Martine autour du monde ...

Articles avec #bolivie

le lac Titicaca partagé entre Pérou (55%) et Bolivie (45%)

le lac Titicaca partagé entre Pérou (55%) et Bolivie (45%)

Nous voici arrivées au lac Titicaca, avec Paulo notre adorable  guide !

Le lac est immense, une véritable mer d'un bleu intense qui change suivant l'heure de la journée. Le soir, au coucher du soleil i devient rose ! Il est  parsemé d'îles souvent arides, parfois quelques arbres.

Selon la légende, c'est ici que seraient nés le fils et la fille du soleil . C'est sur l'île du Soleil que vivaient exclusivement le premier empereur inca et sa femme , c'est de là qu'ils dirigeaient leur empire dont les nouvelles leur étaient apportées par bateau et à pied par les chemins de pierre.

Sur l'îe de la Lune, vivaient les "vierges" c'est pour ça qu'on l'appelle aussi " l'île de la Lune des Vierges " destinées à l'Inca

Après une nuit passée à Copacabana, nous embarquons (en bateau privé SVP !) pour l'île du Soleil, puis le lendemain, l'île de la Lune Ce qui m'a le plus étonnée, c'est l'altitude : le lac est déjà à 381en grimpant sans cesse ... le souffle court, je monte lentement et suis essoufflée en permanence, alors que Christine, elle, résiste beaucoup mieux !

Du sentier qui parcours les crêtes ou "Route sacrée de l'éternité du soleil", , on embrasse à la fois la vue sur la Cordillère Royale, les plages, la totalité ou presque du lac, les cultures en terrasses qui existaient déjà du temps des Incas, et les ruines des Incas. Nous avons donc marché sur le chemin de l'Inca et je me suis même assise sur la "table des sacrifices" , sacrifices humains où l'on coupait la tête des gens qui n'avaient pas suivi les 3 grands principes incas : ne pas tuer, ne pas voler, ne pas mentir ! Je n'ai enfreins aucune des ces 3 règles ... donc j'en suis sortie vivante !

C'est donc cette route que nous prenons pour faire une grande marche de 4 heures environ jusqu'au petit  village où nous allons passer la nuit,  là les fleurs et les arbres contrastent avec l'aridité ambiante ... mais pour atteindre notre lodge , tenez-vous bien, il nous aura fallu grimper 900 marches de gros cailloux !! J'arrive en haut complètement naze

Sur l'île du soleil, je dois dire que je n'ai jamais autant souffert ... du manque d'oxygène, des cailloux, des montées et des descentes ... du froid aussi le soir et la nuit ! Bref, j'ai impression d'être devenue une VRAIE routarde !

Ce soir, nous devrions repartir de Copacabana pour le frontière du Pérou direction Puno... mais on annonce une grève à la frontière et donc ce n'est pas garanti ! L'aventure continue !

Parmi les photos du diaporama qui suit : les îles, le chemin des incas, notre lodge et notre bateau, un bateau d'époque, la très belle cathédrale de Copacabana, notre bateau, les ânes qui ont porté nos valises jusqu'au lodge, Christine et notre guide Paulo , et qui nous a même offert une rose  le 25 mai - jours de la fête des mères ici - !! Merci Paulo :)

 

36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)
36 - 7 : le lac Titicaca (côté Bolivie)

Nous allons quitter la Bolivie ... au revoir Copacabana !!

Pour finir 2 photos de la rue principale de cette jolie ville très touristique, très vivante très branchée "hippie". La rue descend vers le lac :

la rue principale de Copacabana
la rue principale de Copacabana

la rue principale de Copacabana

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Tiwanaku est dans la province d' Ingavi , département de La Paz,

Tiwanaku est un ensemble architectural classé au patrimoine mondial de l'UNESCO depuis le 2 décembre 2000.

Ce fut le grand centre spirituel et politique de la civilisation Tiwanaku,, depuis le 7ème siècle, la capitale d'un puissant empire très vaste ( jusqu'au Chili et Pérou) , qui précéda les Incas, et dont l'âge d'or fut du 8ème au 12ème siècle, au terme d'un long processus évolutif de plus de 2000 ans.

C'est le site aurchéologique le plus ancien de toute l'Amérique latine.

Les fouilles continuent - exclusivement faites par des boliviens ... et il y a  du travail  à faire car il ne reste plus grand chose ou peut-être tout reste encore sous terre !

Tiwanaku  était connu pour son système d'irrigation agricole,  pour son étude des astres, et témoignait avant tout d'éléménts religieux exprimés à travers des iconographies antropomorphiques. Les nombreux vestiges du site - temples, pyramides, le monolite de la Pachamama de plus de 7 mètres de haut, ... ayant inspiré Hergé pour "Tintin et le temple du soleil"  -  représentent les avancées culturelles de cette civilisation.

En effet on y voit la fameuse "Porte du Soleil" - le soleil y rentre par une porte et sort par l'autre -, le temple de Kalasasaya, un autre temple semi-souterrain , et quantité de statues, dont la plus célèbre, avec les bras repliés sur le torse , signe de noblesse, et la Croix Andine (celle qui détermine le mois de l'année).

Nous avons visité le musée qui explique toute l'histoire de cette civilisation dont la disparition subite, juste avant l'arrivée des incas reste un mystère.

 

On pourrait en écrire des pages !  je le ferai plus tard !

Quelques photos pour illustrer ce site

 

la Porte du soleil  ,

la statue antropomorphe qui rappelle un Moaï de l'Ile de Pâques ,

La croix andine:

La statue incrustée sur l'un des murs du temple semi-souterrain devant le temple de Kalasasaya

Vue partielle de la pyramide d'Akapana

Le village :

 

la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin
la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin

la Porte du Soleil, le soleil y entre le jour du solstice d'hiver (d'été pour nous) : le 21 juin

Puis nous reprenons la route en direction du lac Titicaca : la route et les paysages sont grandioses ! Mais la pauvreté est omniprésente le long du chemin et des petits villages que nous traversons .

Bientôt on l'aperçoit au loin : il s'étend sur environ 8400 km2 , à 3812 mètres d'altitude ... d'une rive à l'autre, nous traversons un petit détroit en bateau, avant de reprendre la route le long des rives du lac et d'arriver enfin à Copacabana où nous allons passer la nuit, avant de repartir demain matin en bateau sur l'îe de la Lune , pour une grande rando et nuit dans un écolodge !

Il fait nuit , il est temps d'aller se coucher :)

Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana
Arrivée à Copacabana

Arrivée à Copacabana

36 - 6 : Tiwanaku - Copacabana

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Samedi 23 mai nous reprenons du petit aéroport de Sucre (qui va bientôt s'agrandir et devenir international ) , un vol pour La Paz, toujours avec la compagnie Amazonas. Les avions ici ont très souvent du retard à cause du climat, du vent et de l'altitude ! Il faut toujours se renseigner avant de partir !

Avec une petite heure de retard, mais nous survolons de nouveau  les paysages les plus incroyables, la Cordillière Centrale, le Lac Pongo,  avant de redécouvrir la capitale la pus haute du monde, encaissée dans un immense canyon entourée de pics enneigés dominés par la silhouette du Mont Illimani :

arrivée à La Paz vue d' avion arrivée à La Paz vue d' avion
arrivée à La Paz vue d' avion arrivée à La Paz vue d' avion
arrivée à La Paz vue d' avion arrivée à La Paz vue d' avion

arrivée à La Paz vue d' avion

De retour à La Paz, nous prenons un peu plus le temps de visiter cette ville étonnante qui est quand même la capitale officielle du pays ! une agglomération surréaliste, agrippée aux nuages, si différente de toutes les autres capitales latino- américaines

ça grimpe, ça grimpe et ça redescend de tous les côtés, et de nouveau par moments, à 3500m d'altitude,, j'ai beaucoup de mal à respirer , il faut marcher lentement et s'arrêter de temps en temps ... mais il fait beau, à La Paz le climat est plutôt clément,  on a les pieds sur terre et la tête dans les nuages !

La Paz fut fondée en 1548 par le capitaine espagnol Mendoza, et c'est là qu'n 1809 Pedro Domingo Murillo , un métis, s'inspirant de la révolution française, lança son appel à la révolte avant d'être exécuté, mais ce fut le premier pas vers l'indépendance de l'amérique latine ! et pendant les 10 ans qui suivirent, ce fut la guerilla rurale contre les troupes espagnoles, puis la victoire du Maréchal Sucre en 1825 et la création de la République de Bolivar en 1825 .

La ville est partagée en deux  par un fleuve , le "Rio Chaqueyapu" ou "Rio de La Paz" . A la création de la ville, les riches conquistadores habitaient au nord du fleuve et les pauvres indiens au sud . Aujourd'hui cette séparation ( formalisée par la grande "avenue du Prado") , est encore perceptible : Au nord, sur la place Murillo, se trouvent tous les bâtiments officiels (Palais présidentiel, Parlement et la Cathédrale) :

 

La place Murillo, ses pigeons ...La place Murillo, ses pigeons ...
La place Murillo, ses pigeons ...La place Murillo, ses pigeons ...
La place Murillo, ses pigeons ...La place Murillo, ses pigeons ...

La place Murillo, ses pigeons ...

Au sud du fleuve, les restes souvent délabrés de la vieille ville coloniale , notamment l'église franciscaine San Francisco, qui se trouve en bordure du vieux quartier indien, construite en 1745 par les espagnols et est considérée comme le plus bel édifice colonial de La Paz, de style baroque avec de larges influences indigènes (ce qu'on appelle le "style végétal")  :

Eglise San FranciscoEglise San Francisco

Eglise San Francisco

Hier, comme tous les dimanches, c'était bien sûr la fête sur le Prado : "la fête dominicale des cultures"  (comme souvent en Bolivie ... des fêtes, des fêtes, et des grèves , des grèves ... on ne sait pas trop pourquoi, mais ça fait partie de la culture bolivienne :)

Quelques photos de la vie quotidienne à La Paz où l'ambiance fête se mêle à l'ambiance "contestation" en particulier contre l'injustice et la violence faites aux femmes et aux enfants  :

La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)
La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)
La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)

La fête du dimanche sur le Prado (Avenida de 16 de julio)

Et pour finir quelques photos qui montrent bien la "décrépitude" de la ville et la pauvreté de ses habitants : beaucoup de "mendiants" dont des enfants - beaucoup aussi de "kiosques" de vendeurs des rues . Il y a des centaines de "quioscos" de journaux, de boissons, de bonbons ou autres ... des femmes assises sur les trottoirs avec leurs enfants qui font la manche ou essaient de vendre  tout un tas de babioles, souvenirs, vêtements .... Dans les kiosques, il y a même parfois des écrans de télé !  Les femmes qui vendent ainsi sont toutes des indiennes,  elles portent leurs robes traditionnelles et leurs longues nattes ou les cheveux sont parfois mélangées à des brins de laine ....

 

J'ajoute que pour notre dernière après midi à La Paz, nous sommes allées voir un musée extraordinaire que je recommande à tous ceux qui passent par La Paz : "le Musée national d'Etnographie et de Folklore" , mais pas seulement, c'est un musée, outre que son cadre  colonial est superbe (bâtiment du 18ème) , il retrace de manière très ludique (films), très simple et très complète, toute l'histoire du pays depuis la préhistoire, l'histoire de la tapisserie et des textiles depuis la nuit des temps , des coutumes, des masques, de l'écriture et du langage idéographique,  des céramiques ... Une vraie merveille à ne pas rater !

Puis nous sommes rentrées en affrontant les embouteillages comme jamais : bouchons de voitures sur toutes les rues, klaxons non stop, trottoirs où il faut lutter pour avancer à travers le foule , difficultés pour traverser les rues sans se faire renverser etc ... Des centaines de petits "minibus" font la queue en hélant le client à tue tête : en effet ici ces minibus qui défilent dans les rues se dirigent chacun vers un endroit bien déterminé sur les hauteurs de la ville (el Alto) , ce qui n'est pas bête car ça évite les longs trajets : on peut "monter" directement chez soi sans faire de longs détours !!

Et puis nous sommes passées au siège Bolivien de notre agence de voyage "Altiplano" , où nous avons rencontré Christelle avec plaisir, et nous lui avons dit au revoir car nous ne nous reverrons plus !

Demain matin tôt, départ pour Tiwanaku ! Hasta luego :)

 

la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)
la ville (diaporama)

la ville (diaporama)

Vue de notre hôtel : El Rey Palace - 20 av de octubre Vue de notre hôtel : El Rey Palace - 20 av de octubre

Vue de notre hôtel : El Rey Palace - 20 av de octubre

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Et hop ! nous voici reparties pour une nouvelle aventure : la découverte du mode de vie et des coutumes  d'une "communauté Quechua" , celle  de Jatun Yampara.

Environ 50 minutes de route à travers des paysages toujours aussi magnifiques. Le petit village où nous nous arrêtons est situé dans un écrin de collines, le long de la Cordillère "de los fraïles".

Sur la route , nous nous arrêtons chez une vieille dame de 85 ans, qui vit seule, malade et fatiguée , dans des conditions déplorables ... puis un peu plus loin chez un vieil homme qui lui aussi doit avoir du mal à vivre Il cultive des pommes de terre et du maïs qu'il rammasse lui même... nous n'avons pas réussi à savoir si les peronnes âgées étaient prises en charge ici ... il n'y a apparemment pas de sécurité sociale , ni de maisons de retraite ...

 

je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !
je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !
je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !

je donne à la vieille dame qui a mal à la tête montube de Doliprane !

Nous sommes logées dans un des bungalows crées de toutes pièces  par une agence de voyage locale. Pas de chauffage et pas d'eau courante... nous sommes au moyen-âge !!

 Ca fait un peu "tourisme formaté artificiel" et nous avons l'impression d'être en permanence sollicitées pour donner des sous (comme partout)  ...  mais bon... c'est quand même bien.

Nous visitons l'école, et là c'est très émouvant et me rappelle l'école du Laos : les enfants nous accueillent en chantant, et sont ravis des petits cadeaux que nous leur offrons ( cahiers et crayons ). Une seule institutrice pour 7 élèves de 7 à 15 ans qui doivent marcher des kms chaque matin pour se rendre à l'école ! Cette école est d'ailleurs en voie de dispariton faute d'élèves ...  les "campesinos" émigrant de plus en plus vers les villes . Chaque jour une des mamans des enfants vient aussi à l'école pour préparer le petit déjeuner et les repas du midi . J'ai pris un film mais je n'arrive toujours pas à mettre les films sur mon blog ! Trop nulle !! Ce sera pour plus tard ...

 

 

Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle
Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle
Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle

Nôtre bungalow, l'école, Xavier qui nous prépare nos repas à la chandelle

Le "chef " du village nous fait voir la chapelle, l'atelier de tissage, le petit musée des vêtements traditionnels quechua et des plantes médicinales .

Nous faisons une grande marche à pied pour aller et revenir jusqu'à l'école qui se trouve sur la colline d'à côté ... le drapeau des ethnies flotte au dessus de nos têtes ... les guides qui nous accompagnent sont très attentifs et très gentils

la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies
la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies

la chapelle, le musée, l'atelier de tissage, le drapeau des ethnies

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Arrivée à SUCRE (prononcer "Soucré" ) en souvenir du Général Antonio José de Sucre, le bras droit de Bolivar , 300 OOO habitants, 2750 mètres d'altitude, est la Capitale "constitutionnelle" du pays ... eh oui, ce n'est pas La Paz ! ... les deux villes revendiquent le titre de Capitale ... bien compliqué ! On peut dire que Sucre est la capitale historique

Fondée en 1538, elle fut en effet  capitale pendant la période coloniale, et aujourd'hui les 2 villes sont un peu en "rivalité" ...véritable inbroglio politico-social .... je passe ! en tout cas c'est à Sucre que se trouve la Cour Suprême de Justice , les autres intitutions se trouvant à La Paz.

Sucre est une très jolie ville coloniale, on l'appelle la "ville blanche" car c'est vrai tous les monuments et maisons sont d'un blanc immaculé (on dit qu'elle a été peinte en blanc au 19ème siècle pour faire fuir les moustiques !).

Une ville que je trouve plus calme, plus aérée que La Paz ... il est très agréable d'y déambuler quand ce n'est pas trop pollué... empreinte peut être encore plus que les autres, (si c'est possible!) de religion catholique (pas moins de 60 églises, plus quantité de couvents et de monastères aujourd'hui souvent transformés en hôtels , dont le nôtre , très beau : le Monasterio ). Cependant on retrouve ici le même problème que dans toutes les autres villes de Bolivie : la circulation  intense, les embouteillages, et la très importante pollution surtout aux heures de pointe ( les voitures ont  des pots d"échappement sans catalyseur ) Il est difficile de respirer ... Heureusement des "zèbres" aident, en dansant et en faisant les clowns, les piétons  à traverser !!

Aujourd'hui, après le déclin des mines, les principales ressources de Sucre sont : une cimenterie, le chocolat , les hôpitaux et les Universités publiques et privées ... Elles attirent des milliers d'étudiants qui contribuent à faire tourner l'économie ! Tous les écoliers portent l'uniforme.

Comme à La Paz, les grèves sont nombreuses : rien qu'aujourd'hui il y a eu 3 manifestations dans le centre : l'une parce que la farine pour faire le pain n'est plus subventionnée par l'Etat, l'autre parce que certains personnels des hôpitaux n'ont pas été payés depuis 3 mois et la troisième parce qu'un canalisation d'eau s'et cassée et prive d'eau une partie de la ville ...

Pour faire vite ( eh oui encore car nous partons tout à l'heure passer une journée dans une communauté) nous avons visité la "ville haute" ou "Ricoletta" ou se trouve le musée du textile (une association aide les "campesinos" à développer leur art du tissage ), la Préfecture (puisque Sucre est la Capitale du département de Chuquisaca ), la Mairie, la Cour Suprême de justice, la grande "Plaza 25 de Mayo" (1825 année de la création de la République de Bolivar, l'ex haut-Pérou), l'église San Francisco , la "Casa de la Libertad" qui retrace superbement l'histoire de la ville ( ancien palais colonial, puis monastère de jésuites, puis aujourd'hui annexe de l'université car il faut savoir aussi que c'est à Sucre que se trouve la - les -  plus grande université du pays ) , le Mercado Central (un immense marché où l'on trouve de tout et où j'ai beaucoup appris sur les fruits et légumes qui m'étaient  jusqu'alors inconnus ) ...

 

Voici donc en photos (diaporama) un résumé de ce que nous avons vu :

notre hôtel, les principaux monuments, la Ricoletta, les "zèbres" , des volontaires qui aident à la circulation aux carrefours  ...

 

 

 

 

 

 

La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...
La ville:  les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...

La ville: les rues, les zèbres, les grèves, la circulation, le drapeau des ethnies,la tapisserie etc ...

le Marché Central : au hasard ... à vous de trouver !!

Papaye, chilimoya, pakage, tumbo, ajipa, yuca, chocha, aloa, le Noni con Chia, le café de Copacabana (le meilleur!),  l'haji (bon aller, pour l'l'haji je veux bien vous aider : c'est du paprika, il en existe en 2 couleurs, le jaune et le rouge , il peut être piquant ou bien doux :)

Bon courage !!

 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre
 Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre

Marché : la femme en bas, enlève les graines du paprika pour les moudre et en faire de la poudre

Enfin je ne peux pas ne pas évoquer un endroit splendide que nous avons découvert :

- Le Musée Universitaire Charcas (section archéologie , ethnographie et art coloniale) Incroyable musée ! On y voit les crânes  alongés (marque de noblesse) , les vêtements et danses traditionnels des ethnies antérieures aux Incas , la reconstitution des murs peints des grottes préhistoriques, et surtout l'écriture : comme elle n'existait pas encore , les Indiens faisaient sur des plateaux,  de petites figurines en terre dont chacune avait un sens ... le tout constituant des phrases ...

Museos Universitarios CharcasMuseos Universitarios Charcas
Museos Universitarios CharcasMuseos Universitarios Charcas
Museos Universitarios CharcasMuseos Universitarios Charcas
Museos Universitarios CharcasMuseos Universitarios Charcas

Museos Universitarios Charcas

Sur les toits de "l'Iglesia y Convento San Felipe de Neri" , on marche sur les terrasses ondulées du couvent au sol de céramique, et  ce qui émerveille, c'est le spendide panorama sur la ville de Sucre  :

Sur les toits de San Pelipe de Neri Sur les toits de San Pelipe de Neri
Sur les toits de San Pelipe de Neri Sur les toits de San Pelipe de Neri
Sur les toits de San Pelipe de Neri Sur les toits de San Pelipe de Neri

Sur les toits de San Pelipe de Neri

Comme nous étions dans la semaine du "veinte cinco de mayo" la ville était déjà en fêt le soir du 22 mai : en effet le 25 mai 1809 a eu lieu à Sucre le premier appel à la "Libertad" de la ville et du pays ... et ça se fête tous les ans ! Défilés , danses, musique ... une foule immense et bariolée est réunie sur la Plaza 25 de Mayo .  Comme d'habitude les vendeurs de bonbons, les cireurs de chaussures, les petits enfants mendiants et leurs mamans sont à aussi ...

Les Boliviens aiment les fêtes, la musique, le bruit ...

la fête du 25 mai à Sucrela fête du 25 mai à Sucre
la fête du 25 mai à Sucrela fête du 25 mai à Sucre
la fête du 25 mai à Sucrela fête du 25 mai à Sucre

la fête du 25 mai à Sucre

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Nous voilà reparties sur une route pratiquement déserte, où les lamas sont rois ! les paysages sont fascinants par les dégradés de couleurs : du brun au jaune, en passant par le vert, le violet ... bref, toute la palette de l'arc en ciel sous nos yeux

36-2 : Potosi36-2 : Potosi
36-2 : Potosi36-2 : Potosi36-2 : Potosi

Potosi : Avec ses 145 000 habitants, classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO, Potosi est la ville de plus 100 000 habitants la plus haute du monde : 4090 mètres ! Eh oui on était encore une fois au bord de "l'apoplexie" et nous avons passé toutes les deux une nuit mouvementée (c'est vrai aussi qu'on avait beaucoup trop marché dans l'après midi ).

La ville est surprenante par sa topographie : elle s'étend sur plusieurs collines,  lesquelles sont dominées par la masse imposante du "Cerro Rico" (la montagne des mines d'argent). Les ruelles pavées montent et descendent à pic, entraînant non seulement la difficulté à respirer, mais une très forte pollution ( les pots d'échappement s'en donnent à coeur joie :) .... Les monuments de la ville laissent percevoir la splendeur passée , mais aujourd'hui c'est plutôt tristounet, laissé à l'abandon faute d'entretien ... ,

 

 

 

 

la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"
la cathédrale, la Palais de la Moneda,   sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"

la cathédrale, la Palais de la Moneda, sur les hauteurs de la ville au "marché des mineurs"

Potosi est surprenante par son histoire : grâce à sa mine d'argent découverte par les incas, puis par les colons qui l'ont exploitée à partir du 16ème siècle, elle a fait la richesse de l'Espagne et le malheurs de milliers d'indiens quechuas , aymaras, et africains qui y ont perdu leur vie à cause des conditions d'exploitations catastrophiques... Aujourd'hui les 45 mines qui restent, où travaillent encore 18 000 mineurs sont exploitées sous forme de concessions octroyées par l'Etat à 45 coopératives dont les responsables sont souvent corrompus et dégagent des profits importants aux dépens du simple mineur dont le salaire moyen est de 50 bolivianos par jour ( 7 euros) , avec tous les risques que cela comporte : monoxyde de carbone notamment, la vie moyenne d'un mineur étant de 45 ans ! Ils sont atteints de silicose. Et les enfants peuvent y travailler aussi en dehors de leur heures d'école. La mine fonctionne 24h sur 24 .

Aujourd'hui il n'en reste que 3000 entrées dans les mines, dont la moitié seulement sont pratiquables. De 1953 à 1982 les mines ont été étatisées. Puis n'étant lus assez rentables elles ont été privatisées, sous forme de coopératives. La dernière mine d'étain de l'Etat à été fermée puis rachetée par une entreprise canadienne qui traite les vieux déchets ... et dégage 2 millions de dollars par jour ... une bonne affaire !

La solution serait sans doute de faire une mine à ciel ouvert pour éviter toute cette souffrance subie par les ouvriers mineurs, mais 2 choses s'y opposent : la nature sacrée de la montagne qu'il ne faut pas détruire et ...le fait qu'Evo Morales est propriétaire de plusieurs mines (nous a-t-on dit ).

Bref, nous sommes allées visiter avec notre guide, un tunel de minedu Cerro Rico, appartenant à une coopérative ... une expérience dure, douloureuse et inoubliable ... Nous avons du acheter avant d'entrer quelques petits cadeaux pour les mineurs ( ce que j'ai trouvé complètement absurde et contradictoire car je pense que ce sont plutôt les propriétaires des concessions qui devraient mieux payer leurs ouvriers ... mais tradition oblige ...)

Avant d'entrer nous avons du aussi mettre des habits de protection. Nous avons examiné les explosifs dont se servent les mineurs pour faire éclater la pierre et les filons d'argent et d'étain, et les "stimulants" que les mineurs ingurgitent à longueur de journée pour "tenir le coup" ( feuilles de coca, catalyseurs, cigarettes, bicarbonate de soude ) - ci dessous dans l'assiette)

Dans la mine nous vons vu le "Tio" : le dieu de la mine que les mineurs honorent en lui faisant des offrandes (feuilles de coca, cigarettes, alcool, sang de lama ...) pour implorer sa protection ...

Quelques photos pour illustrer tout ça  (diaporama) :

 

 

Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...
Sans commentaire ...

Sans commentaire ...

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Notre voyage continue à un rythme fou ! Tous les jours lever à 4 ou 6 h du matin pour attraper avion ou taxi ! Le 14 mai nous voici arrivé dans le Sud Lipez , une région magnifique, paysage à couper le souffle, malgré le froid, les routes et chemins caillouteux, ça remue beaucoup dans nôtre 4x4 qui tient le coup ! Arrivée à UYUNI, nous regardons les vieux trains et locomotives qui servaient à transporter le minerai d'argent , nous admirons les magnifiques formations rocheuses avant de passer la nuit à Villa Mar.

Notre " wagonetta cuatro por cuatro" -  le cimetière de trains du sud Lipez
Notre " wagonetta cuatro por cuatro" -  le cimetière de trains du sud Lipez

Notre " wagonetta cuatro por cuatro" - le cimetière de trains du sud Lipez

Puis ce sont des geysers, à la frontière chilienne, en passant par le désert de Dali  pour admirer tout un tas de lacs : la laguna verde, la laguna blanca au pied du volcan Licancabur (5900 m) , les bains thermaux , la laguna colorada la plus belle grâce à une palette de couleurs uniques qui changent en fonction du vent, du soleil ... et tous ces flamands roses (qui ne sont d'ailleurs pas tous roses, cela dépend de ce qu'ils mangent) dont on se demande comment ils arrivent à vivre ici ! Nous découvrons d'étonnantes formations géologiques dont on essaie de deviner à quoi elles nous font penser : visages, animaux, guerriers, arbres ...à deux  pas de là, nous longeons la frontière chilienne où se dresse le volcan OLLAGUE (5865m).

Je fais court, comme toujours, car le temps presse ... Juste quelques photos pour illustrer cet incroyable monde  ....

Nuit  à San Juan : le repos est bienvenu car les chemins sont rudes et il fait froid froid froid ! Heureusement on nous rajoute un radiateur électrique dans la chambre :)

Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez
Le sud Lipez

Le sud Lipez

Le lendemain , après nous avoir accordé le privilège d'une petite "grasse mat" jusqu'à 7h , notre chauffeur hispanopone qui nous suit pendant 3 jours (Victor avec lequel nous faisons des progrès en espagnol pour notre plus grand plaisir ), nous amène au fameux désert de sel : le Salar d' Uyuni , le plus grand désert de sel du monde (10 000 km2 , 3600m d'altitude) , une étendue blanche et géométrique à perte de vue ... incroyable, fabuleux ... on se demande presque ce nous, pauvres humains sommes venus faire ici ! Christine et moi parcourons à pied (eh oui ! mais sous l'oeil vigilant du chauffeur qui nous surveille de loin) 10 km sur cette étendue très plate de sel ... on ne sait plus où nous sommes , sur du sel ou de la glace  ?... de temps en temps un 4x4 nous croise et nous fait signe de la la main pour nous demander si tout va bien ... je réponds en levant le pouce :)

Déjeuner  dans un refuge , avant de reprendre la route et de s'arrêter au village de Colchani, le village des " travailleurs" du sel ... certains disent des "esclaves" de la récote du sel.

Il faut dire que le sous sol du salar est rempli de lithium , qui pourrait devenir la grande richesse de la Bolivie. Ce sujet fait débat, et pour l'instant reste sur le papier ... A suivre

Quelques photos pêle mêle pour essayer de vous faire partager cet enchantement (qui fut d'ailleurs le route du Dakar 2013)

 

carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -
carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -

carte du Sud Lipez - Village de Colchani et ses cactus géants -

Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI
Le Salar d'UYUNI

Le Salar d'UYUNI

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

la Bolivie et notre circuit (nous irons à Uyuni en avion et non  en voiture comme prévu au départ)

la Bolivie et notre circuit (nous irons à Uyuni en avion et non en voiture comme prévu au départ)

Le drapeau bolivien, le président Evo Morales
Le drapeau bolivien, le président Evo Morales
Le drapeau bolivien, le président Evo Morales

Le drapeau bolivien, le président Evo Morales

http://www.bolivia-excepcion.com/guide-voyage/peuples-immigrations-bolivie/ethnies

Carte d'identité

Superficie : 1 098 581 km² (2 fois la France) divisés en 9 départements


Population multi-ethnique : 9,2 M d'hab :: Indiens Quechuas, Aymara, Guaranis, métis et créoles.

2 Capitales : La Paz (1,4 M d'hab) est le siège du gouvernement, Sucre (230 000 hab) est la capitale "constitutionnelle" siège de la Cour Surprême de Justice 
Langues : espagnol et langues indiennes (aymara, quechua, guarani). 36 langues reconnues.

Religion : catholique à 95%
Régime politique : Démocratie présidentielle .
La Bolivie est une 
république parlementaire. Le président, élu tous les 5 ans, est à la fois le chef d'État et le chef du gouvernement. Il nomme les ministres. Le parlement est formé de deux chambres : le Sénat, composé de 27 sièges, et la Chambre des députés, composée de 130 sièges.
Président : Evo Morales (Indien Ayamara) pour la 3ème fois

PNB :3095 $ par hab (2013 Banque Mondiale) (France 45 384 dollars) - 18% de la population vit encore dans l'extrême pauvreté.

La croissance est de 5,2% par an en 2014. Le taux de chômage n'est pas connu

Monnaie : le Boliviano ( 1 euro = 7,23 boliviano au 2 avril 2015)

Ressources économiques :
ressources agricoles : Soja, café, coca, coton, maïs, quinoa, canne à sucre, riz, pomme de terre, bois, tabac

Ressources minières : étain (5ème rang mondial) argent (9ème rang mondial) zinc, antimoine, cuivre, or, pierres précieuses, pétrole gaz, électricité (centrales thermiques et hydroelectriques)  et surtout 1ère réserve au monde de LITHIUM !

Elevage : ovins, bovins, lamas, poulets

Artisanat, textile, tourisme

Géographie

La géographie de la Bolivie est très variée. On a dit qu'elle était "la synthèse de l'Univers" ou le "Paradis terrestre" (Amerigo Vespucci)

Avec un territoire deux fois supérieur à celui de la France, on détermine trois grandes zones, la montagne, la forêt et les plaines.

La cordillère des Andes, est la plus longue chaîne de montagnes du monde, orientée nord-sud tout le long de la côte occidentale de l'Amérique du Sud.

A l'ouest de la Bolivie se trouvent deux cordillères des Andes (la cordillère royale et la cordillère occidentale ) qui encadrent un haut plateau : l'Altiplano

L’Altiplano, qui signifie « plaine d’altitude » en espagnol, situé au cœur de la cordillère des Andes dans sa zone la plus large, il s'étend sur quatre pays (Argentine, Pérou et Chili et surtout Bolivie,), c'est la plus haute région habitée au monde après le plateau du Tibet. Il s'étend sur près de 1 500 kilomètres de long.

L'Altiplano est entouré des crêtes montagneuses des volcans actifs à l'ouest, et du désert d'Atacama, le secteur le plus aride au monde, au sud-ouest. Ces hauts plateaux, entourés des crêtes montagneuses des volcans, se situent entre 3500 et 5000 m d'altitude et vont du Lac Titicaca à la frontière Argentine en passant par plusieurs lacs salés dont le salar d'Uyuni, de plus de 12000 km². C'est dans cette région montagneuse que vivent la grande majorité des Boliviens et notamment les communautés quechua et aymara. La capitale La Paz est construite sur ces hauts plateaux et son aéroport, El Alto, est l'aéroport le plus haut du monde situé à 4000 m d'altitude. L'exploitation de l'étain, de l'or et de l'argent dans les mines notamment de Potosi est la principale ressource de cette région avec l'élevage de lamas et d'alpagas.

Au nord et à l'est, le bassin amazonien recouvre plus de la moitié de la superficie totale du pays. Région humide composée de marécages et de forêts tropicales, elle est plate et très peu peuplée. Une zone intermédiaire de montagnes relie cette zone tropicale aux hauts plateaux arides, ce sont les Yungas situés entre 1000 et 2000 m d'altitude au climat idéal pour les diverses cultures comme la pomme de terre, le quinoa, la canne à sucre, le coton, le café et bien sûr la feuille de coca.

Au sud et sud-est, les plaines, le Chaco, qui abritent les plus grandes réserves naturelles de la Bolivie, le gaz et le pétrole. La Bolivie détient ainsi la deuxième réserve en gaz d'Amérique du sud après le Venezuela. Cette région est la plus riche du pays et ces grandes villes sont Santa Cruz et Tajija.

Enfin, la Bolivie est enclavée entre le Pérou et le Brésil au nord et à l'est, le Chili à l'ouest, l'Argentine et le Paraguay au sud.

Histoire

Faisant partie de l'empire Incas, le "Haut Pérou", la Bolivie, devient possession espagnole, et "vice-royauté" espagnole au début du XVIe siècle.

Les espagnols découvrent le Cerro Rico (près de Potosi), le plus grand gisement d'argent de l'humanité en 1545. L'argent des mines fera la grandeur de l'Espagne, au prix de bien des malheurs pour les esclaves africains, les paysans quechuas et aymaras de l'Altiplano reconvertis de force en mineurs ...

Au milieu du XVIIe siècle, les jésuites pénétrèrent dans les plaines orientales et fondèrent des missions.

Simon Bolivar , le Libertador, (Venézuelien) arrive pour libérer le pays du joug des espagnols et le faire accéder à l'indépendance ( 1825) ,établit la 1ère constitution en 1826 (restée lettre morte) et passe la main à son bras droit le Général Sucre (Vénézuelien lui aussi) . La Bolivie ( hommage à Bolivar ) est alors grande 6 fois comme la France !

Commence une longue période très troublée, faite de guerres de clans (les "terratenientes" grands propriétaires terriens qui contrôlent le pays) , de pays voisins (le Chili envahit les côtes boliviennes, la Bolivie perd son littoral et le désert de l'Atacama), et près de 200 coups d'Etat et tentatives de putsch depuis son indépendance en 1825. La Bolivie est devenue  (en théorie) une démocratie depuis 1982.

Suit une succession de dictatures et de réformes libérales ... je passe.

Le vrai retour à la démocratie se fait lors des élections présidentielles de 1989 qui se passent dans le calme!

Le 18 décembre 2005 Evo Morales est élu Président..

Juan Evo Morales Ayma, premier indigène Aymara a accédé au pouvoir, est un dirigeant syndical , chef de file du "Mouvement vers le socialisme" (MAS). Né le 26 octobre 1959 dans l'Altiplano bolivien dans une famille aymara à Orinoca, une ville de mineurs du département d'Oruro en Bolivie, il a remporté l'élection présidentielle du 18 décembre 2005 (avec plus de 53 % des voix), et novembre 2014 avec plus d de 67% des voix.

Il prévoit notamment de nationaliser les sociétés l'exploitation des hydrocarbures, s'engage dans la lutte contre la cocaïne tout en préservant la culture de la feuille de Coca et souhaite limiter la présence militaire étrangère.

Il est entré en fonction le 22 janvier 2006. Bien qu'il ne soit pas le premier chef d'État d'ascendance amérindienne du pays, il est le premier à s'affirmer en tant que tel, et à relayer les revendications culturelles et sociales des populations indigènes.

Réélu le 6 décembre 2009 avec plus de 64 % des voix2, son parti, le MAS, détient aujourd'hui la majorité absolue dans les deux Chambres2.

Sur le plan international, Morales était proche du président vénézuélien Hugo Chávez avec qui il partageait certains éléments de sa vision socialiste de l'Amérique latine.

Il est réélu le 12 octobre 2014 avec une large avance, 67% des voix.

En décembre 2010, sous l’impulsion des communautés locales andines et du président Evo Morales, la Bolivie a introduit une « Loi des droits de la Terre Mère » qui accorde des droits à la nature, à l’instar des droits de l’homme 

En 2012, la loi officialise 36 langues reconnues et le droit des communautés indigènes de recevoir un enseignement dans leur langue maternelle .

Evo Morales a beaucoup fait pour  l'education, la santé ,  la construction de routes dans les campagnes ... c'et pourquoi il est très apprécié dans les campagnes

Même si Evo Morales reste le champion de la cause autochtone, avec une grande popularité, l'opposition demeure vive (grèves et protestations), la Bolivie reste un pays déchiré entre la majorité indienne (pauvre) et la minorité blanche (riche), la corruption, les autonomies régionales qui ont accentué les divergences, (certains départements réclament leur indépendance.)...

 

Mais les choses bougent : voir cet article du monde d'octobre 2014 :

"L’économie bolivienne a le vent en poupe. Selon les prévisions du Fonds monétaire international publiées le 7 octobre, avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 5,2 %, le pays andin devrait enregistrer en 2014 la plus forte croissance d’Amérique latine"

 

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/10/bolivie-morales-se-felicite-des-nationalisations_4504170_3234.html

 

Notre circuit en Bolivie sera le suivant :

Vol La Paz-Uyuni, Nord Lipez (Villa Mar), Sud Lipez (Laguna Blanca- San Juan - Salar d'Uyuni, Désert du Nord Lipez - Potosi - Sucre, Vilage de Jatun Yampara, Sucre - Vol Sucre La Paz - Tiwanaku, Copacabana, Lac Titicaca (Ile du Soleil et île de la Lune,)

 

Notre circuit en Bolivie
Notre circuit en Bolivie

Notre circuit en Bolivie

Après 40 minutes de vol avec la Compagnie "Amazonas" (nous étiions 10 dans un petit avion ), et après avoir avoir survolé la Cordillière des Andes ( sans se "scracher" :) ,nous arrivons à La Paz,aéroport "El Alto",  la capitale la plus haute du monde, étagée de 3200 à 4000 mètres d'altitude ... dominée par l majestueuse silhouette du mont Illimani ... mais j'avais pris un "diamox" avant de partir et tout se passe bien !

Nous faisons connaissance avec notre chauffeur et notre guide Paulo qui va nous accompagner pendant 8 jours - en fait nous allons passer 18 jours en Bolivie ... le pays de mes rêves les plus fous qui se réalisent aujourd'hui ! Tout fini par arriver :) :)

Nous sommes logées en plein centre,

Quelques photos de notre vol au dessus de la Cordillère des Andes, de notre survol de La Paz , la ville rose, entourée de la Cordillère "real",  vue d'en haut (avec son téléphérique !)

Et voilà, que los dios de los Andes nos protejan, ya estamos aqui !!

 

 

Arrivée à la Paz
Arrivée à la Paz
Arrivée à la Paz
Arrivée à la Paz
Arrivée à la Paz
Arrivée à la Paz

Arrivée à la Paz

Première journée à La Paz : une ville immense, fondée en 1548 par un capitaine espagnol, très encaissée, avec ses grappes de maisons roses-rouges en parpaing qui rongent les falncs montagneux à l'infini ... Une ville qui n'a heureusement jamais subit de tremblement de terre (comme toute la Bolivie d'ailleurs), un chaos urbain des plus barriolés, bruyant et mouvementé avec sa circulation infernale ... Atmosphère étrange .... la première impression est plutôt mitigée, voire négative ... mais nous avons fait une excursion dans "la Vallée de la Lune" un canyon dont les eaux ont érodé la roche très friable (la Yaca) en centaines de cheminées de fées et pitons filiformes : le paysage, qui ressemble à la Cappadoce  est grandiose ! Visite ausssi de la ville et du quartier des boutiques "des sorcières" qui vendent tout ce qu'il faut pour honorer les dieux de la montagne et tous les autres ...

Quelques photos des différents points de vue où nous sommes allées avec notre guide :

 

La vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcières
La vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcières
La vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcièresLa vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcières

La vallée de la lune, LeParlement, les ruelles coloniales et le marché aux sorcières

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

35 - 2 : la Bolivie

J'enchaîne tout de suite avec la présentation de la Bolivie, car après tout ce voyage Pérou/Bolivie, n'en forme qu'un seul, avec des allers-retours ...

Vous pouvez maintenant cliquer sur les images pour les agrandir, et sur la flèche à droite pour les faire toutes défiler  ☺ !! 

 

 le drapeau, les armes de la Bolivie ... Le Président Evo Morales le drapeau, les armes de la Bolivie ... Le Président Evo Morales le drapeau, les armes de la Bolivie ... Le Président Evo Morales

le drapeau, les armes de la Bolivie ... Le Président Evo Morales

Sur les armes , il y a beaucoup de symboles, principalement le condor , l'oiseau national qui symbolise l'horizon sans limite du pays, le laurier, l'olivier, la hache, les canons, la casquette de la liberté, le "Cerro Rico" ou "montagne riche" car elle contient d'énormes quantité de minerais d'argent, située à Potosi ... les 10 étoiles sur fond bleu représentent chacune un département (Chuquisaca, la Paz, Potosi, Cochabamba, Santa Cruz, Oruro,Taridja, Beni, Pando plus le département du litoral perdu pendant la guerre du Pacifique 1879/1884)

Carte d'identité de la Bolivie :

Superficie : 1 099 000 km² (2 fois la France) divisés en 9 départements

Capitales : La Paz (1,4 M d'hab), capitale administrative, est le siège du gouvernement et du Parlement, Sucre (230 000 hab) est la capitale constitutionnelle

Population multi-ethnique : 11 M d'hab  :

les  Indiens Quechuas, Aymaras, Kallawayas, Yamparas, Guaranis,  Chiquitos,  Uru Chipayas, Tacanas, Moxos , les Mennonites  (communauté autonome),  les Afro-boliviens (descendants d'Afrique noire), les  métis (un quart de la population), les créoles,  les immigrés européens et japonais.

( 10 % de créoles, 20 % de métis et 70 % d’indiens - 6 millions d'indiens-, telles sont les proportions généralement données... mais pas sûres...)

Indice de développement humain : 108ème rang mondial (2011) - ( France : 20ème en 2013)

Langues : espagnol et langues indiennes (aymara, quechua, guarani ...). 36 langues reconnues !

Religion : catholique à 95% - avec un mélange aux anciennes pratiques indiennes (syncrétisme)
Régime politique : Démocratie présidentielle . La Bolivie est une République parlementaire. Le président  élu tous les 5 ans rééligible, est à la fois le chef d'État et le chef du gouvernement. Il nomme les ministres. Le Parlement est formé de deux chambres : le Sénat, composé de 27 sièges, et la Chambre des députés, composée de 130 sièges.
Président actuel : Evo Morales Ayma (Indien Ayamara) pour la 3ème fois le 12 octobre 2014

PIB par habitant : 3 095 $ (Source Banque Mondiale 2013) - (France : 45 384 dollars) - 18% de la population vit encore dans l'extrême pauvreté - la croissance est de 5,2% en 2014. le taux de chômage n'est pas connu

Monnaie : le boliviano  (1 € = 7,23 BOL au 2.04.2015)

Ressources économiques :

Ressources agricoles Soja, café, coca, coton, maïs, quinoa, canne à sucre, riz, pomme de terre, bois, tabac

Ressources minières : étain (5ème rang mondial), argent (9ème rang mondial), zinc, antimoine, cuivre, or, pierres précieuses

pétrole, gaz, électricité (centrales thermiques et hydroélectriques),et première réserve de lithium au monde

Elevage : Ovins, bovins, lamas, poulets

Artisanat, textile, tourisme

La Paz (3660 mètres d'altitude en moyenne)

La Paz (3660 mètres d'altitude en moyenne)

                                        Géographie

La géographie de la Bolivie est très variée.

On a dit qu'elle était "la synthèse de l'Univers" ou le "Paradis terrestre" (Amerigo Vespucci)... le plus beau pays du monde quoi ...

Avec un territoire deux fois supérieur à celui de la France, on détermine trois grandes zones, la montagne, la forêt et les plaines.

La cordillère des Andes, est la plus longue chaîne de montagnes du monde, orientée nord-sud tout le long de la côte occidentale de l'Amérique du Sud.

A l'ouest de la Bolivie se trouvent deux cordillères des Andes (la cordillère royale et la cordillère occidentale ) qui encadrent un haut plateau : l'Altiplano

L’Altiplano, « plaine d’altitude » en espagnol, situé au cœur de la cordillère des Andes dans sa zone la plus large, il s'étend sur quatre pays (Argentine, Pérou et Chili et surtout Bolivie,), c'est la plus haute région habitée au monde après le plateau du Tibet. Il s'étend sur près de 1 500 kilomètres de long.

L'Altiplano est entouré des crêtes montagneuses des volcans actifs à l'ouest, et du désert d'Atacama, le secteur le plus aride au monde, au sud-ouest. Ces hauts plateaux, entourés des crêtes montagneuses des volcans, se situent entre 3500 et 5000 m d'altitude et vont du Lac Titicaca à la frontière Argentine en passant par plusieurs lacs salés dont le salar d'Uyuni, de plus de 12000 km². C'est dans cette région montagneuse que vivent la grande majorité des Boliviens et notamment les communautés quechua et aymara.

La capitale La Paz est construite sur ces hauts plateaux et son aéroport, El Alto, est l'aéroport le plus haut du monde situé à 4000 m d'altitude.

L'exploitation de l'étain, de l'or et de l'argent dans les mines notamment de Potosi est la principale ressource de cette région avec l'élevage de lamas et d'alpagas.

Au nord et à l'est, le bassin amazonien recouvre plus de la moitié de la superficie totale du pays. Région humide composée de marécages et de forêts tropicales, elle est plate et très peu peuplée.

Une zone intermédiaire de montagnes relie cette zone tropicale aux hauts plateaux arides, ce sont les Yungas situés entre 1000 et 2000 m d'altitude au climat idéal pour les diverses cultures comme la pomme de terre, le quinoa, la canne à sucre, le coton, le café et bien sûr la feuille de coca.

Au sud et sud-est, les plaines, le Chaco, qui abritent les plus grandes réserves naturelles de la Bolivie, le gaz et le pétrole. La Bolivie détient ainsi la deuxième réserve en gaz d'Amérique du sud après le Venezuela. Cette région est la plus riche du pays et ces grandes villes sont Santa Cruz et Tajija.

Enfin, la Bolivie est enclavée entre le Pérou et le Brésil au nord et à l'est, le Chili à l'ouest, l'Argentine et le Paraguay au sud.

La Bolivie : régions, départements et relief La Bolivie : régions, départements et relief La Bolivie : régions, départements et relief

La Bolivie : régions, départements et relief

                                Histoire de la Bolivie  

Faisant partie de l'empire Inca, le "Haut Pérou", la Bolivie, devient possession espagnole, et "vice-royauté" espagnole au début du XVIe siècle. Les espagnols découvrent le Cerro Rico (près de Potosi), le plus grand gisement d'argent de l'humanité en 1545. L'argent des mines fera la grandeur de l'Espagne, au prix de bien des malheurs pour les esclaves africains, les paysans quechuas et aymaras de l'Altiplano reconvertis de force en mineurs ... Au milieu du XVIIe siècle, les jésuites pénétrèrent dans les plaines orientales et fondèrent des missions.

Simon Bolivar , le Libertador, (Venézuelien) arrive pour libérer le pays du joug des espagnols et le faire accéder à l'indépendance ( 1825) ,établit la 1ère constitution en 1826 (restée lettre morte) et passe la main à son bras droit le Général Sucre (Vénézuelien lui aussi) . La Bolivie ( hommage à Bolivar ) est alors grande 6 fois comme la France !

Simon Bolivar :

Simón Bolívar

Commence une longue période très troublée, faite de guerres de clans entre les "terratenientes" (grands propriétaires terriens qui contrôlent le pays) , entre pays voisins (le Chili envahit les côtes boliviennes, la Bolivie perd son littoral et le désert de l'Atacama), et près de 200 coups d'Etat et tentatives de putsch depuis son indépendance (1825).La Bolivie est devenue (en théorie) une démocratie en 1982 mais suit une succession de dictatures et de réformes libérales ... je passe. 

Le vrai retour à la démocratie se fait lors des élections présidentielles de 1989 qui se passent dans le calme! Le 18 décembre 2005 Evo Morales est élu Président.

Juan Evo Morales Ayma, premier indigène Aymara a accéder au pouvoir, est un dirigeant syndical , chef de file du "Mouvement vers le socialisme" (MAS). Né le 26 octobre 1959 dans l'Altiplano bolivien dans une famille aymara à Orinoca, une ville de mineurs du département d'Oruro en Bolivie, il a remporté l'élection présidentielle du 18 décembre 2005 (avec plus de 53 % des voix). Il prévoit notamment de nationaliser les sociétés l'exploitation des hydrocarbures, s'engage dans la lutte contre la cocaïne tout en préservant la culture de la feuille de Coca et souhaite limiter la présence militaire étrangère. Il est entré en fonction le 22 janvier 2006. Bien qu'il ne soit pas le premier chef d'État d'ascendance amérindienne du pays, il est le premier à s'affirmer en tant que tel, et à relayer les revendications culturelles et sociales des populations indigènes. Réélu le 6 décembre 2009 avec plus de 64 % des voix puis le 12 octobre 2014 au 1er  tour avec 60,1%  Son parti, le MAS, détient aujourd'hui la majorité absolue dans les deux Chambres. Sur le plan international, Morales était proche du président vénézuélien Hugo Chávez avec qui il partageait certains éléments de sa vision socialiste de l'Amérique latine.

En décembre 2010, sous l’impulsion des communautés locales andines et du président Evo Morales, la Bolivie a introduit une « Loi des droits de la Terre Mère » qui accorde des droits à la nature, à l’instar des droits de l’homme

En 2012, la loi officialise 36 langues reconnues et le droit des communautés indigènes de recevoir un enseignement dans leur langue maternelle .

Même si Evo Morales reste le champion de la cause autochtone, avec une grande popularité, l'opposition demeure vive (grèves et protestations), la Bolivie reste un pays déchiré entre la majorité indienne (pauvre) et la minorité blanche (riche), la corruption, les autonomies régionales qui ont accentué les divergences, (certains départements réclament leur indépendance.)... mais les choses bougent : voir cet article du monde d'octobre 2014 : "L’économie bolivienne a le vent en poupe". Selon les prévisions du Fonds monétaire international publiées le 7 octobre, avec un produit intérieur brut (PIB) en hausse de 5,2 %, le pays andin devrait enregistrer en 2014 la plus forte croissance d’Amérique latine

http://www.lemonde.fr/economie/article/2014/10/10/bolivie-morales-se-felicite-des-nationalisations_4504170_3234.html 

 

Sur le plan littéraire, la Bolivie a longtemps dû s'adapter aux nombreux interdits, mais aujourd'hui Yolanda Bredegal est reconnue :

http://www.antipode-bolivia.com/litterature-bolivienne-passion-bolivie-fr
 

Notre circuit en Bolivie sera donc le suivant  :

 

Vol La Paz - Uyuni, Nord Lipez (Villa Mar) , Sud Lipez ( Laguna blanca - San Juan - Salar d'Uyuni - Désert du Nord Lipez), Potosi - Sucre, Village de Jatun Yampara, Sucre, Vol vers La Paz, Tiwanaku, Copacabana, Lac Titicaca ( île du soleil, île de la Lune ) 

 

 

Un voyage "à la carte" avec l'agence "Antipode" basée à La Paz :  

 

http://www.antipode-bolivia.com/

http://www.antipode-bolivia.com/carte-de-bolivie-fr 


 

 


 

Notre circuit au Pérou et en Bolivie (en vert les vols )
Notre circuit au Pérou et en Bolivie (en vert les vols )
Notre circuit au Pérou et en Bolivie (en vert les vols )

Notre circuit au Pérou et en Bolivie (en vert les vols )

Voir les commentaires

Published by Martine Bachelier - - Bolivie

Hébergé par Overblog