté ( salaire moyen d'un ouvrier comme il y en a tant : 85 dollars US par mois – pas d'indemnité chômage- pas de législation en ce qui concerne le temps de travail, les gens travaillent autant qu'ils peuvent, souvent 8 jours par semaine, je suis allée visiter une usine de fabrication de bijoux en argent un dimanche... il faut voir les conditions de travail des 8 ouvrières qui étaient là - photo) , voire la misère, des bicoques sales et branquignolantes, des rues défoncées qui sont de vraies décharges où les chiens viennent fouiner pour ne pas crever de faim ( « parce qu'on a rien à leur donner à manger » : sic ).

C'est aussi des enfants qui sont scolarisés quand on peut ( pourtant la scolarité est obligatoire mais tout le monde s'en fou ) et qui déambulent dans les ruelles, au milieu de tas d'adultes qui sont assis par terre en fakir, à jouer aux échecs ou à rien faire ... attendre que « ça passe » et que l'heure de la prière sonne ...



Candidas-028-copie-1.jpgCandidas-034.jpg


La grande affaire c'est de harponner le chaland, le touriste, avec une insistance déconcertante qui porte souvent ses fruits! pour lui proposer tout et n'importe quoi. Ils n'ont pas assez à manger, ils sont réduits à aller « dans la jungle » ramasser les fruits sauvages qui abondent ( coco, bananes, mangues, etc...), à pêcher pour rapporter les poissons à la maison, pour les faire cuire sur des pierres chauffées au feu d'écorce de noix de coco ... ensuite ils viennent nous servir à l'hôtel sur des plateaux d'argent, et jettent tout ce qui reste dans les assiettes ....


Depuis 2 jours, un homme assez jeune ( Madey ) me sollicitait non loin de la piscine ( il y est manifestement autorisé ) pour aller faire un tour en bateau, les fameux petits catamarans très colorés et plein de charme ( tout droit hérités des pirogues à balanciers de leurs ancêtres) –Je n'avais pas envie : il pleut beaucoup en ce moment et aujourd'hui je n'étais pas très en forme sous le ciel vraiment menaçant . Il a tellement insisté, que j'ai fini par céder. Il m'a emmenée à 2 pas de l'hôtel. Là, j'ai découvert la petite cahute au toit recouvert de tiges de « cocotiers – plames noires » ( eh oui ça existe !) où s'entassait une bonne vingtaine d'enfants et d'adultes, tous probablement de sa famille, dont 3 d'entre eux se sont précipités pour l'aider à mettre le catamaran à l'eau, en portant les flotteurs en bambou sur leurs épaules. C'est manifestement très lourd, et il doivent se défoncer les épaules à chaque fois.

 Candidas-012.jpg

Il m'a expliqué qu'il avait acheté ce catamaran à crédit sur 20 ans, pour 12 millions de roupies indonésiennes ( environ 1000 euros) qu'il était très loin d'avoir fini de payer, que c'était son seul bien, que sa maison, il l'avait construite lui-même, qu'il avait une femme et trois enfants ( 2 petites filles et un bébé garçon , ouf! Ce sont les garçons qui prennent soin de leurs parents âgés ).

Il m'a proposé «  d'aller dans sa maison voir son bébé » , ce que j'ai refusé car j'en serais sortie sans doute encore, le cœur meurtri ...en laissant un paquet de sous ( on « arrose » beaucoup ici ), ce dont je n'aurais pas été particulièrement fière ...

J'ai admiré l' habileté à diriger son petit bateau ( nous étions 3, lui son frère et moi ) une seule grande voile déchirée, la pointe en bas, qui pivote par l'avant , et le mât qu'il déboite de son socle, pour le faire tomber contre la baume : ils les attachent ensemble d'un bout à l'autre du bateau, qui devient une espèce de barque, et on rentre au moteur.

Je suis retournée à la « hûte» plus tard, et j'ai compris que tout ces gens étaient de la même famille, et qu'ils partageaient les revenus du catamaran ! ( 25 euros les 2 heures ).


Et puis enfin, il y a la politique : les élections approchent, je n'ai jamais vu un tel épandage de drapeaux, d'affiches etc... qui enlaidissent considérablement le paysage.

Et pourtant, quand je les interroge, les gens me disent qu'ils n'y prêtent aucune attention, qu'ils ne vont même pas voter, qu'ils s'en fiche, que les promesses disparaissent comme elles sont venues, que c'est une guerre des chefs, et qu'en réalité, seule la corruption règne dans le pays.

La corruption, on me l'a dit maintes fois, est partout.


Et pourtant je pense que seule la reprise en main de ce pays par des gens intègres et désintéressés, pourrait changer les choses, et donner un peu de richesse et de repos aux plus pauvres. On en est loin apparemment, si j'en juge par la campagne électorale en cours! 

Een conclusion, je me demande, si finalement, la « religion » n'est pas le cache-misère indispensable pour faire tenir le système en place. Si cette spiritualité débordante, n'est pas ce qui permet d'occulter les véritables problèmes, en servant d'hypnotique à la population « basique » et totalement résignée, qui ne croit et ne pense qu'à ça, y passe tout son temps de libre, persuadée qu'ainsi, elle atteindra le paradis .... dans un autre monde.


Voilà l'interrogation que je me pose en quittant Bali, (pour le peu que j'ai pu en observer en 15 jours seulement), l'art et la spiritualité au secours de la misère ? Bali :ange ou démon ?

Ou encore pour reprendre la très jolie expression de Yasmina Khadra : « Ce que le jour doit à la nuit ».


----------------------------


Mais mon séjour à Bali s'est terminé sur une note optimiste et joyeuse, dans un bon restaurant de Candi Dasa, où j'ai été invitée par un couple d'américains charmants Bill et Adina ( de Seattle dans l'Etat de Washington - photo), avec lesquels nous avons beaucoup discuté de ces questions, et qui allaient je dois dire, dans le même sens que moi. Nous avons échangé nos adresses et promis de nous revoir  .


 

 Candidas-037.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

  Salut l'artiste!
                                                                      
                 

David - Ubud 120

 Voilà donc que mon oiseau rare d'artiste s'est envolé hier pour Hong kong, et que je reste seule avec les singes, qui viennent me faire des grimaces sur la terrasse de ma chambre!

Snif snif .. Moi aussi je leur fait des grimaces, mais ça n'a pas l'air de les impressionner beaucoup !


La reprise « photo » va être dure maintenant !.... il va falloir de nouveau faire modeste!

D'autant plus que nous avons vu tellement de belles choses que les choix seront difficiles, tant Bali est une île culturellement si riche et si variée!!


Outre les bons moments passés ensemble, cela va sans dire, nous avons fait essentiellement deux visites: celle de la jolie ville – mais très bruyante – d'Ubud, et un tour en voiture dans le nord-est de l'ile.


UBUD, à une cinquantaine de km au nord de la capitale Denpasar, est la ville des artistes : les boutiques exotiques de la «  route de Vannes » à grande échelle : des peintres, des sculpteurs sur bois, sur pierre, des tisserans, de la vannerie, des lampes, des meubles , et des objets d'art en tous genres .... leur nombre est impressionnant, leurs boutiques et ateliers s'enfilent à perte de vue sur des kilomètres ....

A Ubud, également un « marché » très coloré où l'on retrouve tout cela , outre les fruits et légumes, et en sous-sol le domaine des marchands, qui y mangent, prient, dorment ... dans des conditions parfois bien précaires ... voire insalubres.

Et puis Ubud, c'est aussi le siège d'une ancienne royauté et d'un palais,, que la famille « royale » habite toujours , mais qui peut se visiter.

Nous sommes allés dire bonjour aux singes de la « Monkey Forest » ( 400 singes en liberté dans un grand parc, qui se trouve juste à côté de notre hôtel – lequel est d'ailleurs un ancien temple transformé en hôtel - ce qui explique la présence des singes jusque sur les terrasses ...).
 Et enfin, nous avons été visité sous la pluie, le « Balli Zoo »...où Dav s'est amusé comme un petit fou avec les animaux et son parapluie ... 


Le lendemain, nous sommes partis pour une virée dans le nord de l'ile, voir trois des sites les plus connus de l'ile : le lac BATUR et son temple,

le temple PURA TIRTA AMPUL près de la ville de Tampaksiring,

puis le temple BESAKIH, au pied du mont AGUNG, le plus haut de l'ile : 3142 mètres.

Pour ces visites de temples, nous avons eu beaucoup de chance, puisque c'était jour de « full moon », et en outre jour annuel sacré pour la commémorations des ancêtres.


Enfin, nous nous sommes arrêtés visiter une exploitation familiale de café, tout en admirant  rizières en terrasses tout au long de cette route.David----Ubud-077.jpgDavid----Ubud-057.jpg

  Commentaires des photos ....

 

Petit jeu de devinette : il faut  trouver les photos qui correspondent !... car encore une fois, depuis que David est parti, elles n'en font qu'à leur tête les vilaines !!


 1- Le marché d'Ubud

2- "L'artiste" ... lui, vous l'aurez reconnu !  une belle toile qu'on emballe dans une galerie d'artistes peintre direction HK ...et l'orang-outang du Zoo de Bali que David n'a eu aucune peine à imiter !

 David----Ubud-024.jpgDavid----Ubud-099.jpg

3 - le lac Batur,  dans le nord de l'ile. Le seul endroit "animiste" de Bali, et surtout la principale source d'irrigation de toute la moitié nord-est du pays. 
Ce lac est situé au pied du Mont Batur ( 1717m ) , un volcan encore "vivant" dont la dernière très grosse irruption date de 1917. Les versants du mont sont recouverts de lave noire sur laquelle plus rien ne pousse, et qui sert de réserve aux sculpteurs. 

tour-Bali-034.jpgDavid----Ubud-055.jpg

4  - Le temple Pura tirta Empul, où les balinais se rendent les jours de pleine lune, faire leurs ablutions dans la "holy water" , l'eau sainte qui les purifie. Pour entrer dans un temple, il faut toujours revêtir le sari et la ceinture jaune. On nous les prête à l'entrée du temple.

Temple-de-Ulum-Danu-a-Bedugul.jpgDavid----Ubud-036.jpg

5- Trois photos sur le café dans une exploitation  familiale : Les graines vertes sont récoltées et grillées à la main, dans le four traditionnel, avant d'être moulues.
Il y a plusieurs sortes de café :

-le balinese coffee
-le Luwak coffee : qui provient des " crottes" de mangoustes qui  ont mangé les graines . Les crottes  sont ensuite ramassées, on en retire les graines de café qui sont intactes, on les lave bien .... et, après préparation,  le café obtenu a un goût succulent! ( nous avons pu tester la différence )

Ils font aussi - on peut le voir sur la photo - du Ginger tea, et du Ginseng tea.

David----Ubud-051.jpgDavid----Ubud-048.jpgDavid----Ubud-045-copie-1.jpgDavid----Ubud-050.jpg

6 - Enfin la visite la plus impressionnate que nous ayons faite: 4 photos au Temple de BESAKIH ( 950m) , au pied du plus haut volcan de l'ile , le mont AGUNG ( 3142m ).  Le mont Agung est le plus "sacré" et le plus grand de l'île. C'est dans sa direction que les maisons sont orientées pour que les esprits sacrés des morts les protègent.
C'est à Besakih que les balinais viennent une fois par an , et notamment un jour de pleine lune, rendre un  hommage collectif à leurs ancêtres. Ce temple qui date du 8ème siècle, a été complètement détruit par l' irruption volcanique en 1917 et reconstruit. C'est un vaste enclos de 3km2 qui contient 22 temples, chacun constitué de plusieurs "merus" ( tours dont les toits sont recouverts de feuilles de palmiers noirs) . On y accède par une très imposante  montée des marches qui mènent à 2 cours principales, dont la première est consacrée à Brahma, Shiva et Vishnu.
En principe, seuls les balinais hindouistes peuvent y accéder, mais nous avons réussi avec David à y pénétrer ( ça a été le seul épisode un peu "violent" :  un balinais ne voulait pas que l'on y rentre, nous a tirés par la manche sans ménagement, et notre guide-chauffeur a du intervenir.)
Chacun apporte ses offrandes, ses bâtons d'encens, et fait ses prières, assis, les mains jointes au dessus de la tête.

David----Ubud-065.jpgDavid----Ubud-063.jpg

David----Ubud-058.jpgDavid----Ubud-072.jpg
La quantité de nourriture déposée est énorme! Le soir, les gens peuvent partager et manger tout ce qu'ils ont apporté : le temple se transforme en une grande aire de pique-nique et de fête! Il y a des détritus qui traînent partout .... ça fait un peu désordre! Et on redescend les marches en ramenant le surplus  à la maison.

Seules les femmes portent les paquets sur leur tête....
Pourquoi? on nous a répondu que  " seules les femmes ont de la tête".!!

Bye Bye David, bon retour et à bientôt  

David----Ubud-027.jpg


 
 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bonjour, c'est David !


Hé hé c'est la surprise, me voilà à Bali rejoindre notre chère globe trotteuse. Si comme moi vous demandiez comment ce petit bout de femme a bien pu se lancer dans un voyage autour du monde toute seule, alors je vais vous apporter quelques nouvelles fraîches sur l'acteur principal de ce périple : le voyageur, ou encore MAMAN. D'ailleurs je vais intituler ce petit article :


Révision des 25,000 km


Ce sera surtout un reportage photo, car 1) je n'ai malheureusement pas hérité de la plume de mam et 2) je suis dans ma phase photo grâce à mon appareil Nikon que j'adore.


En résumé, Mam-Martine s'en sors SUPER bien, bonne santé physique, bonne santé mentale, elle profite de tout et se débrouille super bien, dans son petit monde, notamment grâce à une organisation sans faille, des dizaines d'objets, bouts de cartes, petits sacs plastiques avec des étiquettes, des petits cadenas, et le meilleur compagnon (que je subtilise pour l'occasion : MIMI).


Sans m'attarder davantage, je pense qu'on peut donner un 18/20 pour les trois premiers mois. Mam, tu auras 20 au retour :))


Ici à Bali, nous coulons quelques jours bien heureux donc.


Galerie de Mam'


T'as vu sa tronche ?
Fallait y penser ! Ils sont bons ces balinais

Deux "Nasi Goreng" s'il vous plait !

Miroir, Miroir ...

C'est la fete au temple

Mais qu'est-ce qu'il fait celui la là-bas ?

Ouh la vache, ca vaut le coup d'oeil !

Et si je m'installais dans la forêt ?

 Ah les retrouvailles !

Sari Sari, ca rigole bien !

Au temple de Besakih












 

-Article et photos de David-

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

 


tour-Bali-015.jpg

Le 5 février, me voici partie pour un grand tour de l'ile en bus de la côte sud au nord : Kuta , Denpasar, Tabanan, Pupan Lovina sur la côte nord, le lac Bratan, le Temple et le marché de Bedugul, et retour sur Kuta.


Là je découvre l'âme la « vraie » Bali, celle que l'on imagine : sa végétation d'une extraordinaire diversité et beauté ( Moorea à côté semble bien pâle !), ses montagnes volcaniques, ses plages de sable noir ou blanc, ses immenses paysages de rizières en terrasses :  fantastique architecture d'eau et de terre, ses champs de céréales, ses forêts, sa faune, ses lacs, ses villages, son habitat rural, ses temples , ses marchés ... et ses routes toujours très encombrées! Rien que du spectacle !!


Ce qui me fascine le plus c'est cette incroyable végétation tropicale colorée qui envahit tout et partout, des arbres, des arbustes, des fleurs ... je reconnais des bambous, des palmiers, des cocotiers, des frangipaniers, des bougainvilliers, des bananiers, des orangers , des orchidées... un concentré de l'habituelle végétation de l'Asie du Sud.

 

Et aussi des temples hindous magnifiques comme celui de Bedugul. Ce sont des temples aérés, de véritables petits villages avec de vastes cours entourées de murs, de nombreux édifices à l'intérieur: Un pour chaque dieu et chaque cérémonie.


Les Balinais, hindouistes dans leur grande majorité contrairement à l'Indonésie musulmane en général, sont très croyants et pratiquants : chaque maison, même la plus pauvre, possède un temple orienté suivant des règles très strictes, le plus souvent vers la montagne. Les temples des maisons ont souvent plus belle allure que les habitations elles mêmes! Chaque village possède trois temples. C'est ce qui donne aux villages une allure très particulière, emprunte d'une atmosphère de ferveur et de sérénité, qui n'en finit pas d'étonner les occidentaux que nous sommes !


Les temples hindouistes sont bien sûr les plus nombreux, mais à proximité il se trouve aussi parfois un temple bouddhiste, plus solitaire et plus sobre.

tour-Bali-029.jpgtour-Bali-016.jpg

   tour-Bali-022.jpg                                                                                                              


tour-Bali-031.jpgtour-Bali-033.jpg


tour-Bali-035.jpgtour-Bali-037.jpg
Commentaires photos:
- les rizières du côté de Bedugul ( jeune riz non encore récolté )
-une plage de sable volcanique
-un singe sur le bord de la route,
-une chauve souris pendue à un arbre
- Une équipe de femmes qui coupent le riz à la faux
- Une partie du petit temple hindou du lac Bratan

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bali---KUTA-005.jpg 

 

Salamat  Bali !
Kuta : le choc des cultures


Après 6h de vol de Melbourne à Denpasar-Bali ( départ 18h45 arrivée à 1h du matin à ma montre, et 10h 30 heure locale ), je suis dans un hôtel de la chaine Wina Holiday situé un peu à l'écart , au fond d'une ruelle. ( je recommande )


Le lendemain matin, je suis sous le charme de la beauté de la végétation luxuriante du jardin ..il fait chaud, 25° mais avec un tel taux d'humidité ( 50% ...pire qu'en Australie, qu'elle paraît beaucoup plus élevée et que l'on mouille tout de suite la chemise!! )


Après : une matinée de repos/lessive dans la baignoire ...


vers 17h je fais une première sortie vers la plage toute proche : là c'est pour moi, après le calme de l'Australie, un véritable choc : le « choc des cultures » .


Une plage de sable blanc grouillante de monde : pire que les Champs Elysées à 7h du soir! Des surfeurs, des véliplanchistes, des vendeurs à la sauvette en veux- tu en voilà, qui vous interpellent tous les 10 mètres pour vous vendre qui des Rolex, des paréos, des boissons, des tours en scoot ou en voiture, des noix de coco, des massages qui se font sur une serviette à même le sable, des soins de manucures, des tongues, des « crocs » ( c'est très à la mode dans tout le pacifique ), des planches de surf... etc...à la limite, il devient difficile de se frayer un chemin! Et tout ce monde là est assis sur le sable, mange, dort, parle, boit des bières, regarde les vagues et les surfeurs faire des prouesses ....on peut y louer aussi de belles pirogues à balanciers.


Les femmes balinaises , voilées ou non, s'installent ici avec leurs « warungs», des échoppes ambulantes pour vendre tout ce qu'elles peuvent. Elles n'ont pas besoin d'autorisation.

Mais les gens semblent calmes et décontractés bien que très pauvres.

De temps en temps des sons musicaux me parviennent : gamelans, tambours, symbales.

Je reviens vers le boulevard  bordé de gargottes où l'on peut déguster des "nasi-goreng" (légumes mélangés de viande sautée). Dans des woks posés sur des brazeros, des morceaux de canard grillent. On les servira à la sauce cacahuète. De bonnes effluves de cuisine percent les oderus d'essence ...

tour-Bali-007.jpgBali---KUTA-001.jpg


Deuxième choc : je trouve que c'est très très sale! La plage n'est pas nettoyée et des papiers et détritus en tous genres traînent partout ....parmi lesquelles on peut observer des restes d' « offrandes » ... faites à qui? à la mer?

Tout à coup, je suis surprise par un défilé bigaré qui s'approche de l'eau en silence : les gens portent des offrandes et des bâtons d'encens parfument l'air. C'est une cérémonie d'enterrement : on vient présenter des offrandes  au dieu de la mer. C'était donc ça ...



Bali---KUTA-008.jpgBali---KUTA-003.jpg

Kuta est devenue depuis quelques années, la plage la plus populaire et la plus animée d'Indonésie. Populaire surtout auprès des jeunes et des surfeurs. Le calme a disparu, et le « boulevard de mer » est bordé d'hôtels ( sinon de bordels ), de restaurants et de commerces en tous genres, qui s'adressent à une clientèle plutôt aisée (eh oui, tout se paie très cher!) .


 Et sur le petit boulevard qui longe la plage, des embouteillages de centaines de scooters : tout le monde se déplace ici en scoot ( avec des casques ), car il n'y a pas de bus public et les voitures sont trop chères! Résulat : la circulation est complètement boquée, et la pollution fait des ravages.


Partout où nous passerons plus tard, ce sera la même chose : une circulation de fou, à tel point qu'il m'a fallu un bon moment pour comprendre que l'on roulait à gauche, la gauche et la droite, n'ayant pas grand "sens" ici, et les lignes blanches n'étant là que juste pour la déco! Quant aux piétons, même engagés sur un passage piéton, ils ont tout intérêt à s'arrêter!




Bali---KUTA-007.jpgtour-Bali-012.jpg

Ouf! Ça fait du bien de rentrer à l'hôtel!

Mais ce premier contact avec Bali m'a "émoustillée", j'ai envie d'en savoir plus ! A demain:)



 

 
















Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bali.JPG 


Bali-2.JPG 

6 – L'Indonésie : Bali : 3/18 février 2OO9

 

L'Indonésie n'a pas d'histoire collective avant son indépendance en 1949.

Chaque île possède « son histoire ».

 

Un des pays du Continent Asiatique.

Etat d 'Asie et plus précisément du « sous-continent » d’Asie du Sud-Est (comme la Malaisie), situé sur l'Equateur, constitué par un archipel de plus de 18 000 îles - certaines encore inexplorées - qui s'étirent sur plus de 5000 km entre les océans indien et pacifique. Au total près de 2 millions de km2 et 250 millions d'habitants. Se place au 4ème rang des pays les plus peuplés du monde et au 1er en ce qui concerne le nombre de musulmans.

Les îles les plus importantes sont : Sumatra, Java, Bornéo, les Célèbes, les Moluques, l'ouest de la Nouvelle Guinée ou Irian Jaya...intégrée en 1960.

La langue descend du malais: c'est le bahasia indonésia.

La monnaie le roupiah ( 1euro = 13 000 IDR ! en 2009)

La population est en grande partie originaire de Malaisie et de Chine (à l'exception de quelques groupes "négritos" de Mélanésie - qui elle, fait partie de l’Océanie - comme les papous de Bornéo)

Le régime politique : République présidentielle.

Religions : l'islam (88%), le christianisme (9%), le boudhisme et l'hindouisme.

 

Géographie:

 L'archipel appartenait autrefois au continent asiatique.

Les îles forment une guirlande montagneuse d'anciens volcans (500 dont 128 sont encore en activité). C'est tout ce qui reste de la langue de terre qui à l'origine reliait l'Inde à lAustralie. Cette barrière marque le champ d'affrontement géologique où convergent 2 plaques tectoniques continentales aujourd'hui toujours en mouvement.

Le climat équatorial est chaud et humide toute l'année, avec des forêts denses en plaine (1/10 de la surface totale de forêt dans le monde!), et un étalement végétal plus haut. La population est en forte croissance et employée à 50% dans l'agriculture (riziculture inondée, cocotiers, maïs, manioc, épices, hévéa, thé, café, tabac, palmiers à huile, tous fruits exotiques, canne à sucre, bois). Les ressources minières sont importantes: pétrole, gaz, étain,.. le plus souvent exploitées par des compagnies étrangères. L'industrie est en pleine croissance, tournée vers l'exportation mais très dépendante de l'étranger.

Deux termes à retenir en agriculture:

-la technique du LADANG = on nettoie une zone par défrichage et brûlis : en 2 ou 3 ans le sol s' épuise, et le paysan doit ouvrir un nouveau ladang.

- la SAWAH = rizières irriguées en terrasses, sur sols volcaniques fertiles. L'eau descend des montagnes, ou de grands lacs qui servent de réservoirs, par des petits canaux . On ne touche pas au sol.


 Il y a aujourd'hui 2 sortes de riz : «  the new rice » qui se récolte 2 fois par an, on ajoute de l'engrais à la terre. Et le «  Bali rice » traditionnel, sans engrais, que l'on ne récolte qu'une seule fois par an et qui est réputé comme étant le meilleur, le plus « collant » .

 

Histoire:

Des peuples ont vécu en Indonésie depuis que l'homme existe sur terre (le pithecanthropus erectus il y a 2 millions d'années).

-Au néolithique, les malais ont repoussé dans les montagnes des groupes négroïdes.

Le peuplement s’est fait par vagues successives : les Austronésiens qui ont quitté le sud de la Chine vers 3000 av. JC, en passant probablement par Taïwan, colonisant les îles de Madagascar à l'île de Pâques. Ce sont eux qui apportèrent le riz dans leur bagages... puis les Malais, les Indiens qui apportèrent l'hindouisme, et plus tard le boudhisme.

-C'est entre le 4ème et le 7ème, que  les civilisations de l'Inde et de Ceylan s'implantent en Indonésie et introduisent la civilisation indienne : brahmanisme, hindouisme, sanskrit, jusqu'à l'arrivée de l'Islam au milieu du 13ème siècle :  80% de la population indonésienne est encore musulmane.

-16ème : début de la colonisation avec les portugais, puis les néerlandais avec la Compagnie des Indes crée en 1602, dont Jakarta était la capitale asiatique,

Puis les anglais et même les japonais de 1942 à 1945.

Les populations locales furent marginalisées, et réduites à l'état de "parias" à cette époque. Ce fut le début de l'ère coloniale en Indonésie.

-En 1927, un ingénieur javanais charismatique, SUKARNO fonda le parti national indonésien, et l'indépendance du peuple indonésien fut proclamée en 1945, à la faveur de la guerre du pacifique. Cette indépendance fut reconnue par les Néerlandais en 1949.

-Une période très difficile suivit : coup d'état, massacres ...  jusqu'à ce que le général SUHARTO fonde le régime de « l'ordre nouveau », le Golkar, et devienne Président d'un régime dictatorial profitant surtout à une minorité privilégiée, grâce à la corruption, un phénomène encore très répandu aujourd'hui. Suharto a été réélu 5 fois depuis 1968. La crise financière le fit tomber en 1998. Depuis c'est un peu le chaos politique !

Actuellement c'est un général à la retraite, Yudhoyono, (parti démocrate), qui est président , et de nouvelles élections doivent avoir lieu en avril 2009 : l'île entière est couverte d'innombrables drapeaux de tous les partis, et d'affiches immenses qui enlaidissent passablement le paysage !

Notre guide me disait hier, que les indonésiens ne croient plus à la politique "pourrie par la corruption ... "

 

BALI :

Bali est une île minuscule de 120 km sur 70. Cette île est célèbre à travers le monde pour avoir seule, résisté à l'Islam et être restée fidèle à l'hindouisme.

Bali est devenu le refuge de l'hindouisme, et de l'intelligentia vers 1400 quand un prince javanais converti à l'Islam a fondé Malacca.

Elle fut aussi la dernière a subir la colonisation occidentale: les hollandais n'y débarqueront qu'en 1597 après avoir fondé à Jakarta, la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales qui va dominer le commerce mondial des épices - cannelle et girofle - pendant plus d'un siècle.

1906 est un épisode important de l'histoire de Bali : le radjah de Badung, se rendant compte que les hollandais sont maîtres de l'île, met le feu à son propre palais et tous vont périr !

 

Aujourd'hui la culture balinaise est un véritable puzzle formé d'une multitude de sources qui la rend difficile à appréhender pour un occidental débutant !

C'est un , mélange d'hindouisme, de boudhisme et d'animisme. Les principaux dieux sont Brahma, Vishnou et Shiva, mais certains balinais ne croient qu'au dieu Wasa, somme et source de tous les dieux, et se disent monothéistes !

La langue rencontre plusieurs registres de paroles, chaque caste a sa propre langue, la hiérarchie est importante dans tous les aspect de la vie quotidienne, l 'élévation est importante ( les temples aux escaliers gigantesques ...la montagne représente le pouvoir, la pureté, le salut, alors que la mer est le niveau inférieur, celui des démons et des mauvais esprits...).

Le culte des ancêtres est important et s'exprime dans une curieuse panoplie de rites funéraires : celui des « doubles funérailles » : le corps est d'abord inhumé, brulé ou exposé, puis ensuite, au cours d'une autre cérémonie spéciale, il est de nouveau inhumé, car les liens qui rattachent le disparu à sa famille ne peuvent être rompus en une seule fois, il faut que ce la se fasse progressivement... ensuite ce sera des offrandes régulières. Comme bien d'autres austronésiens, les balinais voient le voyage de l'âme vers l'au delà, comme une traversée en bateau.

La femme balinaise a un statut égal à celui de l'homme.

La polygamie est de moins en moins courante à Bali.

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Hébergé par Overblog