Martine autour du monde ...

 


Chidambaram-014.jpgChidambaram-020.jpg


Chidambaram-036.jpgKanadukathan-015.jpg


Chidambaram-039.jpg

Eh voilà, dernière étape avant Pondicherry :

Chidambaram
...la route fut longue car elle est en travaux ( comme presque partout !), mais les trajets en voiture sont toujours très intéressants, car il s'en passe des choses..., le long des routes, en Inde !
 


Beaucoup de monde qui marche : des femmes, paquets sur la tête, j'en ai même vu portant des piles de briques ! Des hommes qui vont aux champs ( ici surtout de riz, de canne à sucre ) , d'autres à vélos chargés comme des bœufs de tout et n'importe quoi, de bois, de bidons, de chiffons, de cartons etc...de vieilles charrettes tirées par des buffles blancs transportant du sable ou des cailloux , de petits « taxis collectifs » plein à craquer jusque sur le toit, des gens qui font la sieste allongés par terre, qui mangent, qui papotent ou qui font leur toilette dans l'eau des rivières ...des troupeaux de chèvres ou de vaches qui déambulent sur la route et il faut attendre que ces messieurs- dames passent ...

 

C'est de là que l'on peut le mieux approcher la vie des petits villages, la structure et l'organisation de la vie sociale : les intouchables et les plus basses castes habitent des huttes branquignolantes, en enfilade le long de petits chemins où la poussière rouge vole tous azimuts.. elles sont en bambou ou bouse de vache séchée mélangée à de la terre, parfois en briques recouvertes de ciment peint de toutes les couleurs. Les toits toujours en feuilles de palme . Humains et bestiaux vivent en bonne communauté, dormant à même le sol en terre battue. Parfois, on aperçoit une jambe ou un pied qui dépasse ...tandis que les femmes cuisinent assises par terre sur le pas de leur porte, seule ouverture, les enfants nus s'amusent à courir après la chèvre qui se nourrit dans les tas d'ordures......bref, là c'est la grande misère, celle que je n'ai jamais voulu, par respect, prendre en photo.

 

Sur les chantiers du bord de route, j'ai été surprise de voir des femmes avec des pelles et des pioches, travailler avec et comme les hommes. (ils sont entrain de faire une nouvelle voie ferrée qui reliera Trichy à Chennai ).

 

Nous avons croisé sur la route des centaines d'hommes et de femmes – toujours très élégantes - portant sur leur tête de gros paquets, marchant en enfilade .. Rama ( le chauffeur ) m'a expliqué qu'ils faisaient un pèlerinage pour se rendre à une fête chrétienne : 180 km à pieds ! Je n'ai pas pu en savoir plus. Rama est un excellent chauffeur, mais niveau culture, c'est zéro pointé .

 

A l'abord des petites villes, on aperçoit aussi les fastueuses demeures des castes supérieures, presque des palaces ...notre petite maison de « Carquedingue » ferait figure à côté, de maison de gardien... et encore !!

 

Mais partout beaucoup d'écoles, de collèges, d'universités. Il est évident que l'Inde met le paquet sur l'éducation. Tous les élèves et étudiants sont en uniforme et souriants, manifestement contents de leur sort. On les comprend !

 

Pour une fois que je voulais aller faire un tour à pied, toute seule ( avec mon couteau et ma lampe électrique dans la poche comme toujours !) , il m'est arrivé une aventure qui vaut le coup d'être racontée :

Depuis un moment j'entendais de grosses déflagrations, donc un peu peur car il y a eu des attentats à la bombe cette semaine encore . Je vois un gars qui pose un gros paquet blanc au milieu de la chaussée à 50m de moi, je presse le pas, et tout d'un coup BOUM!, une énorme pétarade à en faire trembler tous les dieux du Nirvana, une grosse boule de fumée, et puis une pluie de petits bouts de papiers blancs qui s'éparpillent sur la route comme des papillons! Le bruit m'a tellement fait sursauter que j'ai trébuché , suis tombée par terre sur la chaussée ( heureusement pas de charrette à buffles passant à ce moment là) , et je me suis fait une belle égratignure à la jambe!). En me retournant j'ai compris : au loin arrivait un vénérable Eléphant enguirlandé , suivi de toute une foule de fidèles en liesse, pour aller au temple !! et donc, pour marquer le passage du Saint Animal, on fait sauter des pétards pour dégager sa voie, environ tous les 200m !! Au risque de foutre une bonne trouille à l' ignorante touriste que je suis ...

ce qui a fait marrer le gars à la « bombe », lequel est venu me voir, hilarant, pour entamer devant moi une danse endiablée , la « Shiva nataradja »...

 

Quant à Chidambaram, rien à dire : c'est encore une bonne petite ville indienne qui nage dans sa cacophonie, sa puanteur et sa poussière ...
Là changement de décor en ce qui me concerne : mon hôtel pourtant classé "chic" dans Le Routard est plutôt, comme dirait Gilles, « bas de plafond », et tellement bruyant, coincé entre un temple en plein festival de la musique et une gare des bus . Si on ajoute une clim qui fait un bruit de locomotive à vapeur qui explose ....et les employés de l'hôtel qui jouent à cache- cache dans le couloir... vous imaginez le tableau ! De sorte que je n'ai pas pas fermé l'œil de la nuit malgré 2 boules quies l'une sur l'autre de chaque côté!

Encore une nuit à tirer ici, demain ça ira mieux !

 

En revanche un temple magnifique ( malheureusement interdit aux appareil photos ... Je suis quand même arrivée, mine de rien, à en grappiller quelques unes !) dédié à ... je vous le donne en mille : à SHIVA , hé oui, encore!! mais attention « Shiva dansant » - Sri Sivagami Amman Temple -ce qui change tout !

Un temple qui vaut le détour, très grand , très beau, mais surtout le plus « vivant » que j'ai pu voir : une immense foule cosmopolite que grouille de partout : mélange de mendiants, de brahmanes en tous genres - mais toujours caste supérieure attention! -, de fleuristes, de fidèles qui font la queue pour se faire bénir dans les différents sanctuaires ( un peu d'eau sur la tête, une petite gorgée, un peu de couleur sur le front le dessin et la couleur suivant la déité vénérée, une feuille dans la bouche pour sucer, puis on vous met un espèce de chapeau en paille sur la tête – style nos chapeaux de plage – avant de le retirer aussi vite ). Et voilà le tour est joué! . D'autres se prosternent à genoux, ou bien s'allongent de tout leur long par terre, se frappent la tête , le front, la poitrine, font quelques courbettes les mains jointes, et bien sûr, on fait une petite donation pour l'entretien du temple.

Et puis comme d'habitude, on dort, on mange, on discute.. tout cela au milieu des lampes à huile et des guirlandes de fleurs ..Bref, un vrai spectacle qui pourrait nous retenir et nous ravir des heures entières.

 

Enfin pour finir plus en douceur, un petit tour en barque sur un lac situé à environ 10 km de Chidambaram, mais je ne sais pas trop où exactement : on s'est perdu!

Et pour que Rama se perde, il faut se lever de bonne heure!

Je sais juste que nous étions à 4km du Golfe du Bengale ( ouf! on s'en rapproche! ) , que c'est un lac d'eau salée, en fait, une mangrove. Très joli et reposant. Comme je n'avais pas envie de laisser « mon ange gardien » poiroter une heure à m'attendre, j'ai joué un peu la comédie : j'ai dit que j'avais peur d'y aller toute seule, le pilote – enfin... le rameur - , a eu pitié de moi et voulait surtout ne pas perdre une cliente... il a invité Rama qui a ainsi pu m'accompagner gratos ! Il était super content! Et moi aussi! Une bonne journée.


Chidambaram-047.jpgChidambaram-045.jpg

Chidambaram-044.jpg Chidambaram-010.jpg

 

Chidambaram-006.jpg 

 
Photos:
Dans la mangrove (en haut)
Le pétard et la troupe de l'éléphant qui arrive au loin,
Collégiennes
En bas , pélérinage le long des routes.
Les femmes au travail ...

J'ai trouvé les femmes indiennes très courageuses, elles travaillent comme les hommes, la pioche à la main, à la réfection des routes ( les troncs des  arbres décorés de carreaux noirs et blancs signifiant l'équilibre entre le bien et le mal ...)

Elles marchent beaucoup, tiennent de petites épiceries le long des routes et dorment à même le sol.
Il y en aurait des choses à dire sur le statut des femmes en Inde ! : du mariage arrangé qui semble être encore aujourd'hui la règle, en passant par la dot obligatoire, la totale dépendance aux hommes,  le travail épuisant, et  le veuvage qui - la femme se trouvant alors totalement déconsidérée aux yeux de tous -  se termine parfois en suicide sur un bûcher ( pour aller retrouver l'âme du mari ! ).
Elles m'ont surtout semblé résignées ...  là aussi, la route est longue.


pondicherry-022.jpgPeriyar-061.jpg

Chidambaram 005


..pondicherry-046.jpgKumbakonam-020.jpg

Published by Martine Bachelier - - Inde

commentaires

catherine Péneau 12/04/2009 08:11

un petit coucou au petit matin d'une garde
Que pourrai-t'on raconter de plus original et plus sensassionnel que tout ce que tu nous fait partager? Eh bien,c'est du local bien sur dont tu dois manquer ! Alors nous fètons ce jour Paques,les filles comptent encore sur leurs oeufs en chocolat cachés dans le jardin.Les cerisiers sont en fleur .Le lilas sent merveilleusement bon mais hélas il pleut beaucoup cette semaine:temps idéal pour Constance et Margaux actuellement en pleine révision d'examen ou de concours.Astrid tient le coup malgré des hauts et des bas .Yannick est allé la chercher hier à Paris pour les vacances de paques ( après 5 semaines d'éxil complet ).Nous nous retrouvons pour quelques jours en famille mais ....à la maison!(nous à l'inverse des bachelier,ne sommes pas encore victime de la mondialisation!)Mille bises à tous les deux et très bonne fin de parcours ensemble.

charly et marinette 10/04/2009 13:53

Il ne manquait plus que ça : une attaque terroriste !!! Ah tu nous auras tout fait hein ! quoiqu'il manque encore un petit tremblement de terre pour compléter le tableau :) Rama est bien chanceux d'être tombé sur toi ; il doit se dire "Ah si tous les touristes étaient comme martine...". J'en connaît un autre qui doit être bien content de t'avoir retrouvé, c'est papa ! T'inquiète Daddy, tu n'as rien à craindre tant que mam a son couteau et sa lampe torche ! Tu pourrais peut-être lui offrir un lasso en revanche... :)
Gros bisous à tous les deux, profitez-en bien !!!

Hébergé par Overblog