Martine autour du monde ...

L' île de Pâques : scènes de la vie quotidienne

IP12.jpgIP6.jpg


ile-de-paques-suite-026.jpgile-de-paques-suite-005.jpg


Après la « grande histoire », dont je ne garantis pas d'ailleurs l'exactitude mais on peut me corriger!,
quelques « petites histoires  de la vie de tous les jours » :


Quand je suis arrivée, j'ai été étonnée par la petite taille de l' île, le bleu du ciel et celui de la mer....J'y trouve comme un mélange de la Pointe du Raz et de l'île aux Moines...


A l'aéroport, (8 vols Santiago et 2 Papeete par semaine exclusivité LAN), qui ressemble plus à un terrain de jeu qu'à un aéroport, (sauf que quand même la piste, une des plus longue du monde parait-il, car destinée à servir en cas de pépin, à l'atterissage de la navette spatiale américaine, traverse l'île de part en part !), il pleut des cordes, un couple de français "ronchon" (comme souvent hélas  ) se plaint qu'il n'y a pas de passage abrité !! Un pascuan de leur répondre  que  « ça ne fait pas vraiment partie de leurs priorités  » ...


Il y a en effet ici beaucoup de français, de chiliens du continent, de japonais, d'américains des US... de couples mixtes de tous les pays.


La seule ville, « Hanga Roa », est très étendue, les rues sont larges, les « maisons » espacées dans de très grands jardins remplis de végétation exotique exubérante : ça pousse partout, de toutes les tailles, de toutes les espèces (il va falloir que je me documente là dessus ,car je n'y connais rien en plantes, mais c'est vraiment très beau!)

Quand on arrive on nous donne une carte de la ville, avec des noms de rues, le problème, c'est qu'il n'y a aucun panneau indiquant le nom de ces rues, et donc, malgré mon plan (et ma boussole dont je n'arrive toujours pas à me servir ), je n'arrête pas de tourner en rond et de me perdre!! J'ai quand même mis plus d'une heure pour aller dire bonjour à Lili, comme promis - hi hi - à Joël !. Mission accomplie sous un cagnard de ouf !


Ici, on n'est pas logé, comme au Chili dans des « hospedadges » mais dans des « cabanas », des bungalows autour de très jolis jardins. J'ai la « suite 7 », c'est une vraie « suite », c'est à dire qu'il y a un grand lit + un petit (dont le couvre- lit me sert comme d'habitude à cacher la fenêtre le soir, car ici comme dans toute l'Amérique du Sud j'ai l'impression : pas de volets! Alors on se débrouille car il fait jour très tôt le matin : bref, je suis vraiment très très bien. Je n'aurais jamais pensé avoir une « suite » dans une « cabane » ...!


Il y a une église (catholique !, merci les missionnaires envoyés par le Bishop de Tahiti au 19ème) où je vais aller à la messe de Noël demain, car je me dis que c'est sans doute une « sacrée » aventure que d'aller à une messe de Noël à Pâques !!!

Un petit hôpital, une très modeste « maison du gouverneur » (un maire élu + un gouverneur nommé par la Présidente, l'île faisant partie de la région 5 du Chili), une école où les enfants apprennent l'espagnol qu'ils parlent, puis l'anglais et le pascuan en secondes langues obligatoires.


Mais ce qu'ils apprennent surtout c'est à monter à cheval (merci La Pérouse), à scoot, à 4 sur des Quad ... à faire du surf dans le petit port d'Hanga Roa ... et à boire, m'a t on dit, pas mal ...


Presque chaque famille a son cheval devant la porte, de très beaux chevaux brun doré, fins et élancés, qu'ils montent sans selle, comme nous on prend la bicyclette ! On les voit partout en ville, torse-nu, tatouages sur les chevilles, les bras, le torse, souvent avec les enfants en croupe, et la « queue de cheval » au vent car ils portent les cheveux longs attachés par des bandeaux de couleur vive. Ils sont très beaux – très fiers aussi - ça fait très « western sans le chapeau »  !!! 

            
IP.jpg

Il n'y a pas que des chevaux, aussi beaucoup de chiens (genre chien loup), qui, cela va sans dire, gambadent en toute liberté (et déchire les sacs poubelles), il y en a un en permanence devant ma porte qui monte la garde, et des poulets en veux- tu en voilà, de toutes les couleurs, comme des perroquets!. En revanche, très peu d'oiseaux en l'air.

 Des chiens qui hurlent à la mort tous les soirs de 10h à minuit, et plein de coqs qui commencent à chanter à 5h du mat .... autant dire, qu'après les trains de Buenos Aires, et les cloches de Puerto Natales, mes nuits sont toujours aussi courtes !!


Une seule route goudronnée qui fait le tour de l'île, et le reste: des chemins de terre volcanique rouge très fine, qui vole partout, nous aspergeant à chaque passage ... si bien que : lessive tous les soirs!!


Les gens d'ici sont bien sûr très pauvres, ils se débrouillent avec rien, leur principale ressource est le tourisme. On  ne sait pas trop ce qu'ils en pensent, mais ils ne me paraissent pas aussi « déprimés » que bien des Chiliens du continent.

Le 25 au matin, en sortant de l'hôtel, 2 hommes complètement ivres descendent le chemin bouteilles à la main ...ils avaient manifestement bien festoyé!
L'un d'eux s'avance vers moi, s'agenouille (s'il vous plait! ) et me fait.... tenez -vous bien : un baise- main !! J'ai trouvé que le geste très élégant .


Pour terminer ce  survol de l'île, il faut que je raconte mon « déjeuner de Noël »:

IP54.jpgIP52.jpg

IP65.jpgIP62.jpg


Au cours d'une journée d'excursion, notre guide nous dit : « je vous emmène au déjeuner de Noel! C'est une tradition ». Elle nous explique que chaque année une famille de l'île offre le déjeuner de Noël à tous ceux qui viennent, pascuans surtout (90 %) et touristes. En effet on arrive dans un grand jardin où des hommes et des femmes préparent à l'ancienne, braises à même le sol, viande, légumes etc... il y a même des gâteaux de melons. Ils nous donnent tout ce que l'on veut et autant qu'on en veut! Je me suis retrouvée avec une grappe d'une vingtaine de bananes ... et en plus, on n'a rien pour mettre tout ça, ni assiette, ni couteau, ni fourchette!! tu prends et tu te débrouilles !! j'ai fini par trouver par terre un sac en plastique, et sans que j'ai eu le temps de faire ouf, ils m'ont fourré dedans en vrac entrée, légumes, viande, et dessert! On s'assoit par terre et on mange avec les doigts, tout se mélange, ça dégouline de partout et on s'en met partout !! mais c'était vraiment super bon. Ce qu'on ne mange pas, on le donne à la mama de la guide qui récupère tout! Re-lessive en rentrant !! Cette tradition se répète pour chaque grande fête de l'année, par famille tournante...


Bon, les chiens commencent à se calmer, il est temps d'aller se coucher 
avant que les coqs prennent le relais ...
AH LES COQS !!!!!

IP39.jpg

 

 

Published by Martine Bachelier - - Ile de Pâques

commentaires

Les Buzz culturels 13/09/2010 16:05


Beau récit de voyage. :) L’exposition sur l'île des Rapanouis est présentée au Québec, à Montréal particulièrement. Après y avoir assisté, j'ai rédigé divers articles d'informations. Un de mes
articles porte sur leur mode de vie justement.

Si le coeur vous en dit... :)


marina 29/12/2008 12:10

Un déjeuner de noël tel que celui-ci ça ne s'oublie pas!!! Ca change du foie gras et de la volaille traditionnels!!Repas que nous avons dégusté,d'ailleurs, le 25 avec toute ma ptite famille!
gros bisous

Martine 28/12/2008 23:01

Je vois que, tout comme moi, tu as été séduite par les pasquans aux longs cheveux et au torse bronzé et musclé, altiers sur leur monture ! Ah ! ma pauvre Martine, la vie n'est vraiment pas facile !!!!! me revoilà parachutée dans les rues du village, allant à la poste ou au "super marché"... mais nous, pas question de manger dehors tant il pleuvait ! Notre bungalow se trouvait en bordure de mer, et nous entendions nuit et jour les vagues se fracasser contre les rochers... c'est vrai, ça pourrait faire penser à la pointe du raz... bises et continue ta visite, il y a plein de choses à voir !

Hébergé par Overblog