Martine autour du monde ...

38 - L'IRAN

 

L'enchantement des grands voyages commence avant le départ! !

On ouvre les atlas, on rêve sur les cartes, on répète les noms magnifiques des villes inconnues ... et on se penche aussi sur l'histoire du pays !

Voici donc un "court" survol (enfin ... un peu plus long cette fois !) de l'Iran, où nous allons partir 15 jours en avril 2016, et qui après la Grèce, laTurquie, l'Ouzbékistan, la Chine sera un peu la continuation de ma "Route de la soie" :)

Hop ! C'est parti ! Bonne lecture ...

Pour info :

1 - présentation générale du pays

2 - Langue et l'écriture

3 - Géographie

4 - Histoire

5 - Institutiions et régime politique

6 - Religion

7 - Petit glossaire

8 - Notre circuit

Vous pouvez cliquer sur les photos pour les agrandir, et faire défiler les diaporamas , écouter la musique en faisant défiler les articles !

 

 

 1 - Présentation générale :

L’Iran ou "Perse" ou "République islamique d’Iran" est un pays d’Asie de l’Ouest ou Moyen Orient

NB : Le terme de Moyen-Orient définit une aire culturelle, donc il ne délimite pas de frontières précises (selon certains utilisateurs Proche et Moyen Orient se chevauchent). Généralement, on y inclut les civilisations arabe, turque, perse, kurde, et des minorités culturelles telles que les juifs ou les chypriotes .

Carte du Proche - Moyen Orient et de l'Iran Carte du Proche - Moyen Orient et de l'Iran

Carte du Proche - Moyen Orient et de l'Iran

Perse : signifie "de la famille des Aryens", conquérants indo-européens, nomades et pasteurs, qui arrivèrent sur le territoire du Grand Iran entre 2000 et 1500 av.JC. Le terme "perse" désigne une tribu  ayant pour origine la région de Persis (Pars en persan, actuelle province de Pars ou Fars, voir ci-dessous) dans le sud-ouest de l'Iran. Ils firent leur apparition vers 550 av..JC., imposèrent la langue persane et assimilèrent de nombreuses autres tribus.

la province du Pars ou Fars

la province du Pars ou Fars

Iran : qui signifie " royaume des Aryens" ,d’usage natif depuis l’ère Sassanide, a été officiellement adopté en 1935 pour l’usage international. Auparavant, le pays était connu en Occident sous le nom de Perse.

Les noms « Perse » et « Iran » sont utilisés aujourd'hui indifféremment dans le contexte culturel, mais le nom « Iran » est utilisé officiellement dans le contexte politique.

Le drapeau et l'emblème :

L'emblème de l'Iran est une forme calligraphique stylisée de « Allah » (الله). Il consiste en quatre croissants et une épée centrale. La forme évoque aussi une tulipe, symbole très ancien des martyrs iraniens. De couleur rouge, il se tient au centre du drapeau

Le vert est la couleur de l'Islam et représente également la croissance. Le blanc symbolise l'honnêteté et la paix. Le rouge représente la bravoure et la martyre.

Drapeau et emblème de l'Iran Drapeau et emblème de l'Iran

Drapeau et emblème de l'Iran

Nom officiel : République islamique d’Iran
Nature du régime : République islamique
Chef de l’Etat et/ou du Gouvernement : M. Hassan Rohani depuis juin 2013 (50,7% des suffrages exprimés)

Superficie : 1 648 000 km2 (3 fois la France)
Capitale : Téhéran (9 millions d'habitants, 15 agglomération comprise)
La langue officielle : le Persan
Langues courantes: kurde, baloutchi, turc, arabe
Monnaie : Rial (1 euro = 33.917 IR en septembre 2014)
Fête nationale : 11 février (révolution islamique)

Le calendrier officiel est le calendrier persan. L’année persane  s’étend du 21 mars de l’année n au 20 mars de l’année n+1.

Décalage horaire : + 2h30 par rapport à la France

Données démographiques :

Population : 80 millions (fin 2015)
Densité : 50 hab/km2
Croissance démographique : 1,22% en 2014 (contre 1,62% en 2006)
Espérance de vie : 71 ans

Taux d’alphabétisation : 93% (pour les Iraniens de 19 à 40 ans)
Religions : musulmans (99,4%),  chiites (en très grande majorité) et sunnites, bahaïs (religion interdite), chrétiens (117.700), zoroastriens (25.271), juifs (8.756).
Indice de développement humain : 0,707 (88è rang mondial)

Données économiques :

PIB (2014/2015) : 406,3 milliards $ (France 2015 : 2 935 milliards de dollars)
PIB par habitant (2014/2015) 17 303 $ (France 2015: 42 732 dollars)

Evolution du PIB (2014/2015) : 3%
Taux de chômage (2014/2015) : 19% selon les sources iraniennes, 30% selon le FMI
Taux d’inflation (2014/2015) : 15,8% en 2015

Principaux partenaires commerciaux : Chine, Inde, Emirats arabes unis, Turquie, Irak, Corée du Sud, Japon, UE.

Part des principaux secteurs d’activités dans le PIB :

agriculture : 11,3%, industrie : 37,6%, services : 51%

Exportations de la France vers l’Iran (2014) : 453M euros
Importations françaises depuis l’Iran (2014) : 61M euros
Solde commercial : 392 M euros

Consulat (s) de France : Section consulaire de l’ambassade à Téhéran
Communauté française en Iran : 1077 personnes (dont 784 à Téhéran)
Communauté iranienne en France : 10 100 personnes

Depuis 2014/2015, l'Iran a une croissance positive de près de 3%, grâce à une augmentation de la production de pétrole (le pétrole représente 50% du budget et 80% des exportations)  de gaz, du secteur automobile, et de ses exportations non pétrolières. L'inflation a été divisée par deux et le déficit public contenu.

 

 

2 - La langue et l'écriture :

Au Moyen Orient, outre le farsi (en vert sur la carte) il y a de nombreuses langues

 

38 - L'IRAN

Les différentes langues parlées en Iran et Moyen Orient :

Le persan est la langue parlée en Iran en Afghanistan et au Tadjikistan, où il est une langue officielle, ainsi qu’au Bahreïn, en Azerbaïdjan, en Irak (minorité persophone), en Russie et en Ouzbékistan (minorité tadjike).

Il appartient au groupe indo-iranien de la famille des langues indo-européennes. C’est une langue du type « sujet-objet-verbe ».

De nos jours, les langues persanes s’écrivent surtout au moyen de l’alphabet arabo-persan, variante de l’alphabet arabe; S’écrit de droite à gauche.

Il est appelé fārsi en Iran et en Afghanistan (ce qui est une forme arabisée de parsi — l’alphabet arabe ne comporte pas de consonne p),

Les gens qui parlent persan sont désignés comme persophones.

Ecriture iranienne

Ecriture iranienne

Ecriture iranienne.

Mais l'Iran contemporain est un pays multiethnique et multilingue : 61% seulement de sa population parle Persan . Les autres langues parlées sont l'Azéri (16%) le Kurde (10%), le Lors (6%), l'Arabe, le Babouche et le Turkmène (2% chacun). L'Anglais est la première langue étrangère enseignée à l'école.

3 - Géographie :

L’Iran est un immense pays (3 fois la France) bordé au nord par la mer Caspienne et au sud par le Golf Persique (de "Perse") . Bordé de 7 frontières Irak, Turquie, Arménie, Azerbaïdjan, Turkménistan, Afghanistan, Pakistan.

De l’autre côté du Golfe Persique : Qatar, Koweït, Sultanat d’Oman et les Emirats Arabes Unis et Arabie saoudite.

L'Iran et ses 18 provincesL'Iran et ses 18 provinces

L'Iran et ses 18 provinces

Les provinces occidentales et orientales sont séparées par une vaste chaîne de montagnes. La route de la soie reliant Bagdad à l’Asie centrale passait par Machhad et Téhéran.

Le relief du pays est constitué d’un vaste et haut plateau central ponctué de dépressions arides, qui constitue plus de la moitié de la superficie du pays encadré par de hauts massifs montagneux entre 2000 et 4000 mètres, et de déserts (le Dasht-e Kavir et le Dasht-e Lut).

Les hautes chaînes montagneuses de L’ALBORZ et du ZAGROS qui bordent les régions côtières forment une barrière entre la côte et le plateau central. Le plus haut sommet d’Iran est le mont Damavand qui domine Téhéran (5671 mètres)

Le relief de l'IranLe relief de l'Iran

Le relief de l'Iran

4 - Histoire :

Il a existé très tôt en Iran (Elam à l’époque) plusieurs civilisations contemporaines de celles de la Mésopotamie et de la Vallée de l’Indus.

L’histoire de l’Iran n’est pas facile à résumer : elle est longue, riche, puisque c’est une des plus vieilles civilisations du monde (elle puise ses racines vers 4000 av JC), peut-être le « berceau des civilisations »; elle est aussi particulièrement complexe ... car elle a toujours été l’objet de convoitises, de guerres, de déchirements et divisions, de reconstitutions de son territoire, de nouveaux déchirements entre royaumes, tribus, califats, sans fin... Cela est dû à sa situation exceptionnelle et stratégique au coeur de l’Asie, de l’Afrique, de l’Occident ... Pas facile pour une région de subir tant d'influences aussi diverses!!!

 

Je vais donc essayer de faire court et d’être très synthétique :

 

La Perse fut un immense empire s'étendant de l'Inde à la Grèce ... elle n'a cessé de se modifier aux cours des siècles :

1 - Avant J.C. : La première civilisation connue fut celle de l’Elam

(XIII siècle av. JC), suivie par le royaume des Mèdes et des Achéménides Perses d'où sortit Cyrus dont le fils épousa la fille du roi des Mèdes, ce qui permit la réunion de la Perside et de la Médie.

Cyrus Ier , puis Cyrus II dit "Le Grand"  constitua un vaste empire, s'étendant du pakistan aux côtes méditérranéennes. Par la suite Darius Ier (522-486 av JC) également très célèbre en Iran (et dont on entendra beaucoup parler lors des visites des sites!) réorganisa l'empire,  avec la création de 23 provinces - ou satrapies- et la construction de villes administratives et religieuses à Suse et Persépolis.

C'est alors qu'intervint la période hellenistique (les Séleucides)  avec notamment Alexandre Le Grand (356-323 avant JC) qui prit Babylone, Suse et Persépolis avant d'aller en Inde, et de revenir à Babylone où il mourut à l'âge de 32 ans.

 

Le berceau de la Perse antique  : l'Elam Le berceau de la Perse antique : l'Elam. Cet Empire finit par tomber sous les coups d'Alexandre (330-323 av. JC) et ensuite fut très vite démembré pour être partagé entre ses lieutenants et partagé en provinces romaines ...

Le berceau de la Perse antique : l'Elam Le berceau de la Perse antique : l'Elam. Cet Empire finit par tomber sous les coups d'Alexandre (330-323 av. JC) et ensuite fut très vite démembré pour être partagé entre ses lieutenants et partagé en provinces romaines ...

l'Empire perse aux cours des siècles

l'Empire perse aux cours des siècles

2 - Après J.C. :

Commence la dynastie des Sassanides qui réunit les possessions de l'ancien Empire Perse et forme le second Empire Perse. Ils portent des coups terribles aux romains, mais sont renversés par les Arabes en 652.

L'Empire arabe (652-1258) englobe alors toute la Perse. Mais à partir du VIIIème siècle cet empire perd ses provinces aux dépens des califes qui forment des Etats indépendants, puis Gengis-Kan (1235), guerrier d'origine mongole, envahit l'Iran (époque de Timurides), assujettit les califes à sa tutelle. Son héritier les renverse complètement et met fin aux califats arabes en 1258.

Puis ce fut l'époque de la soumission au Khan turco-mongol avec Tamerlan, avant l'apparition de la dynastie des Séfévides (ou Safavides) (1501 à 1736), première dynastie iranienne totalement indépendante à régner sur l'Iran depuis 500 ans ! Ils sont issus de l'ordre religieux soufi, d'origine kurde et se convertissent au chiisme duodécimain sous leur premier souverain Ismaïl 1er. La dynastie atteint son apogée sous le Shah Abbas 1er le Grand qui sépare les fonctions religieuses et politiques.

Les Séfévides sont alors l'une des 3 grandes puissances du monde musulman, avec l'Empire Ottoman et l'Empire Moghol.

Empire Safavide 16ème- 18ème siècleEmpire Safavide 16ème- 18ème siècle

Empire Safavide 16ème- 18ème siècle

Au XVII s. c'est une série d'invasions et d'usurpations .... je passe ...

En 1794 un prince Qadjar (Mohammed Shah - prince d'origine turkmène qui servait les Séfévides) met un terme à l'anarchie et reconstruit dans une partie de l'ancienne Perse, l'Empire d'Iran (1797) en dépit de la guerre avec les russes et les anglais, il se maintient sur le trône jusqu'en 1925, quand un chef cosaque, (tribu de guerriers nomades et pillards qui formèrent une partie de l'armée russe), Reza Khan s'empare officiellement du pouvoir et règne sous le nom de Reza Shah Pahlavi.

Autoproclamé Shah d'Iran il fonde la dynastie des Pahlavi.

En 1935 la Perse prend officiellement le nom d'Iran; Son fils Mohammed Rezah Pahlavi lui succède : toujours aussi répressif que son père, mais plus habile, il parvient à se concilier le soutien des occidentaux. L'Iran est alors une dictature musclée et autoritaire qui écrase la population malgré ce qu'on a appelé "la révolution blanche" (programme de développement social et modernisation du pays).

On se souvient tous de lui (décédé aujourd'hui), et de sa femme Farah Diba qui vit entre les USA, l'Egypte et la France (2 de ses fils se sont suicidés).

Mohammed Rezah Pahlavi, dernier Shah d'Iran et Farah Diba

Mohammed Rezah Pahlavi, dernier Shah d'Iran et Farah Diba

En 1951 la nationalisation du secteur pétrolier par le premier ministre du Shah, Mossadegh ouvre une période de crise qui se termine par un coup d'Etat organisé par le CIA en 1953, coup d'état qui renverse Mossadegh. Les Etats Unis gagnent en influence. Le Shah engage alors une politique d'occidentalisation de l'Iran qui se heurte aux religieux conservateurs dont l'Ayatollah Khomeiny qui sera emprisonné puis expulsé et trouvera refuge en Irak puis en France (il reste 41 jours à Neauphle-le-Château en 1978). Suite aux immenses manifestations de rue, le Shah doit fuir le pays le 16 janvier 1979 ...

Aussitôt, en 1979, l'Ayatollah Khomeiny (ou Khomeyni) effectue alors un retour triomphal en Iran après 14 ans d'absence. L'armée se range aux côté des révolutionnaires.

38 - L'IRAN
La succession des dynasties

La succession des dynasties

5 - Les institutions politiques et le régime actuel :

le 1er avril 1979, la "République islamique d'Iran" est approuvée par 98% des votants, ce qui met fin à 2500 ans de monarchie.

L'Ayatollah Khomeiny instaure un régime théocratique où les Etats Unis sont désignés comme "le grand Satan". Il s'attache à détruire les structures impériales pour mettre en place une république islamique en s'appuyant sur les chefs religieux chiites et sur les pasdarans (une milice armée , gardienne de la révolution ).

En 1980 Saddam Hussein (dictateur de l'Irak) lance une offensive contre l'Iran pour des questions de pétrole. La guerre Iran-Irak va durer 9 ans et causer la mort de 1,2 million de personnes, plusieurs centaines de milliers de blessés. Finalement l'Iran accepte le cesser le feu sous l'égide de l'ONU. L'année suivante, en 1989, Khomeiny meurt, et c'est Ali Khamenei , ancien président de la République, qui est désigné pour lui succéder à vie.

Les Présidents de la République qui vont se succéder sont : Bani Sadr modéré en 1980, (destitué en 1981 il se réfugie en France) - puis un proche de Khomeiny : Ali Khamenei en 1981, Rafandjani en 1989, re-élu en 1993 , puis Khatami (réformateur) est élu en 1997, il se rend en visite en France en 1999, est réélu en 2001 ; Mahmoud Ahmadinejad (ultra conservateur soutenu par Ali Khamenei) élu en 2005 puis réélu en 2009.

Depuis 2013 le Président de la République est Hassan Rohani.

--- Le Guide Suprême aujourd'hui en février 2016 : L'Ayatollah Ali Khamenei

Le régime de la République islamique d'Iran a donc une double légitimité : théocratique et populaire.

Elle repose sur la loi islamique (la charia) et sur la tutelle du jurisconsulte. La constitution place l'ensemble des institutions (politiques, judiciaires, militaires et médiatiques) sous l'autorité du Guide Suprême de la Révolution islamique et de l'Assemblée  des Experts (86 membres religieux élus pour 8 ans au suffrage universel direct, qui élisent et révoquent le Guide de la révolution et détient le pouvoir)

Le  conseil des gardiens de la constitution  Correspond en gros à notre Conseil Constitutionel.

Le  "Conseil suprême de sécurité nationale" 

Le "Conseil de discernement des intérêts supérieurs du régime" exercé depuis 2005 par Rafsandjani, ancien président de la République. C'est une fonction de supervision des pouvoirs exécutif, législatif, et judiciaire. Un peu comme notre "Conseil d'Etat".

--- Le Président de la République aujourd'hui en février 2016 : Hassan Rohani :

Sa candidature doit être approuvée par le Conseil des Gardiens, est élu au suffrage universel direct pour 4 ans renouvelable 1 fois. Il exerce certaines fonctions de chef d'Etat (signatures des traités, accréditation des ambassadeurs etc....) et celle de chef du gouvernement dont il choisit les membres.

Il est responsable devant le Guide et devant le Parlement.

Le Parlement, actuellement dominé par les conservateurs, doit être renouvelé en février 2016.

Hassan Rohani est qualifié de " modéré". Les priorités affichées du gouvernement sont le redressement économique, qui passe par la levée des sanctions et une détente avec la communauté internationale. Son arrivée au pouvoir a créé de fortes attentes au sein de la population iranienne. Selon l’architecture institutionnelle de la République islamique, la marge de manœuvre du Président Rohani dépend de celle que lui accorde le Guide Suprême mais aussi de l’influence des milieux conservateurs (majoritaires au parlement iranien) ainsi que des cercles sécuritaires, notamment les Gardiens de la Révolution.

Dès son élection en juin 2013, le Président Rohani a exprimé son souhait d’améliorer les relations de l’Iran avec la communauté internationale, fortement dégradées au cours des présidences de Mahmoud Ahmadinejad.

File:Schema gvt iran.png

Les dirigeants aujourd'hui

Les dirigeants aujourd'hui

L'actualité en 2015/2016 :

14 juillet 2015 : un accord historique après 12 ans d'embargo économique qui aurait coûté 480 milliards de dollars à l'Iran, soit une année de PIB !

L'accord sur le nucléaire iranien signé le 14 juillet 2015 entre l'Iran et les pays du "P5+1" prévoit la levée des sanctions économiques et financières en échange du renoncement à fabriquer la bombe nucléaire. Ainsi l'argent bloqué sur les comptes à l'étranger sera libéré (entre 100 et 150 milliards de dollars) et l'Iran pourra de nouveau exporter, avoir de nouveau accès au réseau international de transferts financiers , investisseurs et banques internationales pourront reprendre leurs relation d'affaires avec Téhéran.

Parallèlement aux avancées sur le dossier nucléaire, le nouveau dirigeant iranien s’est efforcé d’apaiser ses relations avec les puissances régionales, en adoptant un discours moins nationaliste et moins provocateur que ses prédécesseurs mais aussi à reprendre le dialogue bilatéral avec les Etats-Unis, totalement interrompu depuis la Révolution islamique et la crise des otages de l’ambassade américaine en 1979.

La guerre en Syrie : Le soutien de l'Iran aux alliés régionaux (Syrie,et Hezbollah présent notamment au Liban) demeure la priorité stratégique : l'Etat Islamique est leur ennemi commun.

l’Iran a apporté depuis 2014, un appui crucial à Bachar el-Assad qui se traduit par un engagement financier massif, des livraisons d’armes et par l’envoi de conseillers militaires iraniens. L'actualité est donc marquée par la guerre en Syrie et le soutien du gouvernement chiite de Téhéran à Bachar el Assad, car Téhéran considère que les rebelles en Syrie sont des terroristes soutenus par les pays sunnites et leurs alliés dans la région (notamment l'Arabie Saoudite). L'Iran et ses alliés souhaitent faire face à l'avancée de l'organisation terroriste de Daech.

2 janvier 2016 : Suite à l'exécution par l'Arabie saoudite d'un leader chiite, figure de la contestation du régime sunnite de Ryad, l'ambassade d'Arabie Saoudite à Téhéran a été attaquée et tout le monde chiite s'est mis en ébullition pour contester cette exécution. L'Arabie Saoudite a rompu ses relations diplomatiques avec l'Iran le 3 janvier ... C'est encore une preuve de la montée des tensions entre les 2 puissances de la région , l'Iran et l'Arabie Saoudite.

26 et 27 janvier 2016 : Avec la visite en France du Président Rohani un véritable changement est en train de s'opérer : stabilité de la République Islamique, lutte contre Daech, relance de l'économie (projets dans l'énergie, les infrastructures, le transport, le logement, l'industrie, les mines, la pharmacie, le médical, l'agroalimentaire ...) ... Affaire à suivre !

François Hollande et le Président Rohani

François Hollande et le Président Rohani

 

 

A suivre aussi : les rendez-vous électoraux du 25 février 2016 :

Le même jour, les Iraniens choisiront les parlementaires du Majlis, l’assemblée consultative islamique (Assemblée parlementaire) et, surtout, les dignitaires religieux de "l’Assemblée des experts". Elus tous les huit ans, ces derniers désignent le Guide suprême, le conseillent, et choisissent son successeur.

M. Khamenei étant âgé de 76 ans, l’élection des membres de cette instance pourrait s’avérer décisive.

M. Hachémi Rafsandjani, homme politique controversé mais populaire qui fut Président de la République islamique à deux reprises entre 1989 et 1997, a d’ores et déjà, annoncé sa candidature ; pour certains observateurs, cela pourrait préfigurer des changements.

Hassan Khomeyni, un des 15 petits-fils de l'ayatollah Khomeyni qui a fait tomber le Shâh, et qui enseigne aujourd'hui dans le ville sainte de Qom, a pris de la distance par rapport à son grand-père. Dans ses cours il attire les jeunes en traitant des questions d'actualité  et en intégrant les nouvelles technologies (réseaux sociaux - Instagram et Telegram sont les seuls autorisés). Il vient de refuser de participer à l'examen d'entrée de l'Assemblée des Experts ... donc en principe, de prendre la succession de Khamenei ! ... le réforme est en route ...

29 février 2016 : résultats des élections : les alliés modérés du Président ont fortement progressé (3 fois plus qu'auparavant) , cependant aucun camp n'obtient la majorité . Seize femmes sont rentrées au Parlement. Autre motif de satisfaction pour le Président Iranien :  son allié,H. Rafsandjani a été renouvelé à l' l'Assemblée des Experts. Les résultats doivent être confirmés par le Conseil des Gardiens.

 

6 - La religion : l'Islam

Petit rappel :

Mahomet , le "Prophète -Envoyé" est né à , La Mecque en 570.

En 622 il émigre à Médine (Hégire) où il s'installe avec une centaine de fidèles et fonde "l'Umma" (la communauté des croyants). Vers 630 toute l'Arabie est soumise à l'Islam, en 632 il fait un pélerinage à la Mecque (le hadj) et meurt à Médine ... Quatre "califes " lui succèdent : Abou Barr, Omar, Othman , puis Ali (gendre et cousin de Mahomet) qui est contesté par une partie des musulmans et avec lequel commence donc la guerre et le début des schismes politico-religieux entre notamment sunnites et chiites : les premiers sont pour la désignation du successeur (ou calife) de Mahomet par la communauté des croyants, les second pour la désignation du successeur (imam) parmi la famille, les descendants du Prophète. ... Les chiites reconnaissent Ali comme le premier successeur légitime de Mahomet. Avec ses 2 fils Hassan et Hussein (il sera assassiné), qui lui succédèrent, a commencé pour les chiites la lignée des imams. Ceux -ci ont une grande importance pour les chiites ce qui explique l'organisation, la hiérarchisation, et l'autorité du clergé chiite en Iran. Les sunnites majoritaires dans l'ensemble du monde musulman, ne voient en Ali que le 4ème calife ; Autrement dit, la guerre chiites-sunnites ressemble bien à une querelle de succession , une guerre "politico-religieuse";

Les 5 "piliers de la foi" (minimum absolu sans lequel on ne saurait être croyant) sont :

1. Dieu est un -(Il n'y a de divinité que Dieu et Mahomet est son Prophète).

2. Les Anges-(Tout homme a 2 "anges gardiens écrivains" qui enregistrent leurs actes).

3. Les Livres (ou Ecrits) : le Coran, livre canonique unique dont l'auteur est Dieu lui-même parlant par la bouche de Mahomet.  

4. Les Prophètes (Abraham, MoÏse, Jésus et Mahomet qui achève la prophétie).  

5. le Jour Dernier (ou jour du Jugement, ou jour de la Résurrection) : chaque homme comparaîtra devant Dieu.

Les 5 "obligations rituelles" :

1. La profession de foi qui doit être faite plusieurs fois par jour (la chalada ) "Il n'y a de divinité que Dieu et Mahomet est son Prophète ".

2. La prière rituelle (çalat) cinq fois par jour (Aurore, midi, 16 heures, coucher du soleil et nuit) en faisant ses ablutions, se déchaussant, s'orientant vers la Mecque agenouillé sur le tapis de prière; la prière communautaire du vendredi, dirigée par l'Imam qui prononce le sermon, s'accomplit à la Mosquée.

3. Le jeûne du Ramadan (çaum) qui dure un mois de l'aube au coucher du soleil.

4. L'aumône légale (zakat - devenu une sorte d'impôt).

5. Le pèlerinage à la Mecque ((hadjj) obligatoire une fois au cours de sa vie (si on en a les moyens).

Le Jihad "guerre sainte" ou "effort collectif tendu vers un but communautaire" ne fait partie ni des piliers de la foi, ni des 5 obligations rituelles mais il figure comme devoir de défense et de propagation de l'islam selon l'injonction coranique suivante : "combattez les polythéistes totalement comme ils vous combattent totalement".

Fin du petit rappel ).

Dans le monde : Il y a 1,6 milliard de musulmans. (2,18 milliards de chrétiens. Les statistiques donnent les 2 religions à égalité en 2050)

En Iran, 99,4% des 80 millions d'habitants d'Iran sont musulmans (professent la religion de l'Islam).

1-- Le chiisme constitue l'une des trois principales branches de l'islam avec le sunnisme et le khâredjisme ( du verbe Karej qui veut dire "sortir" . Considérée comme  dissidente).

Environ 90% des musulmans iraniens sont chiites (dont l'Ayatollah Khamenei est une figure de référence), et parmi eux, les chiites imamites (duodécimains) sont majoritaires (à 90%). Cette religion est devenue religion d'Etat depuis le 16ème siècle, sous la dynastie Safavide.

Le chiisme se divise en autant d'obédiences qu'il y a d'imams « reconnus »; On en dénombre une soixantaine.

La majorité des chiites iraniens sont dits duodécimains, ou imamites, car ils reconnaissent l'autorité de douze imams (Ali et ses onze successeurs) comme celle des véritables guides inspirés par un décret d'origine divine rendu en faveur de la descendance de Ali. Le douzième et dernier imam, Muhammad al-Mahdi, ne serait pas mort mais aurait été « occulté » (c'est-à-dire qu'il aurait mystérieusement disparu) au IXe-Xe s. Vivant dans un monde invisible, l'"imam caché" ( le Madhi) devrait revenir un jour définitivement parmi les hommes pour faire règner la justice.

2-- Les 8% d'iraniens sunnites vivent dans le sud-ouest (Arabes), le sud - est (les Baboutches), et le nord - est du pays (les Turkmènes)

 

 

-- Exemples d'autres minorités chiites (hors d'Iran) :

Ismaéliens : membres d'une secte chiite qui n'admet que 7 imams dont le dernier était Ismaïl . Le deuxième plus important rameau de l'islam chiite, après les duodécimains  qui eux sont majoritaires en Iran et en Irak (voir plus haut)

Alides : descendants d'Ali

Alaouites (du nom d'Ali ) : groupe ethnique et religieux , du nord de la Syrie : considéré par certains comme une minorité chiite dissidente et  hétérodoxe (qui s'écarte de la doctrine, tout en vouant un culte à Ali ), par d'autres comme une secte hérétique au syncrétisme chrétien et musulman ...

Soufisme : courant ascétique de l'islam qui privilégie le rapport mystique et affectif avec Dieu

Répartitiion des Sunnites et des Chiites - Carte des ethnies et religions en Iran -Répartitiion des Sunnites et des Chiites - Carte des ethnies et religions en Iran -

Répartitiion des Sunnites et des Chiites - Carte des ethnies et religions en Iran -

7 - Glossaire :

Pour finir, un petit glossaire de base n'est peut être pas inutile... en tous cas pour moi cela n'a pas été inutile de le faire !!!

Islam : religion abrahamique articulée autour du Coran. Dérivé du mot "aslama" qui signifie "soumis à Allah, le dieu unique".

Musulman : personne qui professe l'Islam. Littéralement "celui qui se soumet à Dieu".

Islamisme : A l'origine c'est une religion et une civilisation. Au cours du 20ème siècle l'islamisme a acquis un sens plus politique, voire fondamentaliste et violent.

Prophètes importants de l'islam : Noë, Abraham, Moïse,Jésus, Mahomet.

L'hégire : le départ du prophète de la Mecque.

Coran : pour les musulmans, le Coran regroupe les paroles d'Allah, révélations (āya) faites au prophète et messager de l'islam Mahomet (محمد, Muḥammad, "le loué").

Sourate : chapitre du Coran.

Hadith : Acte et paroles du Prophète.

Charia : la loi divine. Elle est composée du Coran et de la Sunna, corpus de texte retraçant la vie du Prophète. Elle est interprétée par les cadis (juges musulmans) et les imams (guides spirituels) et les ulémas (théologiens).

Sunnites : successeurs de Mahomet par élection.

Chiites : successeurs de Mahomet par hérédité.

Ayatollah : un des titres les plus élevés du clergé chiite, enseignant dans les écoles islamiques (leur turban noir indique qu'ils sont les descendants de Mohamed et d'Ali).

Mollah : titre donné aux prêtres musulmans, docteur de la loi coranique dans l'Islam chiite, et à toute personne exerçant des fonctions juridiques et religieuse. (attention , en Iran on ne dit pas Imam mais Mollah !)

Calife : littéralement "successeur" de Mahomet.

Muezzin : membre de la mosquée chargé de lancer l'appel à la prière 5 fois par jour.

Ismaéliens : membres d'une secte chiite qui n'admet que 7 imams dont le dernier était Ismaïl.

Soufisme : courant ascétique de l'islam qui privilégie le rapport mystique et affectif avec Dieu

Mazdéisme - Zoroastrisme (prophète Zoratoustra) : ancienne religion  iranienne polythéiste fondée sur la lutte entre le bien et le mal (importante communauté en Iran à Yazd).

Djihad : renvoie à l'effort individuel (altruisme, bonté ...) autant que s'engager dans la guerre sainte pour la promotion de l'Islam contre les infidèles.

-------------------------------------------------

Al Quaïda : organisation terroriste islamique fondée en 1987 par Oussama Ben Laden (d'inspiration salafiste djihadiste) pour lutter contre les sociétés occidentales (les membres sont les Talibans).

Daesh : traduction arabique de l'EIIL (Etat islamique de l'Irak et du Levant) que les occidentaux refusent d'employer car pour eux, ce n'est pas un "Etat") .Mouvement fondamentaliste pour qui le sunnisme rigoriste est le seul islam véritable. Définitivement émancipé de la tutelle d' Al Quaïda en 2014 quand son principal dirigeant a crée son propre "califat".

nb : Al Quaïda et Daesh n'ont pas grand chose à voir avec l'Iran ... mais je les mentionne quand même compte tenu de l'actualité dans la région...

--------------------------------------------------

8 - Notre circuit de 15 jours :

Nous allons voyager avec la compagnie Qatar Airways, avec une escale à Doha :

 

Arrivée à Téhéran - Kachan (Fin) - Ispahan( Noush Abad, Abyaneh, Naztang, Arestan, Mesr Naîne Meibod) - Yazd (Zeinoddin Pasagardes) -  Persepolis (Kazeroun) - Départ de Chiraz

 

 

Notre circuit : Provinces du Fars, Yazd, Ispahan, Quom et Téhéran

Notre circuit : Provinces du Fars, Yazd, Ispahan, Quom et Téhéran

Les livres qui m'ont aidée à préparer ce voyage :

"Sauver Ispahan" de Jean Christophe Rufin - 

"Histoire de l'Iran des Perses à nos jours" : Librairie Arthème Fayard -

"L'Iran de A à Z" de Mohammad-Reza Djalili : André Versaille éditeur- 

"Découverte de l'Iran de la Perse ancienne à l'état moderne" : Guides Olizane - "Les religions du monde entier" : Eyrolles - 

"Persepolis" de Marjane Satrapi  Edition l'Association  -

"Comme tous les après-midi" de Zoyâ Pirzâd , Edition Zulma -

" Je vous écris de Téhéran" de Delphine Minoui , Edition Points -

"Il était un jour Ispahan..." de Mansour Ghasemi, Edition Nahoft -

" Les Enfants de jacaranda" de Sahar Delijani en livre de poche chez Albin Michel , Prix deslecteurs 2015 -

"Le Petit Futé" (en français)

et ....  le dernier magazine "Globe-trotters"  !!! (www.abm.fr) qui recommande :

"Le guide culturel d l'Iran" de P. Ringgenberg chez Rowzaneth publication.

Merci aussi à Michel Percot et Louis Brulh pour leur aide à la rédaction e cet article !

 

A bientôt pour vous raconter notre découverte de ce pays dont tout le monde s'accorde à dire que c'est en enchantement en matière d'histoire des civilisations, d'architecture, d'art, de musique, d'accueil de ses habitants ....

 

mais avant de partir, n'oublions pas ce proverbe persan : "Le meilleur qu'on puisse ramener du voyage, c'est soi-même ... sain et sauf !"

(les perses ont de l'humour ! :)

Published by Martine Bachelier - - Iran

commentaires

Hébergé par Overblog