Martine autour du monde ...

 

Une fois encore merci à Michel Deparis pour l'organisation complète  de ce voyage exceptionnel, "à la carte"  hors des sentiers battus, dans quatre pays successivement pendant 2 mois et demi :  http://www.connaisseursvoyage.fr/ .

 

Ce troisième voyage "en solo" (enfin presque), qui m'a permis de découvrir les civilisations d'Amérique centrale,  notamment la civilisation maya qui j'en suis sûre maintenant  existe bien encore aujourd'hui,   fut très intéressant sur les plans culturel et humain.

 

J'ai beaucoup appris sur l'histoire, la vie quotidienne des populations indigènes , moins sur les problèmes relatifs à l'environnement auxquels elles sont confrontées aujourd'hui du fait de l'extraction du gaz et du pétrole par exemple. Pour cela il faut, je pense, être "introduit" ou trouver des gens qui connaissent bien la question, ce qui ne fut pas mon cas.

 

Cependant j'ai pu constater qu'ils sont tous très attachés à leurs coutumes (vêtements, "religion", nourriture, soins à leurs enfants qui travaillent beaucoup ...),  leur mode de vie et leur organisation sociale (les communautés).  Leur pauvreté évidente  ne semble pas les affecter outre mesure, ou plutôt ils l'assument avec courage .

Ils sont extrêmement proches de la nature , se considérant en quelque sorte comme en faisant partie,  et veulent la préserver parce qu'elle incarne la "permanence" face à la fragilité de nos sociétés modernes. Ils ont une incroyable connaissance des plantes sauvages, les respectent, les préservent, les utilisent pour se soigner ... et ça marche !

Ils sont très proches aussi des animaux, pour la même raison. De même que les indiens des Etats Unis élèvent de nouveau les bisons de leurs ancêtres, les indiens d'Amérique centrale ont réintroduit les lamas, seuls mammifères domestiqués qui existaient avant l'arrivée des espagnols.

 

J'ai trouvé, dans l'ensemble, ces populations  moins "chaleureuses" que celles du sud-est asiatique par exemple, je ne sais pas pourquoi ... peut-être en ont-t-ils assez des "touristes" (ou des "voyageurs" comme on dit maintenant) ?   

 

Ce voyage fut dans l'ensemble extrêmement "speed" : il est  difficile au voyageur "sentimental" d'écrire en galopant ... d'où l'imperfection de mon écriture ... mais cette évasion de quelques semaines m'a confirmé s'il en était besoin, que le voyage est profitable. La découverte de pays et de peuples  inconnus  éveille l'attention, la compréhension et remet les choses à leur juste place. Je terminerai donc avec cette phrase de Montaigne : "je ne sache point meilleure école à former la vie, que de lui proposer incessamment la diversité de tant d'autres vies, fantaisies et usances".

 

Je ne dois pas être encore complètement "formée à la vie" car je sais que  mon   "goût du voyage" n'est pas près de disparaître ! 

 

 

 

Published by Martine Bachelier - - Voyager en solo

commentaires

Hébergé par Overblog