Martine autour du monde ...

Photos : Mon arrivée à Luang Prabang ... 

 

25 février au 9 mars 2009



Politique:


La République Démocratique Populaire du Laos (RDPL) est une "république" à parti  communiste unique  le PRPL (Parti Révolutionnaire Populaire lLo) avec un Président de la République élu par le parlement pour 5 ans. Le pays est divisé en 16 provinces (dont la province de Luang Prabang).
Depuis 1991 le Laos se qualifie "d'Etat de démocratie populaire pluriethnique"

 Les journaux sont pour la plupart contrôlés par le ministère de l'information. Certains sont en anglais et en  français (Le Rénovateur).

.

Le Laos se tourne de plus en plus vers l'extérieur ( la France y a construit un grand barrage hydroelectrique )  pour essayer d'endiguer la pauvreté ( avec un revenu par tête de 300 dollars US ). C'est un des pays les plus pauvres du monde, avec une mortalité infantile de 85 pour mille
Il est membre de l'ASEAN depuis 1997.


Géographie :


Le Laos est situé entre le 14ème et le 20ème parallèles nord. D'une superficie de 236 800 km2,  avec un peu moins de 6 millions d'habitants (24 hab. au km2 en 2005), le pays qui n'a pas d'accès à la mer, s'étend du nord au sud sur 1500 km. Il est bordé à l'est par la Cordillère annamitique (2850 m), et à l'ouest par le Mékong (1900 km au Laos), qui forme en grande partie la frontière avec la Thaïlande, mais est peu navigable à cause de son débit irrégulier.
Le Laos a donc une frontière avec 5 pays : la Chine, la Birmanie,, la Thaïlande, le Vietnam, et le Cambodge.

Les montagnes et plateaux occupent 70% du pays. Les forêts sont très dégradées.

L'agriculture est la principale source de revenus et occupe 70% de la population Les principales cultures sont : le riz, mais, fécules, café, cacahouètes, coton et tabac.

C'est aussi le 3ème producteur mondial d'opium après l'Afghanistan et la Birmanie.

Le brulis, bien qu'en principe interdit, reste toléré  très pratiqué ce qui est problématique pour la conservation des sols.

Le climat tropical, caractérisé par les moussons, avec 2 saisons: sèche d'octobre à avril et pluies de mai à septembre.
 

La population est composée de 68 ethnies classées en 3 groupes principaux: les Lao Lum (ou Lao des plaines), les Lao Theung (ou Lao des versants), et les Lao Sung (Lao des montagnes).

 
Histoire:


La tribu Lao appartient à la même ethnie répartie dans tout l'Asie du Sud- Est : au 9ème siècle, le Laos est peuplé par des vagues de migrations successives de Thaïs originaires de Chine du Sud, et au 14ème est fondé le LANG XANG, "le pays du million d'éléphants", le bouddhisme s'implante définitivement.


Ensuite l'histoire du Laos est chaotique et complexe: le royaume se morcèle et passe successivement sous domination des Birmans, des Chinois, du Siam (ancien nom de la Thaïlande jusqu'en 1939)  ...

Protectorat de la France en 1902 et domination japonaise pendant la seconde guerre mondiale...


L'indépendance du royaume fut proclamée le 8 avril 1945 unilatéralement par le Prince indépendantiste PHETSARAT, passé dans la clandestinité, 

En 1949, un accord franco-laotien proclama le Laos " Etat associé indépendant " continuant à faire partie de l'Union Française, Enfin, en Octobre 1953 la France reconnaissait  la pleine souveraineté du Laos qui devint alors une monarchie constitutionnelle, reconnue par la Communauté Internationale.

Le roi était alors SISAVANG VONG . Son fils  SI SAVANG VATTHANA  qui pris sa succession en 1959, fut le dernier roi du Laos.
A l'époque,  la guérilla existait toujours entre les communistes du Nord (le Pathet Lao) et les forces anticommunistes au Sud. La rébellion communiste a abouti en 1975 à la prise de pouvoir par le Pathet Lao,  à la création de la RDPL et à l'exode de l'élite politique et économique du pays vers la Thaïlande . Environ 300 000 personnes auaient quitté le Laos, soit 10% de la population..
Le roi Savang Vatthana fut envoyé, avec son épouse et un de leur fils, en camp d' internement. On ne le revit plus jamais. Il serait mort vers 75 ans.

L'ancien Palais  des  Rois, rebaptisé en 1997  "National Museum et Centre Culturel" , se visite actuellement.

70% des Laotiens sont Bouddhistes , 30 % animistes et quelques chrétiens.
La "religion bouddhiste" - (Petit Véhicule" ou Theravâda) , la plus ancienne et la plus proche des enseignements du Bouddha,  - est pratiquée, mais avec beaucoup moins de ferveur  que dans les autres pays de sud-est asiatique. Cette "religion" était tellement ancrée depuis le 14ème siècle, que le régime communiste a dû s'en accomoder ...

En fait, depuis 1995, les communistes développent  une politique "du tourisme", et pour cela la pratique du boudhisme peut être porteuse. Ils l'encouragent donc et  lui ont rendu ses lettres de noblesse puisqu'un stage de trois mois  dans une "pagode" ou le bouddhisme est enseigné, est oblligatoire pour tous les jeunes. On les appelle les "bonzes", le terme de "moine" étant réservé à ceux qui en font "leur profession".
 22 OOO moines dont 9000 "permanents". 



 



 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Laos

 

8 - 2 : Adieu Bangkok !!

 

7 jours que je suis ici ....et comme dirait l'autre , « non d'une pipe que je suis contente de quitter ce  bordel de Bangkok » !!

 

Je dis cela parce que ce soir, dans un élan de courage ou d'inconscience incontrôlée, je me suis décidée, à la nuit noire, c'est à dire vers 20h, à aller jusqu'au bout de ma rue ...un exploit!

Je n'avais pas fait 50m que j'ai compris : la bâtisse qui se cache derrière un arbre tout enguirlandé de loupiotes clignotantes, devant lequel se dresse un petit temple de rue bouddhiste ( ce que le jour doit à la nuit ...) c'est un bordel!

Je peux même vous dire qu'il s'intitule gracieusement le « Sala Club ».

 

Une vingtaine de filles en petite tenue ( mais c'est vrai qu'il fait très chaud et qu'avec l'air conditionné on risque d'attraper froid ) étaient entrain de se faire une beauté, se maquillant et se peignant sur le trottoir.

 

Du coup j'ai eu l'explication du look un peu particulier que je trouve à certaines personnes de l' hôtel et le malaise qui s'y traine.

Cet hôtel, je le dis tout de go, le « Sawasdee Skhumvit Inn », il vaut mieux le rayer définitivement de la carte des globe-trotteuses ...

Merci quand même pour l'expérience !!

 

Je suis toutefois allée jusqu'au bout de la rue, me frayant un chemin entre de pauvres erres avachis torse nus, sur les capots de vieilles voitures déglinguées, et les « roulottes » de nouilles fumantes dans des eaux crapoteuses à l'odeur de poisson pourri ... tout ça dans un ambiance feutrée où de petites tâches de lumières colorées se balancent au bout des branches ...

 

Et puis, retour au bercail !

 

Je crois qu'il est grand temps que je quitte Bangkok, si je ne veux pas, moi aussi me retrouver en prison comme notre camarade australien :)

 

Et dire que pas mal de touristes occidentaux, finissent leurs vacances en Thaïlande, par un séjour à Puket, eh bien moi, il faudrait me payer bien cher pour y aller !!

 

Pour finir en beauté, je suis allée faire les boutiques cet après midi ( le MBK le plus grand magasin de Bangkok ) pour m'acheter une robe pour l'Inde car il parait que là bas c'est indispensable ... ) et je suis allée visiter « le GRAND PALAIS »un véritable joyau, le plus beau palais je crois, que je n'ai jamais vu.

Construit au départ par Rama 1er en 1782 , il est entouré d'un mur d'enceinte de 2 km et couvre plus de 2OO OOOm2, ce qui donne une idée de son importance. Outre le Palais royal lui même et les résidences royales, il contient aussi des monuments publics et administratifs, des temples et la Chapelle Royale du Bouddha d'Emeraude, ainsi qu'une maquette du temple d'Angkor Wat.

 

Voici quelques  photos de mon hôtel et de ma rue ..."photos de rue", et du Grand Palais ...

 

Bye bye Bangkok !!

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


( Vous voyez mon lavabo, ma rue avec les sacs poubelles .... entre autres, et le resto de l'hôtel avec la télé ....basique , basique ....!!!!)

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Thailande

 Bangkok :

le-Grand-Palais-005.jpg


 
Le Bang Pa In Palace





Le marché flottant avec Immanuel et Mary


Le Wat chai Wattanaram


8 - 1 :Bangkok, capitale du pays depuis 1782, est une énorme mégalopole d'au moins 10 millions d'habitants dont beaucoup (on dit 4millions) sont des gens venus chercher fortune ici du fond de leur campagne. La moyenne d'âge de la population est très jeune.

 

C'est une ville tentaculaire, qui a grandi dans l'anarchie, contrairement à Singapour qui a poussé – comme Shanghai – dans l'ordre et la propreté. Cela fait l'objet actuellement d'un débat important dans les médias : on envisage des « plans » pour remettre de l'ordre dans la ville. Ce qui m'a semblé aberrant en arrivant, c'est la difficulté à se repérer, le nombre incroyable de très hauts immeubles en construction partout ( il y en a rien que trois autour de l'hôtel! ), en banlieue comme dans le centre, et les trottoirs qui n'existent plus, envahis qu'ils sont par les marchands ambulants et les « roulottes - restaurants » en tous genres, qui viennent s'y installer le matin , puis de nouveau le soir à partir de 18h, empêchant toute circulation des piétons! Et cela sans autorisation. C'est aussi un vacarme étourdissant et permanent.

 

Mon hôtel – très « bas de gamme » - est situé dans le quartier un peu excentré de Sukumvit, d'où il me faut minimum 1 heure de taxi pour rejoindre le centre! Heureusement depuis peu il y a le « Skytrain », un métro aérien rapide qui passe non loin... avec le métro souterrain, c'est une des grandes réussites de ces dernières années, mais ça ne suffit plus.

 

J'ai l'impression que tout est à revoir ici. Que c'est une ville qui a perdu son âme.

 

Les gens ne sont - dans l'ensemble - pas sympathiques du tout, ne font aucun effort pour nous rendre service ou nous faire un peu plaisir, et pour parler franc je me suis fait « envoyer paître » plus d'une fois!

Deux exemples : hier je suis partie faire un tour organisé à 5h du matin, donc sans déjeuner et comme je me sentais pas très bien, j'ai demandé au guide, plusieurs fois de pouvoir prendre quelque chose au passage .... rien à faire: j'ai dû attendre le retour à l'hôtel à 14h pour pouvoir enfin me restaurer! Quant à ses commentaires, c'était manifestement quelqu'un de cultivé, mais personne ne comprenait rien à cause de son accent, et à l'évidence il s'en fichait complètement, ne faisant que réciter sa leçon ...

Ce matin, je demande à l'accueil de bien vouloir me faire le numéro de téléphone de la compagnie aérienne pour confirmer mon vol de mercredi, d'abord j'ai eu beaucoup de mal à me faire comprendre car personne ne parle anglais ici, et après j'ai dû parlementer pendant au moins 10 minutes, avant que le gars accepte de me faire le numéro de la compagnie, en me faisant bien remarquer qu'il faudrait que je paie 40 baths!

 

Ceci dit, il y a quand même des choses intéressantes à voir ici.

 

D'abord, le fait que je ne sois pas dans un quartier touristique, mais populaire, ne me déplait pas : je peux mieux approcher la vraie vie des gens d'ici .

 

Et Bangkok est traversée par une rivière , la Chao Phraya River, qui forme une anse au fond de laquelle le cœur de la ville se niche, et qui est le départ de belles balades au fil de ses nombreux canaux.

 

Je suis donc allée au « marché flottant », situé sur des canaux, à environ 30 km de la ville : un vieux marché de Bangkok heureusement préservé. Très authentique.Et je me suis liée d'amitié avec un couple d'indiens de Chennai ....( we planned to have diner together just before leaving to Paris .... :)

Au retour, nous nous sommes arrêtés voir les éléphants (moins authentique!) et des sculpteurs sur bois dont j'ai admiré la patience et l'habileté. ( très similaires à ceux de Bali ).

 

Hier un grand tour d'une journée à Ayuthaya, 86 km au nord de Bangkok et ancienne capitale jusqu'à sa destruction par les birmans ( encore eux !) en 1767. Cette ville étant située à la jonction de trois rivières, elle se trouve sur une sorte d'ile : on y visite l'ancienne résidence royale : le Bang Pa In Palace qui date du 17ème siècle, les temples etc...

Le roi et la reine d'aujourd'hui ( Rama IX et Sirikit ) y ont toujours leur résidence « secondaire » que l'on ne visite pas bien sûr! ( photo avec Brigitte de Marseille, la seule française du groupe .... nous avons un peu fait bande à part et bien papoté toute la journée! )

 

Et puis sur la route, un arrêt à Wat Chai Wattanaram, un ensemble de temples bouddhistes fabuleux, bien qu'en ruine après avoir subi les assauts du temps ... et des Birmans!

 

Enfin, retour en bateau jusqu'à la ville , et le long du Chao Praya River, j'ai pu admirer les embarcations et les maisons traditionnelles avant qu'elles ne soient englouties par les buildings ...




 

 

 

 

                                                                                              

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Thailande

  19/25 février 2009

 

 

 


État du sud est asiatique, 514 000 km2, 65 millions d'habitants. Royauté jusqu'en 1238 puis monarchie constitutionnelle depuis 1932, mais toujours appelée « royauté de Thaïlande » . La langue est le Thaï et la monnaie le bath ( 1euro = 44 baths ). Religion très ancrée : le Boudhisme, Capitale Bangkok, que les thaïs appelent «  Krung Thep ». La population est pour près de la moitié, d'origine chinoise.

 

Géographie:

 

Une vaste plaine: le Ménam, ouverte au sud sur le golfe de Thaïlande. Elle est bordée à l'est jusqu'au Mékong par le plateau de Korat et à l'ouest par un ensemble de chaînes montagneuses peu élevées, 2500 m , qui se prolongent au sud dans la péninsule malaise.

Le climat est dominé par la mousson pluvieuse d'été ( nous sommes en février, il fait très chaud 32° et humide ) qui développe la forêt tropicale.

La population essentiellement rurale est regroupée dans la plaine du Ménam ou se trouve les seules grandes villes du pays.

Les deux tiers de la population vivent de l'agriculture (1er pays exportateur de riz du monde, mais actuellement les gens qui vivent du riz sont en crise car le riz thaï est trop cher). Les investisseurs étrangers et le tourisme contribuent à l'essor d'une économie moderne.

 

 

Histoire:

 

Arrivés au 8ème siècle du Yunnan, les Thaïs (groupe ethnique mongoloïde qui peuple le Laos, la Birmanie, la Thaïlande, le Vietnam du nord et certaines régions de la Chine) fondèrent au 13ème, un royaume indépendant qui deviendra le Siam. Le pays ne cessa d'être en conflit avec les Birmans, les Khmers et les Européens. Mais c'est le seul pays d'Asie du sud à n'avoir jamais été colonisé. Actuellement c'est après la Birmanie qu'ils en ont – l'éternelle ennemie – leur reprochant d'avoir volé des récoltes de riz à la frontière !!

 

En 1938 l'armée pris le pouvoir et changea le nom du pays en Thaïlande (terre des Thaïs). Elle s'allie au Japon et combat contre les français pendant le seconde guerre mondiale.

 

Instauration de la démocratie libérale en 1973, puis retour des généraux en 1976.

 

C'est actuellement encore une « démocratie constitutionnelle », outre le roi, une assemblée des députés et un sénat , un Premier Ministre nommé par l'assemblée.

Il y a 11 partis politiques, dont le PAD ( le parti démocrate, défenseur des classes aisées et nationaliste qui vient d'obtenir une seconde victoire en 2008) et le PPP ( parti du peuple défenseur des classes populaires rurales) qui se livrent bataille en permanence et font  la une des journaux quant à une éventuelle alliance.

 

La Thaïlande est bien connue pour ses nombreux coups d'état militaires ( 18 depuis 1992), le dernier putsh date de 2006, quand la « Royal Thaï Army » a renversé le premier ministre Shinawarta et instauré la loi martiale en installant au pouvoir une « autorité fidèle au roi ». Depuis c'est toujours la pagaille , un nouveau putsh a eu lieu tout récemment, mais personne n'en parle ... on voit juste beaucoup de militaires sur les lieux visités par les touristes . Ils marchent au pas au garde à vous, en faisant des tronches plutôt antipathiques ...

Mais le jeune écrivain australien incarcéré il y a 5 mois pour avoir « insulté » le roi, vient tout de même d'être libéré hier, après de difficiles négociations entre les deux pays...

 

La Thaïlande est aussi bien connue pour sa corruption et sa prostitution d'enfants.

Beaucoup de femmes et d'enfants sont « kidnappés » pour servir la prostitution à l'étranger, notamment dans les pays arabes.

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Thailande

 
Une journée à Singapour

 

 Singapour vue d'avion,
China Town et les bords de la Singapour River

Mr et Me Wheathley



   Je n'ai passé qu'une seule journée à Singapour, en transit, le 18 février, mais ce fut une journée passionnante que je ne regrette pas !

J'ai d'abord découvert l'aéroport le plus high tech du monde, et puis direction la ville rose et blanche ...


Mon hôtel est bien situé et j'ai pu faire le matin, à pied, le quartier indien, avec son marché et ses temples, et l'après-midi un tour en taxi dans China Town, puis retour en longeant les quais de la Singapour River.

Ce qui est agréable à Singapour,  c'est que tout le monde ou presque parle très bien anglais. 


Singapour est un tout petit pays indépendant (5 millions d'habitants... soit pratiquement la seule ville de Singapour avec ses banlieues...) mais ce qui frappe en arrivant de Bali, c'est sa richesse et sa modernité. Les Etats-Unis d'Amérique lui ont donné beaucoup d'argent dont il a su profiter ! C'est aussi un melting-pot incroyable de peuples et de langues : 70% de chinois vivent ici. Il n'y a pas de chômage me disait le guide de l'hôtel ... au contraire, d'après lui, les demandes d'embauches sont légion... A vérifier !

J'ai eu la chance d'y rencontrer un couple, le Dr Julian Wheathley et son épouse anglaise, ayant tous les deux fait leurs études à Harvward, ils étaient assis à côté de moi dans un petit resto le soir de mon arrivée. Nous avons sympathisé , ils m'ont invitée et nous avons discuté de Singapour où Julian enseigne le chinois à l'université. Là encoe échange d'adresses et promesse de se revoir...

Comme je ne sais pas grand-chose de Singapour, n'ayant pas eu au départ l'intention de m'y arrêter, je me contente de montrer quelques photos prises au hasard au cours de cette journée. mais je dois dire que le peu que j'ai vu voir de cette ville, que l'on m'avait tant décriée, m'a bien plu !

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Singapour



6 - 5: Bali ..... Ange ou démon?


Bali-0189.JPG

Au moment de quitter Bali, où je viens de passer 15 jours, je suis dans une grande perplexité....que faut- t-il en penser?

Cette ile paradisiaque doit -t-elle inspirer la crainte ou l'envie?


J'ai ressenti Bali comme un lieu à part, unique en son genre, et à ce titre cette ile mérite qu'on s'y attarde un peu...


C'est une ile magnifique, par la richesse et la variété de sa végétation abondante et luxuriante dans un cadre exceptionnel qui allie mer et montagne, forêt équatoriale et volcans aux pentes arides couvertes de lave .... plages de sable doré ou noir, bananiers et palmiers de toutes espèces le long des routes et les rizières en terrasse ... bref, on n'en fini pas d'être ébloui par cette nature généreuse.


C'est ensuite son peuple, car il s'agit vraiment d'un « peuple » très particulier, qui donne l'impression d'avoir élaboré sa culture singulière sans interférence extérieure. Mais ce n'est qu'une impression, car la culture balinaise est un véritable puzzle qu'il serait très compliqué de reconstituer ici.


Je n'ai jamais rencontré dans dans d' autres lieux  des gens aussi raffinés – surtout ici à Candi Dasa à l'Est de l'ile - dans leur comportement, leurs attitudes physiques, leur égard par rapport à autrui, leur gentillesse, leur beauté aussi, en particulier celle des femmes, minces, très élégantes dans leur longues jupes de batik et leur vestes brodées de dentelle transparente, qui nous sourient tout le temps et prennent des fou-rires incroyables entre elles, vous font mille courbettes pour vous servir et être attentives au moindre de vos désirs de touriste, et qui, les mains jointes vous souhaite à chaque plat : « enjoy your meal ! ».

Les tables sont ornées de fleurs, souvent des hibiscus, qui flottent dans de petites coupes remplies d'eau. Même chose dans les chambres, les salles de bain, devant votre porte... L'art de la décoration est sans limite, les soins de massage d'une douceur extrême et parfumée ...


Candidas-041.jpg


Une autre expérience intéressante m'est arrivée hier soir : j'avais très mal à une oreille depuis 3jours, mal de tête... bref pas bien du tout, et j'avais fait venir un médecin à l'hôtel le matin, laquelle m'a donné un traitement : antibiotiques, anti inflammatoires etc...3heures plus plus tard, je décide me mettre quand même le nez dehors, et vais m'étendre sur une chaise longue au bord de la plage, complètement naze ... un indonésien d'une quarantaine d'année au teint très foncé, ridé, un bon sourire édenté sur ce qui lui restait de dents jaunâtres , passe et me demande comme toujours «  How are you today? ». J'avais vraiment, mais alors vraiment, envie de rester tranquille, et lui répond : Je suis malade!

-Vous us avez mal où?

-A l'oreille !
-Laquelle?
-Gauche !!

Candidas-009.jpgCandidas-021.jpg

Alors il s'approche de moi, et sans rien me demander, commence à me regarder et à me masser le tour de l'oreille, en descendant vers le cou, je le laisse faire car ça me fait plutôt du bien, et le massage continue dans les doigts, les bras, les pieds.... il remonte ensuite à l'oreille, au cou et aux épaules... bref, cela dure une heure et je me sens bien. Il me dit qu'il pratique une technique de « réflexologie » ... il m'explique qu'il m'a décoincé des vaisseaux dans le cou, qui empêchait les écoulements de se faire normalement dans l'oreille, et qu'il a fait descendre tout ça jusque dans les mains et dans les pieds!
Eh bien je peux vous dire qu'à la fin de ce massage, je n'avais plus mal du tout!!! et que depuis, je n'ai plus mal!! J'étais sidérée...

  • Bien sûr, je continue de prendre mes médicaments, même si cet homme m'a beaucoup impressionnée : deux précautions valent mieux qu'une!! 

Cela fait partie de la culture balinaise, et est aussi un bon exemple de la fascination que ces gens peuvent exercer sur nous. Vous imaginez le tableau : j'étais sur la plage sous les palmiers, face à une mer déchaînée, entrain de ma faire masser par les mains plus ou moins crasseuses d'un type que je ne connaissais ni d'Eve ni d'Adam, auquel je n'avais rien demandé .... une scène absolument ésotérique et déconcertante et complètement irréelle!




La religion hindouiste et la spiritualité sont omniprésentes, les prières et les offrandes, domestiques et collectives se font tous les jours, voire plusieurs fois par jour, partout, dans les maisons, les boutiques, sur les trottoirs, au coin des rues ...Alors que je suis en ce moment entrain d'écrire cet article en attendant le taxi, une jeune femme vient me déposer une offrande mon bureau – ces petits paniers qui sont le symbole de Bali - pour que la suite de mon voyage se passe bien !!!

Candidas-040.jpg

Je me souviens de la « forêt des singes » à Ubud, où nous sommes allés avec David, de cette femme, qui faisait des offrandes, en déposant par terre ces petits paniers garnis de fleurs, de morceaux de fruits et d'encens : au fur et à mesure les singes bien évidemment venaient tout mettre en vrac.... et elle, imperturbable, continuait, et les paniers disparaissaient aussi vite qu'ils étaient arrivés !

Candidas-030.jpg


Mon guide me disait encore hier que chaque matin, il allait prier dans son « temple de la maison » et faire une offrande au dieu Snag Hyang Widhi Wasa ( selon le principe divin unitaire , Wasa étant la somme et la source de tous les autres dieux et déesses inférieurs )

et puis une fois par semaine aux temples du village, et encore une fois par an ( tous les 210 jours exactement ) avec toute la communauté du village il allait fêter l'anniversaire du temple ... et comme je l'interrogeais sur le sens de tout ça, il m'a répondu que cela lui permettait de monter dans la hiérarchie de ses ancêtres, et se rapprocher des dieux, lui qui appartenait à la caste inférieure (à Bali il y a 4 castes qui ne parlent pas la même langue ! La langue de le caste supérieure est complètement incompréhensible pour quelqu'un de la caste inférieure! Mais cela va vite disparaitre car maintenant tous les enfants scolarisés apprennent tous la langue de la classe supérieure ). Cela fait partie de la notion de hiérarchie qui est une réalité bien ancrée et acceptée dans la vie de tous les jours...


Quand on débarque en touriste occidental, on a vraiment l'impression que les Balinais consacrent une très grande partie de temps à la prière et aux offrandes. Tant de spiritualité nous nous surprend et nous interroge ...


Bref, paysages, gentillesse et raffinement de ses habitants, spiritualité bien réelle et authentique, Bali semble être un paradis terrestre.

 

___________________________________



Et puis, quand on sort de son hôtel et de la ville « côté touriste » ,que l'on bavarde un peu avec les gens, que l'on se perd dans les ruelles délabrées des habitants, on se prend une claque en pleine figure!


Non parce que tout cela n'est pas réel et très profond , mais parce que Bali ce n'est pas seulement cela, et que le contraste est trop flagrant  pour que l'on ne s'interroge pas.


Bali , c'est la pauvreté ( salaire moyen d'un ouvrier comme il y en a tant : 85 dollars US par mois – pas d'indemnité chômage- pas de législation en ce qui concerne le temps de travail, les gens travaillent autant qu'ils peuvent, souvent 8 jours par semaine, je suis allée visiter une usine de fabrication de bijoux en argent un dimanche... il faut voir les conditions de travail des 8 ouvrières qui étaient là - photo) , voire la misère, des bicoques sales et branquignolantes, des rues défoncées qui sont de vraies décharges où les chiens viennent fouiner pour ne pas crever de faim ( « parce qu'on a rien à leur donner à manger » : sic ).

C'est aussi des enfants qui sont scolarisés quand on peut ( pourtant la scolarité est obligatoire mais tout le monde s'en fou ) et qui déambulent dans les ruelles, au milieu de tas d'adultes qui sont assis par terre en fakir, à jouer aux échecs ou à rien faire ... attendre que « ça passe » et que l'heure de la prière sonne ...



Candidas-028-copie-1.jpgCandidas-034.jpg


La grande affaire c'est de harponner le chaland, le touriste, avec une insistance déconcertante qui porte souvent ses fruits! pour lui proposer tout et n'importe quoi. Ils n'ont pas assez à manger, ils sont réduits à aller « dans la jungle » ramasser les fruits sauvages qui abondent ( coco, bananes, mangues, etc...), à pêcher pour rapporter les poissons à la maison, pour les faire cuire sur des pierres chauffées au feu d'écorce de noix de coco ... ensuite ils viennent nous servir à l'hôtel sur des plateaux d'argent, et jettent tout ce qui reste dans les assiettes ....


Depuis 2 jours, un homme assez jeune ( Madey ) me sollicitait non loin de la piscine ( il y est manifestement autorisé ) pour aller faire un tour en bateau, les fameux petits catamarans très colorés et plein de charme ( tout droit hérités des pirogues à balanciers de leurs ancêtres) –Je n'avais pas envie : il pleut beaucoup en ce moment et aujourd'hui je n'étais pas très en forme sous le ciel vraiment menaçant . Il a tellement insisté, que j'ai fini par céder. Il m'a emmenée à 2 pas de l'hôtel. Là, j'ai découvert la petite cahute au toit recouvert de tiges de « cocotiers – plames noires » ( eh oui ça existe !) où s'entassait une bonne vingtaine d'enfants et d'adultes, tous probablement de sa famille, dont 3 d'entre eux se sont précipités pour l'aider à mettre le catamaran à l'eau, en portant les flotteurs en bambou sur leurs épaules. C'est manifestement très lourd, et il doivent se défoncer les épaules à chaque fois.

 Candidas-012.jpg

Il m'a expliqué qu'il avait acheté ce catamaran à crédit sur 20 ans, pour 12 millions de roupies indonésiennes ( environ 1000 euros) qu'il était très loin d'avoir fini de payer, que c'était son seul bien, que sa maison, il l'avait construite lui-même, qu'il avait une femme et trois enfants ( 2 petites filles et un bébé garçon , ouf! Ce sont les garçons qui prennent soin de leurs parents âgés ).

Il m'a proposé «  d'aller dans sa maison voir son bébé » , ce que j'ai refusé car j'en serais sortie sans doute encore, le cœur meurtri ...en laissant un paquet de sous ( on « arrose » beaucoup ici ), ce dont je n'aurais pas été particulièrement fière ...

J'ai admiré l' habileté à diriger son petit bateau ( nous étions 3, lui son frère et moi ) une seule grande voile déchirée, la pointe en bas, qui pivote par l'avant , et le mât qu'il déboite de son socle, pour le faire tomber contre la baume : ils les attachent ensemble d'un bout à l'autre du bateau, qui devient une espèce de barque, et on rentre au moteur.

Je suis retournée à la « hûte» plus tard, et j'ai compris que tout ces gens étaient de la même famille, et qu'ils partageaient les revenus du catamaran ! ( 25 euros les 2 heures ).


Et puis enfin, il y a la politique : les élections approchent, je n'ai jamais vu un tel épandage de drapeaux, d'affiches etc... qui enlaidissent considérablement le paysage.

Et pourtant, quand je les interroge, les gens me disent qu'ils n'y prêtent aucune attention, qu'ils ne vont même pas voter, qu'ils s'en fiche, que les promesses disparaissent comme elles sont venues, que c'est une guerre des chefs, et qu'en réalité, seule la corruption règne dans le pays.

La corruption, on me l'a dit maintes fois, est partout.


Et pourtant je pense que seule la reprise en main de ce pays par des gens intègres et désintéressés, pourrait changer les choses, et donner un peu de richesse et de repos aux plus pauvres. On en est loin apparemment, si j'en juge par la campagne électorale en cours! 

Een conclusion, je me demande, si finalement, la « religion » n'est pas le cache-misère indispensable pour faire tenir le système en place. Si cette spiritualité débordante, n'est pas ce qui permet d'occulter les véritables problèmes, en servant d'hypnotique à la population « basique » et totalement résignée, qui ne croit et ne pense qu'à ça, y passe tout son temps de libre, persuadée qu'ainsi, elle atteindra le paradis .... dans un autre monde.


Voilà l'interrogation que je me pose en quittant Bali, (pour le peu que j'ai pu en observer en 15 jours seulement), l'art et la spiritualité au secours de la misère ? Bali :ange ou démon ?

Ou encore pour reprendre la très jolie expression de Yasmina Khadra : « Ce que le jour doit à la nuit ».


----------------------------


Mais mon séjour à Bali s'est terminé sur une note optimiste et joyeuse, dans un bon restaurant de Candi Dasa, où j'ai été invitée par un couple d'américains charmants Bill et Adina ( de Seattle dans l'Etat de Washington - photo), avec lesquels nous avons beaucoup discuté de ces questions, et qui allaient je dois dire, dans le même sens que moi. Nous avons échangé nos adresses et promis de nous revoir  .


 

 Candidas-037.jpg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

  Salut l'artiste!
                                                                      
                 

David - Ubud 120

 Voilà donc que mon oiseau rare d'artiste s'est envolé hier pour Hong kong, et que je reste seule avec les singes, qui viennent me faire des grimaces sur la terrasse de ma chambre!

Snif snif .. Moi aussi je leur fait des grimaces, mais ça n'a pas l'air de les impressionner beaucoup !


La reprise « photo » va être dure maintenant !.... il va falloir de nouveau faire modeste!

D'autant plus que nous avons vu tellement de belles choses que les choix seront difficiles, tant Bali est une île culturellement si riche et si variée!!


Outre les bons moments passés ensemble, cela va sans dire, nous avons fait essentiellement deux visites: celle de la jolie ville – mais très bruyante – d'Ubud, et un tour en voiture dans le nord-est de l'ile.


UBUD, à une cinquantaine de km au nord de la capitale Denpasar, est la ville des artistes : les boutiques exotiques de la «  route de Vannes » à grande échelle : des peintres, des sculpteurs sur bois, sur pierre, des tisserans, de la vannerie, des lampes, des meubles , et des objets d'art en tous genres .... leur nombre est impressionnant, leurs boutiques et ateliers s'enfilent à perte de vue sur des kilomètres ....

A Ubud, également un « marché » très coloré où l'on retrouve tout cela , outre les fruits et légumes, et en sous-sol le domaine des marchands, qui y mangent, prient, dorment ... dans des conditions parfois bien précaires ... voire insalubres.

Et puis Ubud, c'est aussi le siège d'une ancienne royauté et d'un palais,, que la famille « royale » habite toujours , mais qui peut se visiter.

Nous sommes allés dire bonjour aux singes de la « Monkey Forest » ( 400 singes en liberté dans un grand parc, qui se trouve juste à côté de notre hôtel – lequel est d'ailleurs un ancien temple transformé en hôtel - ce qui explique la présence des singes jusque sur les terrasses ...).
 Et enfin, nous avons été visité sous la pluie, le « Balli Zoo »...où Dav s'est amusé comme un petit fou avec les animaux et son parapluie ... 


Le lendemain, nous sommes partis pour une virée dans le nord de l'ile, voir trois des sites les plus connus de l'ile : le lac BATUR et son temple,

le temple PURA TIRTA AMPUL près de la ville de Tampaksiring,

puis le temple BESAKIH, au pied du mont AGUNG, le plus haut de l'ile : 3142 mètres.

Pour ces visites de temples, nous avons eu beaucoup de chance, puisque c'était jour de « full moon », et en outre jour annuel sacré pour la commémorations des ancêtres.


Enfin, nous nous sommes arrêtés visiter une exploitation familiale de café, tout en admirant  rizières en terrasses tout au long de cette route.David----Ubud-077.jpgDavid----Ubud-057.jpg

  Commentaires des photos ....

 

Petit jeu de devinette : il faut  trouver les photos qui correspondent !... car encore une fois, depuis que David est parti, elles n'en font qu'à leur tête les vilaines !!


 1- Le marché d'Ubud

2- "L'artiste" ... lui, vous l'aurez reconnu !  une belle toile qu'on emballe dans une galerie d'artistes peintre direction HK ...et l'orang-outang du Zoo de Bali que David n'a eu aucune peine à imiter !

 David----Ubud-024.jpgDavid----Ubud-099.jpg

3 - le lac Batur,  dans le nord de l'ile. Le seul endroit "animiste" de Bali, et surtout la principale source d'irrigation de toute la moitié nord-est du pays. 
Ce lac est situé au pied du Mont Batur ( 1717m ) , un volcan encore "vivant" dont la dernière très grosse irruption date de 1917. Les versants du mont sont recouverts de lave noire sur laquelle plus rien ne pousse, et qui sert de réserve aux sculpteurs. 

tour-Bali-034.jpgDavid----Ubud-055.jpg

4  - Le temple Pura tirta Empul, où les balinais se rendent les jours de pleine lune, faire leurs ablutions dans la "holy water" , l'eau sainte qui les purifie. Pour entrer dans un temple, il faut toujours revêtir le sari et la ceinture jaune. On nous les prête à l'entrée du temple.

Temple-de-Ulum-Danu-a-Bedugul.jpgDavid----Ubud-036.jpg

5- Trois photos sur le café dans une exploitation  familiale : Les graines vertes sont récoltées et grillées à la main, dans le four traditionnel, avant d'être moulues.
Il y a plusieurs sortes de café :

-le balinese coffee
-le Luwak coffee : qui provient des " crottes" de mangoustes qui  ont mangé les graines . Les crottes  sont ensuite ramassées, on en retire les graines de café qui sont intactes, on les lave bien .... et, après préparation,  le café obtenu a un goût succulent! ( nous avons pu tester la différence )

Ils font aussi - on peut le voir sur la photo - du Ginger tea, et du Ginseng tea.

David----Ubud-051.jpgDavid----Ubud-048.jpgDavid----Ubud-045-copie-1.jpgDavid----Ubud-050.jpg

6 - Enfin la visite la plus impressionnate que nous ayons faite: 4 photos au Temple de BESAKIH ( 950m) , au pied du plus haut volcan de l'ile , le mont AGUNG ( 3142m ).  Le mont Agung est le plus "sacré" et le plus grand de l'île. C'est dans sa direction que les maisons sont orientées pour que les esprits sacrés des morts les protègent.
C'est à Besakih que les balinais viennent une fois par an , et notamment un jour de pleine lune, rendre un  hommage collectif à leurs ancêtres. Ce temple qui date du 8ème siècle, a été complètement détruit par l' irruption volcanique en 1917 et reconstruit. C'est un vaste enclos de 3km2 qui contient 22 temples, chacun constitué de plusieurs "merus" ( tours dont les toits sont recouverts de feuilles de palmiers noirs) . On y accède par une très imposante  montée des marches qui mènent à 2 cours principales, dont la première est consacrée à Brahma, Shiva et Vishnu.
En principe, seuls les balinais hindouistes peuvent y accéder, mais nous avons réussi avec David à y pénétrer ( ça a été le seul épisode un peu "violent" :  un balinais ne voulait pas que l'on y rentre, nous a tirés par la manche sans ménagement, et notre guide-chauffeur a du intervenir.)
Chacun apporte ses offrandes, ses bâtons d'encens, et fait ses prières, assis, les mains jointes au dessus de la tête.

David----Ubud-065.jpgDavid----Ubud-063.jpg

David----Ubud-058.jpgDavid----Ubud-072.jpg
La quantité de nourriture déposée est énorme! Le soir, les gens peuvent partager et manger tout ce qu'ils ont apporté : le temple se transforme en une grande aire de pique-nique et de fête! Il y a des détritus qui traînent partout .... ça fait un peu désordre! Et on redescend les marches en ramenant le surplus  à la maison.

Seules les femmes portent les paquets sur leur tête....
Pourquoi? on nous a répondu que  " seules les femmes ont de la tête".!!

Bye Bye David, bon retour et à bientôt  

David----Ubud-027.jpg


 
 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bonjour, c'est David !


Hé hé c'est la surprise, me voilà à Bali rejoindre notre chère globe trotteuse. Si comme moi vous demandiez comment ce petit bout de femme a bien pu se lancer dans un voyage autour du monde toute seule, alors je vais vous apporter quelques nouvelles fraîches sur l'acteur principal de ce périple : le voyageur, ou encore MAMAN. D'ailleurs je vais intituler ce petit article :


Révision des 25,000 km


Ce sera surtout un reportage photo, car 1) je n'ai malheureusement pas hérité de la plume de mam et 2) je suis dans ma phase photo grâce à mon appareil Nikon que j'adore.


En résumé, Mam-Martine s'en sors SUPER bien, bonne santé physique, bonne santé mentale, elle profite de tout et se débrouille super bien, dans son petit monde, notamment grâce à une organisation sans faille, des dizaines d'objets, bouts de cartes, petits sacs plastiques avec des étiquettes, des petits cadenas, et le meilleur compagnon (que je subtilise pour l'occasion : MIMI).


Sans m'attarder davantage, je pense qu'on peut donner un 18/20 pour les trois premiers mois. Mam, tu auras 20 au retour :))


Ici à Bali, nous coulons quelques jours bien heureux donc.


Galerie de Mam'


T'as vu sa tronche ?
Fallait y penser ! Ils sont bons ces balinais

Deux "Nasi Goreng" s'il vous plait !

Miroir, Miroir ...

C'est la fete au temple

Mais qu'est-ce qu'il fait celui la là-bas ?

Ouh la vache, ca vaut le coup d'oeil !

Et si je m'installais dans la forêt ?

 Ah les retrouvailles !

Sari Sari, ca rigole bien !

Au temple de Besakih












 

-Article et photos de David-

 

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

 


tour-Bali-015.jpg

Le 5 février, me voici partie pour un grand tour de l'ile en bus de la côte sud au nord : Kuta , Denpasar, Tabanan, Pupan Lovina sur la côte nord, le lac Bratan, le Temple et le marché de Bedugul, et retour sur Kuta.


Là je découvre l'âme la « vraie » Bali, celle que l'on imagine : sa végétation d'une extraordinaire diversité et beauté ( Moorea à côté semble bien pâle !), ses montagnes volcaniques, ses plages de sable noir ou blanc, ses immenses paysages de rizières en terrasses :  fantastique architecture d'eau et de terre, ses champs de céréales, ses forêts, sa faune, ses lacs, ses villages, son habitat rural, ses temples , ses marchés ... et ses routes toujours très encombrées! Rien que du spectacle !!


Ce qui me fascine le plus c'est cette incroyable végétation tropicale colorée qui envahit tout et partout, des arbres, des arbustes, des fleurs ... je reconnais des bambous, des palmiers, des cocotiers, des frangipaniers, des bougainvilliers, des bananiers, des orangers , des orchidées... un concentré de l'habituelle végétation de l'Asie du Sud.

 

Et aussi des temples hindous magnifiques comme celui de Bedugul. Ce sont des temples aérés, de véritables petits villages avec de vastes cours entourées de murs, de nombreux édifices à l'intérieur: Un pour chaque dieu et chaque cérémonie.


Les Balinais, hindouistes dans leur grande majorité contrairement à l'Indonésie musulmane en général, sont très croyants et pratiquants : chaque maison, même la plus pauvre, possède un temple orienté suivant des règles très strictes, le plus souvent vers la montagne. Les temples des maisons ont souvent plus belle allure que les habitations elles mêmes! Chaque village possède trois temples. C'est ce qui donne aux villages une allure très particulière, emprunte d'une atmosphère de ferveur et de sérénité, qui n'en finit pas d'étonner les occidentaux que nous sommes !


Les temples hindouistes sont bien sûr les plus nombreux, mais à proximité il se trouve aussi parfois un temple bouddhiste, plus solitaire et plus sobre.

tour-Bali-029.jpgtour-Bali-016.jpg

   tour-Bali-022.jpg                                                                                                              


tour-Bali-031.jpgtour-Bali-033.jpg


tour-Bali-035.jpgtour-Bali-037.jpg
Commentaires photos:
- les rizières du côté de Bedugul ( jeune riz non encore récolté )
-une plage de sable volcanique
-un singe sur le bord de la route,
-une chauve souris pendue à un arbre
- Une équipe de femmes qui coupent le riz à la faux
- Une partie du petit temple hindou du lac Bratan

 

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bali---KUTA-005.jpg 

 

Salamat  Bali !
Kuta : le choc des cultures


Après 6h de vol de Melbourne à Denpasar-Bali ( départ 18h45 arrivée à 1h du matin à ma montre, et 10h 30 heure locale ), je suis dans un hôtel de la chaine Wina Holiday situé un peu à l'écart , au fond d'une ruelle. ( je recommande )


Le lendemain matin, je suis sous le charme de la beauté de la végétation luxuriante du jardin ..il fait chaud, 25° mais avec un tel taux d'humidité ( 50% ...pire qu'en Australie, qu'elle paraît beaucoup plus élevée et que l'on mouille tout de suite la chemise!! )


Après : une matinée de repos/lessive dans la baignoire ...


vers 17h je fais une première sortie vers la plage toute proche : là c'est pour moi, après le calme de l'Australie, un véritable choc : le « choc des cultures » .


Une plage de sable blanc grouillante de monde : pire que les Champs Elysées à 7h du soir! Des surfeurs, des véliplanchistes, des vendeurs à la sauvette en veux- tu en voilà, qui vous interpellent tous les 10 mètres pour vous vendre qui des Rolex, des paréos, des boissons, des tours en scoot ou en voiture, des noix de coco, des massages qui se font sur une serviette à même le sable, des soins de manucures, des tongues, des « crocs » ( c'est très à la mode dans tout le pacifique ), des planches de surf... etc...à la limite, il devient difficile de se frayer un chemin! Et tout ce monde là est assis sur le sable, mange, dort, parle, boit des bières, regarde les vagues et les surfeurs faire des prouesses ....on peut y louer aussi de belles pirogues à balanciers.


Les femmes balinaises , voilées ou non, s'installent ici avec leurs « warungs», des échoppes ambulantes pour vendre tout ce qu'elles peuvent. Elles n'ont pas besoin d'autorisation.

Mais les gens semblent calmes et décontractés bien que très pauvres.

De temps en temps des sons musicaux me parviennent : gamelans, tambours, symbales.

Je reviens vers le boulevard  bordé de gargottes où l'on peut déguster des "nasi-goreng" (légumes mélangés de viande sautée). Dans des woks posés sur des brazeros, des morceaux de canard grillent. On les servira à la sauce cacahuète. De bonnes effluves de cuisine percent les oderus d'essence ...

tour-Bali-007.jpgBali---KUTA-001.jpg


Deuxième choc : je trouve que c'est très très sale! La plage n'est pas nettoyée et des papiers et détritus en tous genres traînent partout ....parmi lesquelles on peut observer des restes d' « offrandes » ... faites à qui? à la mer?

Tout à coup, je suis surprise par un défilé bigaré qui s'approche de l'eau en silence : les gens portent des offrandes et des bâtons d'encens parfument l'air. C'est une cérémonie d'enterrement : on vient présenter des offrandes  au dieu de la mer. C'était donc ça ...



Bali---KUTA-008.jpgBali---KUTA-003.jpg

Kuta est devenue depuis quelques années, la plage la plus populaire et la plus animée d'Indonésie. Populaire surtout auprès des jeunes et des surfeurs. Le calme a disparu, et le « boulevard de mer » est bordé d'hôtels ( sinon de bordels ), de restaurants et de commerces en tous genres, qui s'adressent à une clientèle plutôt aisée (eh oui, tout se paie très cher!) .


 Et sur le petit boulevard qui longe la plage, des embouteillages de centaines de scooters : tout le monde se déplace ici en scoot ( avec des casques ), car il n'y a pas de bus public et les voitures sont trop chères! Résulat : la circulation est complètement boquée, et la pollution fait des ravages.


Partout où nous passerons plus tard, ce sera la même chose : une circulation de fou, à tel point qu'il m'a fallu un bon moment pour comprendre que l'on roulait à gauche, la gauche et la droite, n'ayant pas grand "sens" ici, et les lignes blanches n'étant là que juste pour la déco! Quant aux piétons, même engagés sur un passage piéton, ils ont tout intérêt à s'arrêter!




Bali---KUTA-007.jpgtour-Bali-012.jpg

Ouf! Ça fait du bien de rentrer à l'hôtel!

Mais ce premier contact avec Bali m'a "émoustillée", j'ai envie d'en savoir plus ! A demain:)



 

 
















Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali

Bali.JPG 


Bali-2.JPG 

6 – L'Indonésie : Bali : 3/18 février 2OO9


L'Indonésie n'a pas d'histoire collective avant son indépendance en 1949.

Chaque île possède « son histoire ».


Un des pays du Continent Asiatique.


Etat d 'Asie et plus précisément du « sous-continent » d’Asie du Sud-Est (comme la Malaisie), situé sur l'Equateur, constitué par un archipel de plus de 18 000 îles - certaines encore inexplorées - qui s'étirent sur plus de 5000 km entre les océans indien et pacifique. Au total près de 2 millions de km2 et 250 millions d'habitants. Se place au 4ème rang des pays les plus peuplés du monde et au 1er en ce qui concerne le nombre de musulmans.

Les iles les plus importantes sont : Sumatra, Java, Bornéo, les Célèbes, les Moluques, l'ouest de la Nouvelle Guinée ou Irian Jaya...intégrée en 1960.

La langue descend du malais: c'est le bahasia indonésia.

La monnaie le roupiah ( 1euro = 13 000 IDR !)

La population est en grande partie originaire de Malaisie et de Chine (à l'exception de quelques groupes "négritos" de Mélanésie - qui elle, fait partie de l’Océanie - les papous de Bornéo)

Le régime politique : République présidentielle.

Religions : l'islam (88%), le christianisme (9%), le boudhisme et l'hindouisme.


Géographie:


 

L'archipel appartenait autrefois au continent asiatique. Les îles forment une guirlande montagneuse d'anciens volcans (500 dont 128 sont encore en activité). C'est tout ce qui reste de la langue de terre qui à l'origine reliait l'Inde à lAustralie. Cette barrière marque le champ d'affrontement géologique où convergent 2 plaques tectoniques continentales aujourd'hui toujours en mouvement.



Le climat équatorial est chaud et humide toute l'année, avec des forêts denses en plaine (1/10 de la surface totale de forêt dans le monde!), et un étalement végétal plus haut. La population est en forte croissance et employée à 50% dans l'agriculture (riziculture inondée, cocotiers, maïs, manioc, épices, hévéa, thé, café, tabac, palmiers à huile, tous fruits exotiques, canne à sucre, bois). Les ressources minières sont importantes: pétrole, gaz, étain,.. le plus souvent exploitées par des compagnies étrangères. L'industrie est en pleine croissance, tournée vers l'exportation mais très dépendante de l'étranger.


Deux termes à retenir en agriculture:


-la technique du LADANG = on nettoie une zone par défrichage et brûlis : en 2 ou 3 ans le sol s' épuise, et le paysan doit ouvrir un nouveau ladang.

-la SAWAH = rizières irriguées en terrasses, sur sols volcaniques fertiles. L'eau descend des montagnes, ou de grands lacs qui servent de réservoirs, par des petits canaux . On ne touche pas au sol.
 Il y a aujourd'hui 2 sortes de riz : «  the new rice » qui se récolte 2 fois par an, on ajoute de l'engrais à la terre. Et le «  Bali rice » traditionnel, sans engrais que l'on ne récolte qu'une seule fois par an et qui est réputé comme étant le meilleur, le plus « collant » .


Histoire:


Des peuples ont vécu en Indonésie depuis que l'homme existe sur terre (le pithecanthropus erectus il y a 2 millions d'années).

-Au néolithique, les malais ont repoussé dans les montagnes des groupes négroïdes.

Le peuplement s’est fait par vagues successives : les Austronésiens qui ont quitté le sud de la Chine vers 3000 av. JC, en passant probablement par Taïwan, colonisant les iles de Madagascar à l'ile de Pâques. Ce sont eux qui apportèrent le riz dans leur bagages... puis les Malais, les Indiens qui apportèrent l'hindouisme, et plus tard le boudhisme.

-C'est entre le 4ème et le 7ème, que  les civilisations de l'Inde et de Ceylan s'implantent en Indonésie et introduisent la civilisation indienne : brahmanisme, hindouisme, sanskrit, jusqu'à l'arrivée de l'Islam au milieu du 13ème siècle :  80% de la population indonésienne est encore musulmane.

-16ème: début de la colonisation avec les portugais, puis les néerlandais avec la Compagnie des Indes crée en 1602, dont Jakarta était la capitale asiatique, les anglais et même les japonais de 42 à 45. Les populations locales furent marginalisées, et réduites à l'état de "parias" à cette époque. Ce fut le début de l'ère coloniale en Indonésie.


-En 1927, un ingénieur javanais charismatique, SUKARNO fonda le parti national indonésien, et l'indépendance du peuple indonésien fut proclamée en 1945, à la faveur de la guerre du pacifique. Cette indépendance fut reconnue par les Néerlandais en 1949.


-Une période très difficile suivit : coup d'état, massacres...jusqu'à ce que le général SUHARTO fonde le régime de « l'ordre nouveau », le Golkar, et devienne Président d'un régime dictatorial profitant surtout à une minorité privilégiée, grâce à la corruption, un phénomène encore très répandu aujourd'hui. Sudarto a été réélu 5 fois depuis 1968. La crise financière le fit tomber en 1998. Depuis c'est un peu le chaos politique!
Actuellement c'est un général à la retraite, Yudhoyono, parti démocrate, qui est président , et de nouvelles élections divent avoir lieu en avril 2009 : l'ile entière est couverte d'innombrables drapeaux de tous les partis, et d'affiches immenses qui enlaidissent passablement le paysage!


Notre guide me disait hier, que les indonésiens ne croient plus à la politique "pourrie par la corruption ... "


BALI :


Bali est une île minuscule de 120 km sur 70. Cette île est célèbre à travers le monde pour avoir seule, résisté à l'Islam et être restée fidèle à l'hindouisme.

Bali est devenu le refuge de l'hindouisme, et de l'intelligentia vers 1400 quand un prince javanais converti à l'Islam a fondé Malacca.

Elle fut aussi la dernière a subir la colonisation occidentale: les hollandais n'y débarqueront qu'en 1597 après avoir fondé à Jakarta, la Compagnie Hollandaise des Indes Orientales qui va dominer le commerce mondial des épices - cannelle et girofle - pendant plus d'un siècle.

1906 est un épisode important de l'histoire de Bali : le radjah de Badung, se rendant compte que les hollandais sont maîtres de l'île, met le feu à son propre palais et tous vont périr !


Aujourd'hui la culture balinaise est un véritable puzzle formé d'une multitude de sources qui la rend difficile à appréhender pour un occidental débutant !

C'est un , mélange d'hindouisme, de boudhisme et d'animisme. Les principaux dieux sont Brahma, Vishnou et Shiva, mais certains balinais ne croient qu'à Wasa, somme et source de tous les dieux, et se disent monothéistes!


La langue rencontre plusieurs registres de paroles, chaque caste a sa propre langue, la hiérarchie est importante dans tous les aspect de la vie quotidienne, l 'élévation est importante ( les temples aux escaliers gigantesques ...la montagne représente le pouvoir, la pureté, le salut, alors que la mer est le niveau inférieur, celui des démons et des mauvais esprits...).

Le culte des ancêtres est important et s'exprime dans une curieuse panoplie de rites funéraires : celui des « doubles funérailles » : le corps est d'abord inhumé, brulé ou exposé, puis ensuite, au cours d'une autre cérémonie spéciale, il est de nouveau inhumé, car les liens qui rattachent le disparu à sa famille ne peut être rompu en une seule fois, il faut que ce la se fasse progressivement... ensuite ce sera des offrandes régulières. Comme bien d'autres austronésiens, les balinais voient le voyage de l'âme vers l'au delà, comme une traversée en bateau.


La femme balinaise a un statut égal à celui de l'homme.

La polygamie est de moins en moins courante à Bali.








Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bali


 

Bye bye Australia ! 
the "Great Ocean Road" et Melbourne
 :


Australia---Great-Ocean-Road-033.jpg


Australia---Great-Ocean-Road-055.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-050.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-051.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-007.jpg
Ci dessus : le Grampians National Park et notre lodge pour la nuit

Après avoir passé 8 jours à Adélaïde, une jolie ville calme, le bus passe me chercher à 7h le matin, pour faire «  THE GREAT OCEAN ROAD », ( organisé par Adventure Tours Australia ), un voyage de 3 jours «  backpakers » jusqu'à Melbourne...1200 km.


C'est vraiment du « backpakers pur jus » : nous sommes un trentaine, de toutes nationalités et de tous âges, je suis la seule française une fois de plus, dans un petit bus pourri de chez pourri, sans suspension, sans ceinture de sécurité, sans appui-tête, avec une clim. qui fonctionne quand elle a le temps, qui date de 2002 avec 300 000 km à son actif .... et qui va même crever en route....!!


LA GRANDE AVENTURE QUOI !


Mais alors !!!! :  un guide de 27 ans, Dave, incroyable!
Grâce à lui, en dépit de l'état du bus, nous avons passé d'excellents moments : l'australien type, cool, gentil, compétent sur l'histoire de son pays et les sites visités, et surtout d'une incroyable drôlerie : il nous a fait rire à en pleurer non stop !!


Il était seul, conduisant en tongues, dans le bordel sans nom de ses affaires entassées à côté de lui sur la banquette, faisant office à la fois de chauffeur, de guide, de cuisinier, de mécanicien .... et surtout de clown !!

Parlant au micro d'une main tandis que de l'autre il manipulait son Ipod pour nous choisir les meilleurs chants australiens folkloriques , ce qui fait que .... il ne lui restait plus que les coudes pour conduire!!

Chantant à tue- tête les tubes de Slim Dusty ( Good day Good day... je vous conseille, j'ai même fini par acheter les disques!), imitant avec une voix de castra, le cri de tous les animaux sauvages que nous  étions "sensés rencontrer" .... mais, avec la chaleur, ils étaient tous réfugiés dans les sous bois et invisibles!! Notre jeune chauffeur, nous voyant un peu déçus, a fini par s'arrêter sur le bord de la route, pour aller faire lui-même le walabi sur la chaussée!

Australia---Great-Ocean-Road-002.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-015.jpg

Australia---Great-Ocean-Road-014.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-046.jpg


Le premier jour fut cependant assez tristounet point de vue paysages. Tout le monde était fatigué et essayait de dormir tant bien que mal, alors que nous traversions des paysages monotones de bush à l'infini ...


A un moment donné, comme je voyais que l'ambiance n'était pas "au top", je suis allée m'asseoir  à l'avant du bus, à côté de Dave, j'ai pris son micro :
 « vous voulez que je vous chante une chanson? » ...
"oh yes! yes!"
 et je me suis mise à chanter la Marseillaise!, ça a bien marché :  chacun est venu chanter son hymne national et tout cela c'est terminé dans des fou rires ...


Puis, les deux derniers jours, après des nuits bien chaudes, dans les auberges backpakers...et des plats de spaghetti cuisinés par Dave (qui en plus allait faire les courses !) , nous avons découvert les magnifiques sites des parcs nationaux ( le Grampians National Park et son lac) et surtout la fameuse "Great Océan Road", qui longe la côte de Warrnambool à Melbourne.

C'est vraiment une merveille de la nature, que certains d'entre nous ont survolé en hélicoptère, notamment : la baie des martyrs, le London bridge, les douze apôtres, etc...toute cette côte de limestone découpée au fil des siècles par l'érosion de la mer et qui est aussi un fabuleux  site de surf .


Australia---Great-Ocean-Road-017.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-018.jpg

Australia---Great-Ocean-Road-043.jpgAustralia---Great-Ocean-Road-040.jpg

A Melbourne, après avoir fait une "standing ovation" à notre guide, chacun a été déposé devant son hôtel, et en ce qui me concerne je n'ai eu que quelques heures pour faire un petit tour dans cette très grande ville, un mélange de Sydney et d'Adélaïde, avant de reprendre , pas mon souffle : pas le temps ! mais mon vol pour l'Indonésie le lendemain.


L'Australie, son modernisme, ses paysages, ses grands espaces, le mélange de sa population cosmopolite, son esprit joyeux , dynamique et anti-conformiste, son style baroudeur, sa facilité de vie dans l'absence des contraintes que nous connaissons trop en France, est un pays qui m'a vraiment enchantée, et qui donne envie d'y retourner!


Commentaires photos dans le désordre :
- Grampians National Park
-la côte entre Warnambool et Melbourne

-Dave , notre guide  et homme à tout faire surtout  le clown  ...
- Le bus  "Australian Adventures Tours"



                                                                                                         
  

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Australie

Hébergé par Overblog