Martine autour du monde ...

12 : Remerciements

Après environ 56 000 km parcourus, tous moyens de transport confondus, me voici arrivée au terme de mon voyage.

 

Je ne pouvais terminer sans remercier tous ceux qui m'ont aidée tout au long de ce parcours « en solo », et ont ainsi contribué à sa réussite jusqu'à son terme.

 

Un grand merci en priorité à Michel Deparis  (www.connaisseursvoyage.fr) qui a organisé ce voyage – vols, hébergement, séjours et circuits – avec un grand professionnalisme et  beaucoup de perspicacité. Ses conseils, ses mises en garde, et surtout le fait de m'avoir prévu des «circuits organisés» dans différents lieux, m'ont à la fois  permis de découvrir des sites très intéressants sur lesquels j'aurais probablement fait l'impasse, tout en faisant des rencontres enrichissantes qui rompent l'isolement.

 

Je ne peux que vivement recommander « Les connaisseurs du voyage » à tous ceux qui envisagent d'entreprendre un tour du monde.

 

Merci à l'association ABM  (www.abm.fr), pour ses conseils et la mise à disposition de sa bibliothèque.

 

Merci aussi à Audrey qui a « formaté » mon blog, moi qui suis si peu experte en matière d'internet !! Ce blog a été très important pour moi : ce fut la liaison constante avec « mon monde », et la force motrice de mon voyage.

 

Et puis bien sûr merci à Sara, qui m'a organisé avec une grande compétence, une extrême précision, et beaucoup de gentillesse, mon long périple au Chili. Ce fut une réussite et un merveilleux voyage!

 

Je recommande aussi à tous les amoureux de l'Inde, l'agence « Indian Panorama », dont le siège se trouve à Trichy (www.indianpanorama.in) , et dont l'excellente réputation en Inde ne s'est pas démentie en ce qui me concerne : sérieux, sécurité assurée à tous niveaux, lieux de séjours très bien choisis et excellents hôtels.

 

Merci encore à tous ceux qui m'ont accueillie  et aidée parfois (Baudouin, Roselyne Guitry pour son accueil à la Villa Helena à Pondicherry :  www.villahelena@satyam.net.in – Corinne... et tant d'autres ...),  ou tout simplement soutenue par leurs messages, mails et commentaires  .... qui ont été pour moi autant de "petits cailloux blancs", si importants, réconfortants et revivifiants!

 

Merci enfin bien sûr à mes enfants et à mon mari, qui m'ont suivie et soutenue avec constance et confiance. Ils m'ont accompagnée, beaucoup fait rire et je sais que je  leur dois en très grande partie, la réussite de ce voyage.

 

Un voyage « en solo », pour être réussi,  n'est jamais tout à fait un voyage solitaire!

 

A tous encore un très grand et amical merci!





 










Martine.

Globe-trotteuse ... et artiste peintre (www.miltis.com
Madras, le 17 avril 2009
 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - TDM : remerciements

 

 Une petite ville située tout  près de Mahabalipuram, sans grand charme, sauf un mont en haut duquel se trouve un templion  - où les aigles qui venaient se faire nourrir par les prêtres ont disparu -  que l'on peut voir après avoir gravi un escalier de .... 6OO marches! Autant dire que Gilles l'a fait tout seul ( une vraie performance par 38° à l'ombre ! ) pour aller y retrouver ses copains, les chèvres et les singes...

 

Kumbakonam-033.jpgMahabalipuram-022.jpg


 Un restaurateur ambulant comme il y en a partout, et toujours le manque d'eau potable : là, un distributeur d'eau UNICEF            


 

Dans la ville basse, un vaste temple «  Vedagirisvara » dédié,  à Shiva, en pleine activité religieuse, et dont Gilles a enfin fait la connaissance  ...Quatre gopurams de belle facture marquent chacune des entrées du temple, un joli pavillon au milieu d'un lac complète les atouts de cette petite ville grouillante de mendiants et de brahmanes .... de bananes, de noix de coco et de vieux bus :  image d'épinal de l'Inde ! Et aussi de très beaux visages de petites filles ( voir article sur les portraits )
                                                                



 







Dans les temples, il faut retirer ses chaussures .... mieux vaut donc se laver les pieds en sortant !


Ci-dessous : sur le chemin du retour, nous avons croisé une procession pour un enterrement  : le défunt est placé sur un char coloré  dont les fleurs sont éparpillées tout au long du chemin.



 

Eh oui : tout a une fin, il en va de même pour mon voyage qui s'arrête là ... avant notre départ demain  de Chennai (Madras) vers Paris. Mais à Chennai, nous avons dîné, juste avant de prendre l'avion (à 4h du matin!) avec Immanuel et Mary Morais, que j'avais rencontrés à Bangkok! Le monde est bien petit!

Alors l'Inde? effarante ou fascinante ?

Un peu les deux :  en arrivant à Bombay, j'étais plutôt effarée, un mois plus tard je suis plutôt fascinée par la démesure, la variété, les couleurs, les coutumes, les religions et les rites cultuels de ce pays déroutant mais envoûtant ... On ne peut qu'être fasciné par cette civilisation unique et mystérieuse, qui a agi moi comme un sortilège. Difficile de trouver des qualificatifs pour décrire ce pays : anarchique, extravagant, excentrique, frénétique, délirant, un pays qui remplit le coeur et l'âme ... Une expérience unique, remplie de moments très forts et très émouvants.
Plus qu'une envie : y retourner pour continuer à apprendre et à comprendre ! 

   

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

11 - 15 :  Mahabalipuram

 

Mahabalipuram-005.jpg


Martine étant dans les choux ( ou plutôt dans une soupe de piments ) pour cause d'ennuis gastriques ... C'est moi qui prends la plume !


Mahabalipuram-002.jpgMahabalipuram 004

Nous sommes donc dans un  hôtel à l'écart du petit village de 12 000 habitants, sur une magnifique plage du golfe du Bengale, appelé encore Mamallapuram ( ce qui signifie «  le village du grand sacrifice » ).

Ce site  eut son heure de gloire au 7ème siècle avec un roi Pallava surnommé Mamalla qui fit construire  une kyrielle de monuments dont certains restent inachevés. Ceux-ci ont résisté  au tsunami de décembre 2004, quand la mer a pénétré sur  30 km à l'intérieur des terres. Les barques colorées de la plage sont neuves : elles ont été offertes aux indiens par les allemands, après que le tsunami  les a  toutes détruites :  nous sommes en effet ici au coeur de la zone désastrée.

 

Nous avons donc visité « le Shore Temple » dédié à Vishnou, qui fait face à la mer,  les cinq merveilleux temples  monolithes ( Five Rahtas ), taillés dans du granit jaune  en forme de chariot, chaque dieu ayant son nandi (sa monture) à proximité, la célèbre « descente du Gange » :  un bas relief de 27 m de long et 9 m de haut, sculpté directement dans un bloc de granit, et enfin une surprenante boule de granit qui tient en équilibre par la grâce des divinités hindoues.

Mahabalipuram-018.jpgMahabalipuram-025.jpg

Le Shore Temple...                                             
                                                                                 et les Five Rathas.
 Mahabalipuram-028.jpgMahabalipuram 035


Ca trompe énormement  et La descente du Gange 

Mahabalipuram-033.jpg    Gilles a la recherche de chemins aleatoires... 











Mamallapuram, ce sont aussi, perpétuant la tradition, de très  nombreux sculpteurs  sur pierre dont les œuvres sont  exportées  dans le monde entier.


 




Savez-vous comment on appelle les français en Inde ?  Les "routards sous le  bras" !! Véridique ...





 Tous les jours, les pêcheurs partent sur leurs petites embarcations  colorées malgré les rouleaux.

 La mer très  est très dangereuse ici à cause des lames de fond, ce qui  nous empêche de nous baigner plus loin que la taille  (mais avec un longi quand même!).

Enfin, le long de la plage, en marchant au hasard, nous avons traversé, pour revenir sur nos pas vers l'hôtel, un très grand "bidonville" dont la précarité et l'insalubrité hallucinantes nous a fait frémir ... sans doute le pire de tout ce que j'avais vu jusqu'à présent. Un village sans doute dévasté par le tusnami de 2004 et non encore reconstruit ... qui restera longtemps gravé dans nos mémoires. Nous en sommes sortis en pressant le pas vers le confort , pas très fiers ...!


Mahabalipuram-003.jpgMahabalipuram-038.jpg


 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

                                                       pondicherry-002.jpg

 

Tandis que Pierre ( le pauvre ! ) est resté à Paris, que Charles est à Berlin, que David est à Séoul,  je viens de retrouver Gilles ( alias Gilnesh ) en Inde , à Pondicherry .

Encore une famille victime de la mondialisation !!

 

Bref, on était très contents de se retrouver .... dans une ville bien française ! l'un des cinq comptoirs de la Compagnie Française des Indes Orientales ( avec Chandernagor, Karikal, Mahé, et Yanaon ).

 

Pondicherry, anciennement : PUDU CHERI ( « le nouveau hameau » en tamoul ) rebaptisé récemment Puducherry, 700 000 habitants. Une ville située en bordure du golfe du Bengale ( enfin depuis le temps que je l'attendais celui là! ), séparée en deux par un canal (à sec forcément !) : le long de la mer, « la ville blanche », ancienne ville coloniale sous l'influence du Gouverneur DUPLEIX de 1742 à 1754, où l'on peut voir les belles demeures du 18ème dans des rues portant encore (plus pour longtemps) des noms bien de chez nous (Saint Gilles entre autres -  je ne savais pas que Gilnesh était un Saint... mais puisque c'est écrit !) et de l'autre côté du canal, « la ville noire », celle des "locaux", qui ressemble à n'importe quelle autre ville indienne, sauf qu'elle a des rues à angle droit ( le génie français ?).
A Pondicherry, ville très cosmopolite et  brassée de religions diverses, les sentiments sont contradictoires : richesse et pauvreté se côtoient, de même que les senteurs de jasmin et d'encens se mêlent aux odeurs nauséabondent des égouts et des poubelles ...
 
pondicherry-050.jpgpondicherry-007.jpg

Deux autres figures emblématiques de Pondicherry, Sri Aurobindo et sa compagne Mirra Alfassa appelée « la Mère », deux personnages très portés sur la spiritualité, qui ont respectivement fondé l'Ashram d'Aurobindo, et Auroville, paradis utopiste très soixante-huitard dont le centre spirituel est le Matri Mandir ...Pas très convaincant à mon avis.

A ce sujet, Madame Guitry, qui nous a accueillis dans une magnifique maison coloniale qu'elle a rénovée, nous a expliqué que beaucoup d'indiens, lassés par la multitude des dieux ( ils ne savent plus très bien à quel Saint se vouer ...) se tournaient maintenant de plus en plus vers des lieux de méditation et de silence à tendance monothéiste, comme l' Ashram Aurobindo auquel nous sommes allés ( mais pas de photos!) , un lieu paisible en plein centre ville, où de nombreux fidèles viennent méditer.
 



pondicherry-035.jpgpondicherry-022.jpg

Le Matri Mandir...                                      Dans les rizières...

Nous sommes aussi allés voir les pêcheurs au filet sur la plage, les temples dédiés au gentil Ganesh et à la terrible Kali ( déesse de la mort souvent représentée un crâne à la main ) et évidemment Gilles étant là, je n'ai pas coupé à la tournée des églises ( heureusement, il y en a moins qu'à Rome!)
                                                                                                                                               
Le Golfe du Bengale avec une eau à 28 ° ( on a trouvé sur les rochers un foetus enveloppé dans du papier journal ... ),
Une hutte de pêcheurs sur la plage,

et la déesse Kali, la méchante,
qui tient dans l'une de ses mains la tête d'une de ses victimes : 


pondicherry-014.jpgpondicherry-010.jpg


pondicherry-053.jpgpondicherry-026.jpg

Il était temps que j'arrive : Martine, plus Ganesh que Kali (ouf!!!), aime trop les éléphants. Le retour au milieu des tulipes : tout un programme....

(article écrit "à quatre mains" le 10 avril) .

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

 


Chidambaram-014.jpgChidambaram-020.jpg


Chidambaram-036.jpgKanadukathan-015.jpg


Chidambaram-039.jpg

Eh voilà, dernière étape avant Pondicherry :

Chidambaram
...la route fut longue car elle est en travaux ( comme presque partout !), mais les trajets en voiture sont toujours très intéressants, car il s'en passe des choses..., le long des routes, en Inde !
 


Beaucoup de monde qui marche : des femmes, paquets sur la tête, j'en ai même vu portant des piles de briques ! Des hommes qui vont aux champs ( ici surtout de riz, de canne à sucre ) , d'autres à vélos chargés comme des bœufs de tout et n'importe quoi, de bois, de bidons, de chiffons, de cartons etc...de vieilles charrettes tirées par des buffles blancs transportant du sable ou des cailloux , de petits « taxis collectifs » plein à craquer jusque sur le toit, des gens qui font la sieste allongés par terre, qui mangent, qui papotent ou qui font leur toilette dans l'eau des rivières ...des troupeaux de chèvres ou de vaches qui déambulent sur la route et il faut attendre que ces messieurs- dames passent ...

 

C'est de là que l'on peut le mieux approcher la vie des petits villages, la structure et l'organisation de la vie sociale : les intouchables et les plus basses castes habitent des huttes branquignolantes, en enfilade le long de petits chemins où la poussière rouge vole tous azimuts.. elles sont en bambou ou bouse de vache séchée mélangée à de la terre, parfois en briques recouvertes de ciment peint de toutes les couleurs. Les toits toujours en feuilles de palme . Humains et bestiaux vivent en bonne communauté, dormant à même le sol en terre battue. Parfois, on aperçoit une jambe ou un pied qui dépasse ...tandis que les femmes cuisinent assises par terre sur le pas de leur porte, seule ouverture, les enfants nus s'amusent à courir après la chèvre qui se nourrit dans les tas d'ordures......bref, là c'est la grande misère, celle que je n'ai jamais voulu, par respect, prendre en photo.

 

Sur les chantiers du bord de route, j'ai été surprise de voir des femmes avec des pelles et des pioches, travailler avec et comme les hommes. (ils sont entrain de faire une nouvelle voie ferrée qui reliera Trichy à Chennai ).

 

Nous avons croisé sur la route des centaines d'hommes et de femmes – toujours très élégantes - portant sur leur tête de gros paquets, marchant en enfilade .. Rama ( le chauffeur ) m'a expliqué qu'ils faisaient un pèlerinage pour se rendre à une fête chrétienne : 180 km à pieds ! Je n'ai pas pu en savoir plus. Rama est un excellent chauffeur, mais niveau culture, c'est zéro pointé .

 

A l'abord des petites villes, on aperçoit aussi les fastueuses demeures des castes supérieures, presque des palaces ...notre petite maison de « Carquedingue » ferait figure à côté, de maison de gardien... et encore !!

 

Mais partout beaucoup d'écoles, de collèges, d'universités. Il est évident que l'Inde met le paquet sur l'éducation. Tous les élèves et étudiants sont en uniforme et souriants, manifestement contents de leur sort. On les comprend !

 

Pour une fois que je voulais aller faire un tour à pied, toute seule ( avec mon couteau et ma lampe électrique dans la poche comme toujours !) , il m'est arrivé une aventure qui vaut le coup d'être racontée :

Depuis un moment j'entendais de grosses déflagrations, donc un peu peur car il y a eu des attentats à la bombe cette semaine encore . Je vois un gars qui pose un gros paquet blanc au milieu de la chaussée à 50m de moi, je presse le pas, et tout d'un coup BOUM!, une énorme pétarade à en faire trembler tous les dieux du Nirvana, une grosse boule de fumée, et puis une pluie de petits bouts de papiers blancs qui s'éparpillent sur la route comme des papillons! Le bruit m'a tellement fait sursauter que j'ai trébuché , suis tombée par terre sur la chaussée ( heureusement pas de charrette à buffles passant à ce moment là) , et je me suis fait une belle égratignure à la jambe!). En me retournant j'ai compris : au loin arrivait un vénérable Eléphant enguirlandé , suivi de toute une foule de fidèles en liesse, pour aller au temple !! et donc, pour marquer le passage du Saint Animal, on fait sauter des pétards pour dégager sa voie, environ tous les 200m !! Au risque de foutre une bonne trouille à l' ignorante touriste que je suis ...

ce qui a fait marrer le gars à la « bombe », lequel est venu me voir, hilarant, pour entamer devant moi une danse endiablée , la « Shiva nataradja »...

 

Quant à Chidambaram, rien à dire : c'est encore une bonne petite ville indienne qui nage dans sa cacophonie, sa puanteur et sa poussière ...
Là changement de décor en ce qui me concerne : mon hôtel pourtant classé "chic" dans Le Routard est plutôt, comme dirait Gilles, « bas de plafond », et tellement bruyant, coincé entre un temple en plein festival de la musique et une gare des bus . Si on ajoute une clim qui fait un bruit de locomotive à vapeur qui explose ....et les employés de l'hôtel qui jouent à cache- cache dans le couloir... vous imaginez le tableau ! De sorte que je n'ai pas pas fermé l'œil de la nuit malgré 2 boules quies l'une sur l'autre de chaque côté!

Encore une nuit à tirer ici, demain ça ira mieux !

 

En revanche un temple magnifique ( malheureusement interdit aux appareil photos ... Je suis quand même arrivée, mine de rien, à en grappiller quelques unes !) dédié à ... je vous le donne en mille : à SHIVA , hé oui, encore!! mais attention « Shiva dansant » - Sri Sivagami Amman Temple -ce qui change tout !

Un temple qui vaut le détour, très grand , très beau, mais surtout le plus « vivant » que j'ai pu voir : une immense foule cosmopolite que grouille de partout : mélange de mendiants, de brahmanes en tous genres - mais toujours caste supérieure attention! -, de fleuristes, de fidèles qui font la queue pour se faire bénir dans les différents sanctuaires ( un peu d'eau sur la tête, une petite gorgée, un peu de couleur sur le front le dessin et la couleur suivant la déité vénérée, une feuille dans la bouche pour sucer, puis on vous met un espèce de chapeau en paille sur la tête – style nos chapeaux de plage – avant de le retirer aussi vite ). Et voilà le tour est joué! . D'autres se prosternent à genoux, ou bien s'allongent de tout leur long par terre, se frappent la tête , le front, la poitrine, font quelques courbettes les mains jointes, et bien sûr, on fait une petite donation pour l'entretien du temple.

Et puis comme d'habitude, on dort, on mange, on discute.. tout cela au milieu des lampes à huile et des guirlandes de fleurs ..Bref, un vrai spectacle qui pourrait nous retenir et nous ravir des heures entières.

 

Enfin pour finir plus en douceur, un petit tour en barque sur un lac situé à environ 10 km de Chidambaram, mais je ne sais pas trop où exactement : on s'est perdu!

Et pour que Rama se perde, il faut se lever de bonne heure!

Je sais juste que nous étions à 4km du Golfe du Bengale ( ouf! on s'en rapproche! ) , que c'est un lac d'eau salée, en fait, une mangrove. Très joli et reposant. Comme je n'avais pas envie de laisser « mon ange gardien » poiroter une heure à m'attendre, j'ai joué un peu la comédie : j'ai dit que j'avais peur d'y aller toute seule, le pilote – enfin... le rameur - , a eu pitié de moi et voulait surtout ne pas perdre une cliente... il a invité Rama qui a ainsi pu m'accompagner gratos ! Il était super content! Et moi aussi! Une bonne journée.


Chidambaram-047.jpgChidambaram-045.jpg

Chidambaram-044.jpg Chidambaram-010.jpg

 

Chidambaram-006.jpg 

 
Photos:
Dans la mangrove (en haut)
Le pétard et la troupe de l'éléphant qui arrive au loin,
Collégiennes
En bas , pélérinage le long des routes.
Les femmes au travail ...

J'ai trouvé les femmes indiennes très courageuses, elles travaillent comme les hommes, la pioche à la main, à la réfection des routes ( les troncs des  arbres décorés de carreaux noirs et blancs signifiant l'équilibre entre le bien et le mal ...)

Elles marchent beaucoup, tiennent de petites épiceries le long des routes et dorment à même le sol.
Il y en aurait des choses à dire sur le statut des femmes en Inde ! : du mariage arrangé qui semble être encore aujourd'hui la règle, en passant par la dot obligatoire, la totale dépendance aux hommes,  le travail épuisant, et  le veuvage qui - la femme se trouvant alors totalement déconsidérée aux yeux de tous -  se termine parfois en suicide sur un bûcher ( pour aller retrouver l'âme du mari ! ).
Elles m'ont surtout semblé résignées ...  là aussi, la route est longue.


pondicherry-022.jpgPeriyar-061.jpg

Chidambaram 005


..pondicherry-046.jpgKumbakonam-020.jpg

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

Portraits d'indiens

Chidambaram-051.jpgChidambaram-011.jpgChidambaram-024.jpgTanjore-039.jpgTanjore-038.jpgKumbakonam-021.jpgKanadukathan-005.jpgTanjore-047.jpgTrichy-018.jpgChidambaram-049.jpgTrichy-010.jpgChidambaram-004.jpgpondicherry-023-copie-1.jpgKanadukathan-014-copie-1.jpg

 Des













écolières,  toujours impécables, en uniformes, nattes et noeux dans les cheveux
Une femme qui va chercher de  l'eau "au bassin public" pour faire la lessive,
 Un brahmane dans un temple, Il porte le "tilak" sur le front ( on dit aussi tika, bindi, pottu... ) :  une larme de sang entourée de 2 traits blancs. C'est leur "troisième oeil" . 
Un Sâdhu : un ascète itinérant ayant renoncé à ses biens matériels. Les Sâdhus se promènent vêtus de dhôti orange ou safran, portent des colliers de graines autour du cou, et sont parfois armés d'un trident.
Une femme en plein travail dans une rizière,
Des dames faisant leurs offrandes, le jasmin dans les cheveux,
Un vieillard en pleine contemplation d'un mur...Il porte un "mandu" en coton blanc, noué autour de la taille et relevé au dessus des genoux. L'habit des basses castes.
Un ouvrier qui construisait un mur.
..

















Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

Tanjore et Kumbakonam



Tanjore 042

En continuant ma route vers l'Est, me voici à TANJORE 220 000 habitants, 335 km (encore ! ) de Chennai ...

La route est belle : bordée de palmeraies au vert lumineux et satiné, de rizières au vert plus foncé, de champs de canne à sucre ou de blé,  et même parfois d'alignement de galettes de bouse de vache qui sèchent sur les bas côtés, et serviront à construire les maisons en pisé. La conduite est toujours suicidaire, et parfois je suis étonnée d'être toujours en vie !
 

 

Chennai est une jolie ville, très ancienne et très « authentiquement ...indienne », mais relativement calme.

 

D'abord une bonne surprise : un magnifique hôtel, situé au bord du fleuve Kaveri, à 7km de la ville, en pleine nature avec des pelouses en kikuyu où broutent quelques vaches !. Une merveille!!

 

La ville est surtout connue pour son musée, la Marata Palace, un vrai musée de sculptures anciennes ... très compliqué!

Elle est connue aussi pour ses artistes : notamment sculpteurs sur bois et en métal : j'ai ainsi pu assister à la fabrication d'une statuette en bronze : impressionnant : je n'avais jamais vu travailler le bronze dans de telles conditions ...! on crée un modèle en cire, on l'entoure d'une gange en ciment, on chauffe pour faire fondre la cire, et ne garder que le moule, que l'on remplit alors de bronze, on fait chauffer 15 mn, on retire du feu, on casse le moule avec un marteau, et voilà ! On découvre la statuette en bronze ! 


 Tanjore-070.jpgTanjore-075.jpgTanjore-076.jpg                                                               

La ville est enfin surtout célèbre pour son Temple inscrit au Patrimoine mondial de l'UNESCO :

le Brihadishvara dédié à Shiva.

Petit rappel pour ceux qui n'auraient pas compris du premier coup :

SHIVA est le dieu du cycle de la vie et de la mort. Il peut notamment détruire le monde en y mettant le feu. Dans le chignon de Shiva, on voit la petite tête de Ganga, la déesse des fleuves : c'est Shiva qui murmure à l'oreille de ceux qui meurent sur les rives du Gange un mantra qui les délivrera du cycle des rennaissances.

Il épouse la belle PARVATI, la soeur de Vishnou et ensemble ils auront 3 enfants : 2 garçons: l'éléphant GANESH, le dieu des voyageurs, SKANDA le pur, et une fille LAKSMI la déesse de la beauté.

LAKSMI épouse le dieu VISHNOU son oncle, frère de Parvati ( vous suivez? ). Vishnou est celui qui maintient le monde en état de grâce, grâce justement au déluge qui éteint l'incendie de Shiva.

 

Ah! les histoires de famille, c'est souvent bien compliqué! ... et les interprétations divergent!

 

Mais plus sérieusement, je suis entrain de lire un petit livre sur l'hindouisme, écrit en 1929 par le Prof. Sarma ( très connu ici ) revu et corrigé en 2007, et commence à comprendre, que derrière tout ce qui peut nous paraitre un peu « folklorique », il existe dans la religion védique, un « Être Suprême » ( the « Suprême Being ») qui est à la fois transcendant et immanent .

Tout le reste au fond, n'a que peu d'importance, et l'incroyable panthéon des dieux hindous , qui ne cesse d'ailleurs d'augmenter – on en compterait aujourd'hui plus de 300 000 ! - ainsi que les innombrables rituels , font partie de la vie quotidienne, sans réelle signification religieuse très précise.

 

Et puis 90 km plus loin, toujours vers l'Est ( Ah je vais bien finir par le voir ce golfe du Bengale!), c'est KUMBAKONAM, avec également un temple classé au Patrimoine mondial le Darasuram Temple, et enfin de belles fonderies de bronze ( avec même une école de sculpture.( bon, c'est un peu la répétition d'hier, c'est vrai ! C'est comme les châteaux de la Loire quoi : on suit la route ...! )

 
Tanjore-054.jpg

Tanjore-064.jpg

Tanjore-045.jpgTanjore-044.jpg


Tanjore-051.jpgTanjore-048.jpg

                                                                                                                                                                                                                                      Les photos qui suivent sont celles du temple de Tanjore. où je me suis fait "baptisée par l'éléphant" ! on lui met une pièce dans la trompe, et hop! il vous pose le bout de la trompe sur la tête !! ( c'est pas vraiment "popo dessus " qu'il m'a fait .... mais pas loin :)
 Cet homme en rouge qui se proterne devant l'éléphant  est appellé un Jamiyan dans le Tamil Nadu : c'est quelqu'un de très important, un maître, venu et reparti en voiture comme un chef d'Etat !
enfin le portrait de SHIVA ( à droite) et de sa femme PARVATI (à gauche).

 

Parvati-2.jpg  Shiva.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde


Trichy-014.jpg


Trichy-019.jpgTrichy-020.jpg

TRICHY, rebaptisé TIRUCHIRAPALLY par les indiens, toujours pour faire simple, est surtout un grand carrefour commercial, routier et ferroviaire ( un aéroport, plusieurs gares , et un nombre de bus qui dépasse tout ce que l'on peut imaginer ...


Pas grand chose d'intéressant si ce n'est le magnifique Temple SRIRANGAM, dédié ( entre autres ... ) à Vishnou, dont la construction s'est prolongée sur 10 siècles ( 10 /20ème ), et qui fait , toutes enceintes comprises, 3 km sur 3 !


Tout est fascinant dans ce temple :
-ses 8 enceintes successives dont les 3 premières sont fondues dans la ville ( là on peut entrer en vélo, acheter toutes les bondieuseries que l'on veut dans les boutiques, se faire happer par les mendiants ou arnaquer par les faux guides... ce qui fut mon cas et a provoqué une belle engueulade au moment du paiement! )
- les gopurams = ses hautes tours, dont l'une est restée toute blanche, ses immenses mandapas, ensembles à colonnades ( dont le plus grand compte 953 piliers ), ses amnans ou sanctuaires (dédiés à Vishnou, Garuda sa monture, Krishna le berger avatar de Vishnou et bien d'autres !) sanctuaires où seuls les hindous peuvent entrer, pour recevoir la bénédiction des brahmanes ( une gorgée d'eau, une aspersion sur la tête, le tahki sur le front, et une petite feuille de menthe .... à sucer ).


Il faut retirer ses chaussures à la 4ème enceinte et les touristes doivent rester hors des sanctuaires.


Dans la partie réservée à Ganesh ... un éléphant, un vrai! gardé par son maitre.


Le temple est aussi un vrai lieu de réunion et de vie, où l'on discute, dort, mange ...


Petit retour en arrière sur l'hindouisme, qui repose donc sur deux grands principes :


1 - le respect de « l'ordre cosmique » : le DHARMA – Dame oui, c'est comme ça! surtout ne rien changer à l'ordre des choses, et s'en contenter, en espérant mieux pour la prochaine fois –


2 - et le KARMA : le « Kasier judiciaire », qui suit tout un chacun tout au long de sa vie et où s'entassent les bonnes et les mauvaises actions ... et selon que le casier sera bon ou mauvais, on sera plus ou moins vite réincarné en mieux ou en pire, et finalement peut être, un jour, on sera libéré du cycle de toutes ces réincarnations , pour atteindre définitivement


le paradis = la MOKSHA ( et surtout pas la Mosquée !)


Quant au Bouddhisme, ici on le boude car il prône l'abolition des castes ...et met donc un peu trop la pagaille...

Justement, petit retour aussi sur le système des castes : 


Au commencement était Brahma, dieu de la création, et le brahmanisme réglait la vie hindoue .
Brahma est à l'origine des castes ( "caste" vient du portugais"casta" qui signifie "pur") : 
en effet:
-c'est de sa bouche que sortirent: les Brahmanes qui sont au sommet de la hiérarchie des castes ( végétariens, interdits d'alcool, lettrés, purs ). Nehru, devenu 1er ministre de l'Inde appartenait à cette caste, c'était un "pandit" c'est à dire un érudit
- puis de sa poitrine sortirent les guerriers, protecteurs "musclés"
- de ses bras, sortirent les marchands, qui viennent donc au 3ème rang, dont faisait partie Gandhi, le futur "père de la nation"
Ces  trois premières castes sont dites "supérieures"
-Enfin de ses jambes sortirent les serviteurs, divisés en nombreuses  sous- castes qui sont toutes des "basses" castes.
Mais malheureusement, le corps de Brahma n'est pas assez grand pour contenir tous les humains : il existe donc une masse indistincte de "sous-hommes sortis de nulle part", répartis en sous-castes selon leur métier (les plus impurs étant les incinérateurs, les vidangeurs, les éboueurs - (il ne doivent pas être nombreux à en juger par le nombre de poubelles non ramassées et d'imondices !) : ce sont les PARIAS ou "fantômes d'hommes", que les anglais ont appelés :  "intouchables".
Actuellement, parias et intouchables sont des termes prohibés, on préfère le terme de Dalits, les déshérités, dont les plus impurs mangent de la viande et boivent de l'alcool, ce sont des quasi-bêtes.
Cependant, si on reste dans la caste  de sa naissance toute sa vie, cela ne signifie pas pour autant que les parias ne puissent pas aujourd'hui, faire du commerce, s'enrichir, ou faire de la politique et devenir député ou même gouverneur d'un Etat, comme c'est le cas par exemple aujourd'hui dans le Tamil Nadu et l'Uttar Pradesh . La législation tend de plus en plus à imposer un système de quotas dans bien des domaines - surtout les fonctionnaires, les étudiants ... mais la route est longue... très longue, car curieusement pour nous, le système des castes existe bien encore, perdure, et fait partie intégrante de la religion et de l'organsation socio-culrurelle hindoue.
Cependant la révolution est en marche : des Dalits gagnent des élections et marchent vers le pouvoir. S' ils y parvenaient ce serait l'ensemble de la conception sociale hindoue qui s'en trouverait inversée.
Mais les résultats des élections législatives en cours viennent de tomber : le Parti du Congrès dirigé par Sonia Gandhi arrive en tête. Elle sera probablement la future Présidente de l'Inde socialiste mais de plus en plus tournée vers le libéralisme. pas encore pour cette fois une intouchable au pouvoir!

Quant moi, il faut que je vous fasse un aveu : j'ai rencontré un brahmane, qui a réussi à me séduire (par sa foi!), et j'ai décidé, après avoir bien réfléchi, de me convertir au Bouddhisme . Je crois vraiment que c'est la bonne et unique voie à suivre pour vivre loin de toutes les contingences terrestres. J'ai donc annulé toute la fin de mon périple, et je me suis inscrite dans un Ashram pour y finir mes jours en paix ... Bref, je reste là, à Trichy.


Trichy-008.jpgTrichy-023.jpg

Trichy-016.jpgTrichy-025.jpg
Trichy-001.jpgTrichy-009.jpg

Pour finir donc, en vous faisant mes adieux (mais non c'est pas vrai aujourd'hui c'est le 1er avril:) , quelques photos de ce temple fantastique..

En haut, le grand mandala avec l'éléphant au fond
Dans le sanctuaire, les femmes font leurs offrandes en allumant des lampes à huile,
L'entrée d'un autre santuaire
et les papotages habituels!

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

 

Kanadukathan : Ses Palais et ses Cabanes ...

Kanadukathan-003.jpg

Kanadukathan-001.jpg


Alors, Kanadukathan, ça se trouve dans le CHETTINAD une petite région, entre Karaikudi et Pudukkottai ... je suis sûre que vous voyez très bien !!


En tous cas, nous sommes bien arrivés, Rama et « moi-même personnellement » au «  Chettinadu Mansion », classé quand même «  très chic » dans le Routard ( encore , ça devient une habitude !) ...c'est une grosse maison bourgeoise du 19ème, restaurée ( mais bon.... ) et transformée en chambres d'hôtes par son propriétaire, un ancien businessman âgé de plus de 80 ans, qui nous accueille, charmant.


Je suis ravie d'être là, car c'est peut-être la seule et unique fois, où je serai « à la campagne ».


Kanadu.....est en effet un petit village de 10 000 habitants, perdu au milieu de nulle part ( si : dans l'état du Tamil Nadu ! ), où la seule chose «  touristiquo-historique » à voir c'est le Palais 19éme d'un vieux Radjah de 91 ans, et qui vit aujourd'hui à Bombay. Il autorise la visite de son Palais ( gratuitement en plus! Mais bon, on est Radjah ou on l'est pas ...), ce que je n'ai pas manqué de faire.


C'est aussi une ancienne ville de gros commerçants ( les Chettiars ), qui avaient « la bosse de la finance » - pour reprendre l'expression employée par notre hôte! - , ayant fait fortune dans le passé, en faisant commerce notamment avec le Sri Lanka et tout le sud asiatique ( pierres précieuses entre autres), et qui sont aujourd'hui tous partis, laissant derrière eux de magnifiques demeures laissées à l'abandon, témoin d'un opulent passé ...


Mais aujourd'hui c'est plutôt la grande misère qui y règne, et le manque d'eau potable, qui est un des plus gros problèmes de l'Inde, est ici évident. Les réserves sont vides, on attend la mousson avec grande impatience. Beaucoup n'ont de gens  pas l'eau courante.


Ceci en plus de tous les autres problèmes bien sûr : sanitaire - recrudescence de dengue et de chikungunya , de poliomyélite – scolarisation déficiente, pauvreté, électricité défaillante (coupure de courant toutes les 5 minutes ...merci pour mon blog!), esclavagisme des enfants « volés », femmes battues ( il y a en Inde énormément d'associations qui luttent contre ce fléau que je ne soupçonnais pas ) etc...
 

Tous ces problèmes ne sont pas du tout occultés par la presse, qui au contraire en fait ses choux gras en cette période de débauche électorale ! La prresse étant en Inde extrèmement libre.


Difficile de croire dans ces conditions que l'Inde soit en passe de devenir l'une des plus grandes puissances mondiales! C'est le pays des paradoxes où Palais et Cabanes se côtoient, sans que le « commun des indiens » ne semble s'en offusquer ... fatalisme et résignation ... toujours avec le sourire, c'est le destin, l'ordre cosmique : le Dharma, c'est comme ça et on n'en parle plus!.


Petite précision vestimentaire : la jupe que portent les hommes – ou longue ou relevée aux genoux – quand elle est blanche et en pur coton s'appelle un « hotie », quand elle est colorée et en coton mélangé, s'appelle un « lungie ».. ...et non un "pandi" comme m'avait dit Rama, à moins que le nom change suivant les régions. Toujours bon à savoir !!


Enfin, il est 9h du soir, je viens de regarder quelle est la température au thermomètre dans la cour extérieure de l'hôtel : 35° !! Merci la clim, même quand elle fait un bruit d'enfer !


Bref, suivent quelques photos, de « mon petit coin de paradis » .... à vous de juger !

Kanadukathan-016-copie-1.jpgKanadukathan-015-copie-1.jpg

Kanadukathan-011.jpgKanadukathan-019.jpg

Kanadukathan-014-copie-2.jpgKanadukathan-008.jpg


Photos
Ma guest-house ...repas servi sur une feuille de banane ...
mais, juste en face le palais du Radjah, la réserve d'eau est à sec ...
et les gens vivent dans des cabanes sans eau courante.

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Inde

Hébergé par Overblog